AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous vous rappelons que les rp doivent faire 10lignes complètes, les mini-rp 5 lignes complètes + discours et qu'on ne poste
pas des messages incomplets ([en cours]) dans les zones rp. N'oubliez pas de poster un message si vous devez vous absenter.
Ouverture officielle du forum, aujourd'hui 8.11.2013! Toutes les fonctionnalités du forum sont disponibles!
Pensez à lire fréquemment les diverses annonces du staff, dont le règlement. Ils sont irrégulièrement mis à jour.
Nous n'acceptons plus les chats en familiers des élèves, les garous, les animagus dès la présentation ainsi que
les métamorphomages. On vous remercie d'avance pour votre compréhension. Pour plus d'information, consultez le staff.
Inscrivez-vous avec des pseudos CORRECTS, respectant le règlement du forum
à risque de voir vos comptes supprimés ! On vous remercie d'avance.
On a besoin de moldus, professeurs, commerçants et autres. Même si ce forum est quasiment centré sur Poudlard, il n'y a pas que des
élèves. N'hésitez pas à incarner AUTRE chose. Créatures fantastiques autorisées dans les limites
de cet univers (se référer à la fiche sur les créatures magiques) .
Souhaitez-vous aider notre communauté ?
Et bien, c'est très simple ! Vous pouvez Like notre page Facebook, voter sur nos top-sites ainsi que dans les annuaires (BBBA) se trouvant
sur la page d'accueil mais vous pouvez aussi contribuer à notre développement en achetant des crédits. Vous avez juste à envoyer un petit
sms~♪ Vous trouverez plus d'informations ICI dans cette rubrique. On vous remercie d'avance ♥

Nous sommes actuellement en Décembre 2014 ! Joyeux Noel !
La fiche Annexe des Nightmares a été mise en ligne !
N'hésitez pas à y jeter un coup d’œil et à nous contacter si besoin d'infos !
Nous avons besoin de vous !

Partagez | 
 
 Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Ven 26 Déc 2014 - 17:02
Quatre jours.
Cela faisait déjà presque une semaine que Raphaël et toi sortiez ensemble ; La St. Valentin approchait à grands pas, elle tombait un vendredi, ce qui risquait de vous faire un week end assez... spécial. En apparences, le blond et toi avez continué à vous éviter, à vous fuir mutuellement en public. Personne ne semblait avoir remarqué le changement qui avait eu lieu chez ton cadet mais, autant Caïn comme Victor avaient remarqué toi, tu étais un brin différent à l'égard du type que tu détestais le plus – étant aussi celui que tu aimais le plus. Ils n'étaient pas du genre à lancer des rumeurs, il avaient promis de ne rien dire et de te soutenir tant que Lalanne saura se tenir.

Tu n'avais pas particulièrement confiance en ton cadet mais tu savais qu'il n'allait rien dire qui puisse nuire à son image. Toi, tu te fichais un peu des rumeurs, ce que tu ne voulais pas c'est être le centre d'attention, te faire remarquer et.. malgré tout, tu tenais un peu à l'image que tu donnais à autrui. Tu n'étais pas superficiel, non, au contraire. Tu voulais seulement être maître de ce que les autres pouvaient voir de toi, tu ne voulais pas leur montrer tes faiblesses, les failles dans ton comportement ou autres. Ainsi, lorsque personne ne vous voyait, lorsque vous vous pensiez seuls, vous vous rapprochiez, ressemblant à un vrai couple.

Il était un peu plus de minuit.
Tu t'étais installé sur le même canapé que d'habitude avec les livres que tu avais récupéré dans la Cabane Hurlante. Tu lisais un qui traitait certains contes et légendes du moyen orient, c'est à dire, de l'Europe de l'est. Il y a avait des allusions à des mythes russes, nordiques et arabes, malgré tout, des mentions à Baba Yaga, Uzsaz, les Lèes et les Mavkas ainsi que les Djins, les Nagas et autres entités du même genre ; c'était très intéressant. Moon était parti aux cuisines, avec Elvis, sans doutes -le chat d'une certaine serdaigle. Eridan, quant à lui, il se trouvait sur le repose-bras, près de toi : il dévorait avec envie les sauterelles au miel que tu lui avais -préalablement- donné.

À part toi, il n'y avait personne dans la salle commune - du moins, pour l'instant. Des pas résonnèrent dans l'antre de Serpentard, annonçant la venue d'un autre individu : ton petit copain. L'attendais-tu ? Pas vraiment. Discrètement, le blond vérifia qu'il n'y avait personne d'autre avant de s'approcher de toi ; il se pencha par dessus le canapé et regarda ce que tu faisais. Il attendit à ce que tu lèves la tête pour se pencher davantage afin de te voler du baiser : il avait te surprendre, il aimait voir la gêne dans tes yeux, puisqu'il te trouvait adorable. Esquissant un sourire, il contourna le canapé avant de s’asseoir à tes côtés.

Qu'est-ce que tu lis ? te demanda-t-il à voix basse, passant un bras autour de tes épaules ; tu avais encore un peu de mal à accepter de ce contact mais, tu n'étais pas tout à fait réticent.

Il s'agit d'un recueil de cent contes et légendes d'Europe de l'est. répondis-tu, posant l'ouvrage enchanté sur tes cuisses. Tu as prit un petit air contrarié en regardant ton cadet et tu as poursuivi : Tu sais, Victor et Caïn sont comme des frères pour moi, c'est réciproque. Tu n'as pas besoin de les dévisager à chaque fois que tu me vois avec eux. Les gens vont finir par comprendre ce qu'il se passe. ajoutais-tu en plissant légèrement pas les yeux. Tu as tendu une main vers le blond et tu as pincé son nez, rapprochant ton visage du sien : D'ailleurs, eux, ils l'ont rapidement compris ; ils ne diront rien mais ne t'enflamme pas, Lalanne. lui soufflais-tu, lâchant son nez tout en plongeant ton regard dans le sien.

Tu n'avais nul besoin de rajouter quoi que ce soit, oralement, puisqu'on pouvait parfaitement lire dans tes prunelles ce à quoi tu pensais. Oui, tes amis ne feront rien contre vous, contre lui, plutôt, tant qu'il saura se tenir à sa place et qu'il ne te rendra pas malheureux. De plus, tu lui demandais aussi de respecter tes frères d'âme. Copain ou pas, tes amis étaient plus importants, puisqu'il étaient pratiquement ta famille. Jusqu'à ce que Raphaël ne gagne ta confiance, ils passaient avant tout.

Tu pourrais m'appeler par mon prénom. Il n'y a personne. rétorqua-t-il, soutenant ton regard : visiblement, il était jaloux et le fait que tu gardes encore tes distances le frustrait.

Eh. Ravale un peu cette jalousie, Raphaël. C'est toi qui l'a cherché, tu m'as emmerdé depuis de l'année. Heureusement que je ne suis pas venu avant, on aurait fini par s’entre-tuer. fis-tu, esquissant un petit rictus - assez malsain, il faut l'avouer. D'ailleurs, j'espère que tu sais que je ne m'excuserais pas pour le coup de la fourchette et, encore moins, celui des limaces.

Le blond pouffa, même si, quand tu lui avais planté la fourchette sur la main et que tu lui avais fait cracher des limaces, ça ne lui avait pas du tout fait rire. Avec du recul, il avait compris qu'il l'avait mérité ; il faisait exprès de te provoquer puisque c'était le seul moyen de dialoguer avec toi quand vous étiez en public. Quand tu étais seul, il n'osait pas s'approcher de toi, avant : il t'observait de loin, la plupart du temps, même s'il vous était arrivé d'échanger quelques mots, de parler de potions ou autres. Vous aviez encore du mal à réaliser que vous étiez ensemble.

Ton cadet rapprocha davantage son visage avant d'effleurer tes lèvres des siennes. Un petit soupir d'aise t’échappa, montrant que tu appréciais ce contact éphémère - et chaste. Alors que le silence régnait de nouveau, d'autres pas vous firent sursauter. Rapidement -et à contrecœur, surtout- le blond te lâcha et s'éloigna de toi, prenant place sur un autre canapé. Toi, tu as fait genre de reprendre ta lecture, pinçant légèrement tes lèvres tout en -essayant- de garder ton sérieux habituel. Désormais, vous n'étiez plus seuls...


Dernière édition par Raven Astrea le Sam 31 Jan 2015 - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nocta S. Yaxley
Petite vipère blonde
avatar
Petite vipère blonde

Afficher infos

Messages : 494
Date d'inscription : 18/10/2014
Âge : 14

Dossier
Statut Statut: Elève de Deuxième année à Serpentard
Argent Argent: 7 700 gallions
Points Points: 926

MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Lun 29 Déc 2014 - 1:37
    Nocta était fière d'elle. Son dernier devoir de potions s'était merveilleusement bien fini et cela avait largement rattrapé la petite note qu'elle avait eu en botanique. Cette matière n'était décidément pas son fort mais elle était déterminée à progresser. On lui avait clairement fait comprendre que pour avoir toutes ses chances d'être la meilleure en cours de potions, elle aurait nécessairement besoin des ingrédients comme les plantes et les fleurs. Alors elle avait tenté de réajuster le tir et elle espérait réussir. Elle était plutôt contente de ces premiers mois à Poudlard. Elle avait passé l'intense moment de doute et d'appréhension en ce qui concernait le Choixpeau. Elle avait craint d'être envoyée dans une autre maison que celle de son illustre famille, elle avait craint d'être différente et de ne pas être affectée à Serpentard comme l'avaient été ses parents et la quasi-totalité de ses ancêtres avant elle. Mais dès que le vieux chapeau avait frôlé ses cheveux blonds, elle avait entendu sa voix grave crier le nom de la maison de Salazar dans toute la grande salle. Alors tout le stress accumulé depuis sa montée dans le Poudlard Express s'était évaporé et elle s'était rendue toute rayonnante jusqu'à la table des Serpentards, accueillie par les anciens de la maison. Elle avait été félicitée par son père et son oncle comme elle s'y attendait et sa rentrée s'était merveilleusement bien passée. Elle avait déjà un très bon ami qui descendait d'une des vieilles familles de sang-pur et qu'elle avait côtoyé avant même d'arriver à Poudlard. Elle ne s'entendait pas trop mal avec quelques filles de son dortoir et avait déjà une pire ennemie. Elle ne s'y attendait vraiment pas. Ou plutôt si, elle s'y était attendue mais s'était imaginée une ou un Gryffondor arrogant et impétueux, un sang-de-bourbe avec lequel elle se serait disputé dès les premiers jours. Mais elle ne s'attendait pas à ce que ce pire ennemi, enfin cette pire ennemie dans son cas, serait de sa propre maison, de son propre dortoir et d'une famille aussi pure que la sienne. Eileen Shalford était une petite idiote qui ne servait à rien si ce n'est à attirer la honte sur sa maison. Elle n'était douée en rien, avait un crapaud aussi idiot qu'elle et semblait être née pour déranger tout ce que Nocta entreprenait. La jeune Yaxley la détestait.

    Et ce soir encore elle avait hésité à aller l'étrangler dans son sommeil en entendant son satané amphibien croasser autour du grand lit à baldaquin de Nocta. Maleficius avait fini par se réveiller dans sa grande cage et la jeune fille n'avait eu d'autres choix que de se lever. Il lui semblait qu'elle était la seule à subir ce tapage nocturne, la seule à avoir le sommeil si léger pour se réveiller chaque nuit lorsque Eileen oubliait de nourrir son crapaud. Nocta n'avait pas encore réussi à lui mettre la main dessus mais elle s'était juré que le jour où elle y arriverait elle s'occuperait elle même de lui arracher les yeux et d'en faire des ingrédients pour potion. La fillette se glissa doucement hors de ses couettes émeraudes, serrant entre ses mains blanches sa longue baguette sombre. Les croassements autour de son lit se stoppèrent dès que ses pieds nus touchèrent le tapis.

    "Un jour je t'aurais maudit fils de troll amphibien...!"

    Elle murmura dans l'obscurité:

    "Lumos!"

    Le bout de sa baguette s'alluma d'une petit lueur bleue tandis qu'elle avançait vers la cage de Malus. Elle l'ouvrit délicatement et pris le gros hibou aux yeux rouges dans ses bras. L'oiseau étendit ses ailes en poussant un cri strident et pourtant pas un élève ne sembla émerger de son sommeil. La jeune Serpentard savait exactement ce qu'elle allait faire, elle l'avait déjà fait il y avait déjà quelques jours. Elle allait se rendre dans la salle commune: minuit était passé, il n'y avait jamais personne à cette heure là. Elle se rendrait avec Maleficius pour lire un peu et s'endormirait certainement en regardant les eaux troublées et vertes du lac dans un bon fauteuil douillet. Elle referma sa longue robe de chambre d'émeraude et cala sa baguette dans sa bouche de façon à ce qu'elle éclaire son chemin tout en tenant le Grand-Duc d'une main et un gros livre de sortilège de l'autre. Elle évolua comme elle le pouvait dans le dortoir plongé dans la pénombre et réussit enfin à atteindre la porte. Elle la poussa du bout du pied et sautilla en s'emmêlant dans ses vêtements pour sortir. Elle remonta tant bien que mal les marches froides et arriva finalement dans la salle commune. S'étant concentré pour garder l'équilibre entre sa baguette, son hibou et son livre elle n'avait pas entendu les voix qui venaient de la salle commune. Ses deux grands yeux bleus s'écarquillèrent en apercevant des garçons de 5ème ou 6ème année. Ses joues pâles virèrent au rouge tandis que Maleficius s'envola avec un cri en apercevant les deux inconnus. Le Grand-Duc était plutôt agressif et asocial et il s'envola pour s'installer sur l'une des étagères pleine de livres. L'épais manuscrit que l'oncle de Nocta lui avait donné tomba sur le tapis vert de la salle commune tandis que sa bouche s'arrondissait de surprise. Elle ne s'était pas du tout attendue à voir quelqu'un aussi tard dans la salle, et encore moins deux garçons tellement plus vieux qu'elle. Sa baguette roula sur le sol et s'éteignit. Le premier avait des yeux d'un violet troublant et des cheveux noirs tandis que le deuxième semblait tout le contraire: il était aussi blond qu'elle et avait des yeux bleus. Elle resta debout la bouche bée pendant quelques secondes avant de dire:

    "Je... Je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un..."







Fan Club:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Sam 31 Jan 2015 - 23:43
Silencieusement, Raphaël échangea un regard avec toi, qui te cachais à moitié derrière ton étrange livre, avant de guetter les escaliers qui menaient au dortoir des filles – discrètement, puisque les pas provinrent de cette direction. De ce fait, vous n'avez pas tardé à être rejoints par une jeune élève de première année et son familier. Elle ne s'attendait point à voir quelqu'un dans la salle commune, c'est pourquoi elle fit tomber un livre assez épais ainsi que sa baguette – qui dissipa son sort Lumos. Ton cadet la regarda un instant puis la salua, esquissant un semblant de sourire : il semblait la connaître, du moins, de vue. Après tout, l'un de ses consanguins était dans sa classe.

Tu avais été plus attiré par le hiboux Grand-duc qui traversa la salle avant de se poser majestueusement sur l'une des étagères même si, après l'avoir observé pendant quelques instants, tu t'es légèrement tourné pour observer cette gamine aux cheveux blonds. Elle était sûrement en pyjama sous sa robe de chambre aux couleurs de la maison. Ahurie et la bouche bée, elle était restée plantée sur place pendant quelques secondes, vous détaillant comme vous l'aviez détaillée.

Je... Je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un... fit-elle lorsqu'elle daigna de prendre la parole, le rouge aux joues.

Encore débout, Yaxley ? Tu n'arrives pas à dormir ? lança le cinquième année, se calant davantage contre le dossier de son fauteuil.

Yaxley. Ce nom te disait vaguement quelque chose mais le visage de cette gamine ne t'était pas du tout inconnu. Après tout, tu avais l'habitude la croiser dans la salle commune ; c'était une petite noctambule mais elle ne semblait jamais t'avoir remarqué, ni toi ni tes familiers. De toutes façons, tu ne lui avais jamais adressé la parole, tu l'avais juste regardée par dessus tes bouquins et parchemins, sans bouger. Tu étais discret, non... tu savais te faire discret, très même. Tellement, que les professeurs oubliaient qu'ils t'avaient parmi eux. Tu pourrais parfaitement sécher les cours puisque personne ne s'en rendrait compte, en temps normal. Tu aimais te faire oublier puisque tu préférais rester à l'écart de la foule, même -et surtout- si parmi elle figuraient tes camarades de la maison du serpent.

Elle vient assez souvent, vers cette heure-ci. Il n'y a pratiquement personne, d'habitude. intervins-tu, parlant à voix basse avant de replonger dans ta lecture : cette fille ne t’intéressait pas. Enfin, elle ne suscitait pas ton intérêt, plutôt ; du moins, pour l'instant.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nocta S. Yaxley
Petite vipère blonde
avatar
Petite vipère blonde

Afficher infos

Messages : 494
Date d'inscription : 18/10/2014
Âge : 14

Dossier
Statut Statut: Elève de Deuxième année à Serpentard
Argent Argent: 7 700 gallions
Points Points: 926

MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Lun 2 Fév 2015 - 20:59


    La jeune fille se sentait toute confuse. Que faisait deux Serpentards dans la salle commune à une heure si tardive? Habituellement elle ne croisait personne! Son poul s'accéléra. Elle détestait être surprise et ne pas savoir quoi faire. Elle détestait ne pas avoir le contrôle sur son esprit et son corps, et en ce moment elle hésitait franchement entre deux options, ce qui lui arrivait très rarement: soit elle retournait dans le dortoir écouter les plaintes de cet idiot de crapaud, soit elle restait ici à lire son manuscrit comme elle l'avait déjà fait auparavant avec Malus. Même s'il y avait déjà deux Serpentards de loin ses aînés... Le grand blond prit d'ailleurs la parole en s'enfonçant dans son fauteuil d'émeraude:

    "Encore débout, Yaxley ? Tu n'arrives pas à dormir ?"

    Elle déglutit en essayant vainement de faire disparaître le rouge qui envahissait ses joues d'une pâleur extrême. Elle n'aimait vraiment pas ce genre de situation, et encore moins avoir l'air empoté ou timide, ce qu'elle n'était certainement pas! Elle raffermit son regard effaré et reprit les commande de sa tête en se penchant pour ramasser sa baguette. Surtout sa baguette, c'était plus important que le gros grimoire. Elle jeta un coup d'oeil au jeune homme qui lui avait parlé: il était assez populaire parmi les discussions qu'elle écoutait chez ses camarades féminines. Il était vrai qu'il n'était pas vraiment laid avec ses yeux bleus et ses cheveux blonds. Elle sentit une bouffée de fierté en entendant son nom sortir de sa bouche. Il connaissait son nom... Voilà encore quelque chose qui la surprenait, quoique il devait connaître le nom des trois quarts de sa promotion, inutile d'en faire tout un plat. Elle se resaisit à nouveau, se préparant à lui répondre lorsque le second personnage parla:

    "Elle vient assez souvent, vers cette heure-ci. Il n'y a pratiquement personne, d'habitude."

    Il parlait tout doucement et d'une voix qui paraissait mystique contrairement à l'attitude décontractée de son camarade. Mais cette fois-ci, alors que la jeune première année venait de reprendre contenance, elle se heurta à nouveau à sa surprise qui avait visiblement décidée de ne pas la lâcher ce soir. Comment savait-il ça lui? L'espionnait-il? Non, certainement pas, il devait avoir autre chose à faire au vu de son attitude désintéressé -il avait déjà replongé le nez dans son livre. Pourtant elle ne put réprimer un frisson en imaginant le Serpentard en train de l'observer. C'était sans doute la couleur de ses yeux qui la gênait, elle ne savait pas trop à vrai dire. Ce type était un véritable fantôme, elle ne l'avait croisé qu'une ou deux fois et avait retenu son visage de part la singularité de ses yeux et de ses cheveux, mais elle ne connaissait même pas son nom... Mais bordel, comme savait-il qu'elle venait souvent ici? Elle ne prit même pas la peine de feindre qu'elle n'était pas surprise, c'était trop tard. Ses joues s'étaient empourprées à nouveau. Habituellement elle adorait sa peau blanche et sans imperfection, mais ce rouge qui lui montait aussi rapidement l'énervait, accentuant encore plus le désastreux phénomène. Elle reprit sa respiration, passant et repassant la langue dans sa bouche en essayant de se rendre de nouveau maître d'elle même. Elle détestait vraiment être surprise... Mais cet événement avait hâté sa prise de décision: elle resterait dans la salle commune. Et tant pis si elle dérangeait ces garçons. Elle sut alors qu'elle devait répondre à l'interrogation de Lalanne ce qui lui rappela la raison de sa présence:

    "En fait je dormais très bien si ce n'est que j'ai une camarade quelque peu tête-en-l'air qui oublie trop souvent de nourrir un stupide crapaud."

    Elle avait insisté particulièrement sur les mots "camarade" et "tête-en-l'air" avec un air ironique. Sa colère contre Shalford et contre son idiot d'amphibien se réveilla et elle se dit qu'elle ne pouvait véritablement pas remonter dans cette chambre. Elle n'avait pas le choix, et de toutes façons elle ne voulait pas céder. La chambre commune avait comme adjectif qualificatif "commune", ce qui signifiait que n'importe qui pouvait s'y rendre. Bon, d'accord, peut-être pas minuit passé et encore moins en première année, mais ce n'était pas comme si elle sortait dans les couloirs en pleine nuit après tout! Et puis elle n'avait pas envie que ces deux sixième année la prenne pour une petite maladroite et timide! Elle tira donc sur un pan de sa robe sur lequel elle avait trébuché -quasiment la première fois de sa vie mais il fallait quand même que ce soit en public!- glissa sa baguette dans une poche intérieure prévue à cet effet et ramassa l'épais grimoire de son oncle avant de refermer la porte derrière elle. Elle jeta un regard mauvais à Maleficius qui semblait ne pas être décidé à descendre de son perchoir et alla s'installer dans son petit coin qu'elle avait fini par affectionner: un renfoncement dans le mur recouvert d'un coussin vert, juste à côté de la grande bannière accrochée. La lumière verdâtre du lac et des bougies éclairait bien assez pour pouvoir lire sans sa baguette. Puis, dans un élan de doute et de peur qu'ils ne lui demandent de retourner dans son dortoir -après tout c'était des sixième années-, elle s'entendit dire:

    "Ne me demandez pas de remonter s'il vous plait, je n'arrive vraiment pas à dormir à cause de ce crapaud et Maleficius n'arrivait pas à se rendormir lui non plus..."

    A son nom, le grand hibou ébouriffa sa crête de plume avec fierté avant de se balancer sur ses pattes, observant les deux inconnus de ses grands yeux rouges. Nocta n'avait pas pris l'air suppliant d'une petite fille mais plutôt une demande respectueuse, froide. C'était même plutôt histoire de les faire culpabiliser s'ils lui disaient de remonter plutôt que de s'apitoyer sur son sort, ce que la demoiselle avait horreur de faire, comme bien d'autres choses...


Spoiler:
 





Fan Club:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Jeu 5 Mar 2015 - 15:29
Les joues de la première année rougirent fortement lorsque tu avais mentionné qu'elle avait l'habitude de venir tard, dans la salle commune. Elle était surprise et son visage ne manquait point de le montrer : en effet, elle devait de se demander comment est-ce que tu savais qu'elle venait si elle ne t'avait pas vu. À la gêne se mêla une certaine frustration : rougir et/ou être surprise semblait l’énerver et, rapidement, elle tenta de se calmer, reprenant sa respiration en passant et repassant la langue dans sa bouche.

En fait, je dormais très bien si ce n'est que j'ai une camarade quelque peu tête-en-l'air qui oublie trop souvent de nourrir un stupide crapaud. répondit-elle au blond, soulignant indiscrètement les mots camarade et tête en l'air – les accentuant ironiquement.

Cette fille devait être celle qui s'entendait comme un pied avec ta petite pékinoise. Tu avais vaguement entendu parler, surtout de la bouche de la sœur d'Adrian -qui était en deuxième année mais était une vraie commère- et du petit frère de Raphaël, qui était en première année. Aller en cours avec les gens qu'on déteste n'est pas le must, tu le savais parfaitement puisque tu étais plus ou moins dans la même situation. Tu te forçais d'ignorer certains mais ce n'était pas toujours évident et la situation pouvait rapidement aller à pire, surtout si une fille ose venir te réveiller pendant un cours.

La jeune fille tira sur le pan de sa robe – sur lequel elle s'était pris les pieds, quelques instants auparavant – puis glissa sa baguette dans une de ses poches intérieures avant de ramasser son grimoir, refermant la porte menant aux dortoirs derrière elle. Son familier n'avait nullement l'intention de quitter son perchoir et ce, malgré le regard noir de la blonde – qui ne tarda point à s'installer dans le coin qu'elle occupait d'habitude.

Ne me demandez pas de remonter s'il vous plaît, je n'arrive vraiment pas à dormir à cause de ce crapaud et Maleficius n'arrivait pas à se rendormir, lui non plus... vous demanda-t-elle poliment mais froidement.

À ces dires, le hibou ébouriffa sa crête de plumes fièrement, se balançant sur ses pattes tout en vous observant, ton petit ami et toi. La façon dont elle vous avait quémandé de ne pas la renvoyer dans sa chambre te fit tiquer peu puisque tu avais l'impression qu'elle avait surtout envie de vous faire culpabiliser si tu la renvoyais – parce que Raphaël, lui, il s'en fichait un peu. Tu n'aimais pas qu'on te fasse ce genre de choses, ni même qu'on cherche à s'attirer ta pitié. Les sourcils légèrement froncés, tu as levé les yeux vers la jeune fille :

Je ne vois pas pourquoi on devrait te renvoyer à ta chambre, Yaxley. La salle commune est de tous donc on n'est pas en mesure de nous dire que faire les uns aux autres. lançais-tu sèchement, posant ton livre à côté de toi : hélas, oui, la salle était COMMUNE.

Par stupide crapaud parle-t-elle de Mr. Fluffy ? Il doit avoir conscience d'à quel point cette jeune éphèbe et son hibou l'apprécient, lui et son accompagnante-là, la jeune demoiselle qui sent le chien... Ling-ling.... non... Elina ? Emilie ? Non plus... euhm... Eileen ! Est-ce Eileen ? demanda ton familier, se dressant légèrement, regardant les nouveaux arrivants à tours de rôles avant de poser ses minuscules yeux sur toi.

Après, théoriquement, c'est normal si Maleficius ne dort pas à cette heure : supposément, c'est un oiseau nocturne. commenta le cinquième année, quittant son fauteuil pour s'asseoir non loin de toi : si votre cadette restait là pendant un moment, il n'avait pas envie de se tenir loin de toi davantage.

Tout à fait, c'est le prénom de la pékinoise. soufflais-tu à l'entente de la chauve-souris, pendant que ton copain s'adressait à la première année. Tu as regardé ton copain du coin de l’œil, lui demandant silencieusement de ne rien tenter devant votre interlocutrice – par sécurité. L'endroit où tu es installée est le coin que tu préfères, n'est-ce pas ? Tu t'y installes souvent, sans vraiment faire attention à ce qui t'entoure. fis-tu, t'accoudant non loin de ton familier avant de poser ton visage contre ta main, détaillant la serpentarde. Tu as prit un petit air taquin, enjoué même, sans perdre ta froideur apparente avant d'ajouter : Ton étonnement était... comment dire ? Inutile et passablement exagéré : ce n'est pas parce que tu ne me vois pas que je ne te vois pas, Yaxley.
HrP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nocta S. Yaxley
Petite vipère blonde
avatar
Petite vipère blonde

Afficher infos

Messages : 494
Date d'inscription : 18/10/2014
Âge : 14

Dossier
Statut Statut: Elève de Deuxième année à Serpentard
Argent Argent: 7 700 gallions
Points Points: 926

MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Ven 6 Mar 2015 - 13:33



    La jeune fille n'avait aucune envie de redescendre mais elle ne comptait de toutes façons pas le faire, même si ces garçons le lui ordonnait. Ce n'était que de simples politesses, mais visiblement l'un des deux ne l'avait pas compris ainsi, au vu de sa façon de répondre... 

    "Je ne vois pas pourquoi on devrait te renvoyer à ta chambre, Yaxley. La salle commune est de tous donc on n'est pas en mesure de nous dire que faire les uns aux autres."

    Il avait froncés ses sourcils et lever ses grands yeux violets vers la jeune Serpentard. Nocta se sentit immédiatement mal à l'aise, mais par bonheur ses joues pâles ne rougirent pas. Elle haussa un sourcil à son tour et le dévisagea. Pourquoi lui parlait-il sur ce ton? Elle ne lui avait rien fait à ce qu'elle sache. Et puis ce qu'il disait était faux. Ils était bien plus grand qu'elle, et elle n'avait pas le droit d'être ici aussi tard pour une première année, ils pouvaient tout à fait lui dire d'aller se coucher. Bon, elle ne les aurait pas écouter, certes, mais ils étaient dans leur droits quand même!

    Nocta se rendit soudainement compte de la présence d'un chat qui devait appartenir au dénommé Raven puisqu'il l'observa longuement. Mais elle n'y prêta guère plus attention car Lalanne prit à son tour la parole.

    " Après, théoriquement, c'est normal si Maleficius ne dort pas à cette heure : supposément, c'est un oiseau nocturne."

    Elle leva les yeux au ciel. Comme si elle ne le savait pas! Décidément, ils avait tous envie de l'embêter ce soir, elle n'avait pas assez à faire avec Eileen déjà! Elle jeta un regard vicieux au jeune blond qui se rapprochait du taciturne, changeant de fauteuil. Mais encore une fois elle n'eut pas le temps de s'interroger sur ce rapprochement inopiné, Raven reprenait la parole.

    "L'endroit où tu es installée est le coin que tu préfères, n'est-ce pas ? Tu t'y installes souvent, sans vraiment faire attention à ce qui t'entoure"

    Cette fois, elle maintint son masque d'indifférence sur son visage de poupée. Il savait que ça l'avait embêté d'être vue ici et il jouait avec. Elle n'aimait pas ça, elle n'aimait pas ça du tout même et il s'en doutait très bien. Elle bouillait intérieurement mais rien ne traduisait cette émotion, si ce n'est ses deux yeux d'un bleu glacial et hautain.

    "Ton étonnement était... comment dire ? Inutile et passablement exagéré : ce n'est pas parce que tu ne me vois pas que je ne te vois pas, Yaxley."

    Elle plaqua un faux sourire sur ses lèvres fines. Qu'est ce qu'il pouvait l'énerver! Premièrement sa surprise n'était malheureusement pas exagérée, quant à inutile... mhh, oui, très certainement, mais elle n'y pouvait rien. Elle n'arrivait pas toujours à contrôler toutes ses émotions, après tout , elle venait à peine d'entrer en Poudlard, et n'était pas vraiment la plus mauvaise élève. Elle avait beaucoup de défauts et elle le savait bien. Elle pouvait être une véritable peste quand elle s'y mettait mais elle était audacieuse et ne manquait pas de courage, même si il était beaucoup plus froid et calculé que celui, imprévisible des Gryffondors... Et en cet instant, ce fut son audace qui prit la tête, sans débattre avec sa raison...

    "Inutile, oui c'est le mot. Excuse moi de ne pas être aussi insensible que toi mais contrairement à certains je ne laisse pas agir mes émotions en fonction de si elles sont "utiles" ou non. J'étais réellement surprise et alors? Tu devrais être content d'être un fantôme ici..."

    Le pire était qu'il avait paru enjoué et amusé malgré ses distances. Nocta quant à elle avait répondu du tac au tac, tirant vers elle son gros manuscrit, et s'installant bien douillettement dans son petit coin. Il était vraiment flippant ce gars, avec son histoire de "je te vois mais tu me vois pas". Elle ne pourrait plus jamais s'installer sur son rebord sans avoir l'impression d'être observée maintenant... Et puis là pour le coup, elle n'oublierai plus de bien observer ce qui l'entourait!

    "Et pour te répondre, je sais que c'est un oiseau nocturne merci, mais il ne chasse que de trois heures du matin jusqu'à l'aube, afin de pouvoir emmener mon courrier pour le petit-déjeuner. Et c'est lui qui a choisi, je ne lui impose rien."

    En effet, elle ne lui imposait rien parce qu'elle ne le pouvait pas. Malus était une véritable tête de mule et elle s'était habituée à subir ses humeurs plus qu'il ne subissait les siennes. Ils avaient tous les deux un aussi mauvais caractère et c'était certainement pour cela qu'ils s'accommodaient si bien l'un et l'autre...


Spoiler:
 





Fan Club:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Sam 14 Mar 2015 - 15:25
Un spliz.
Cette fille était un splitz allemand, un petit chien qui s'entend très mal avec les pékinois, les bichons maltais et les caniches, en général. Il peut être affectueux avec ceux qui lui sont chers mais, il n'hésite pas à mordre et à aboyer au moindre haussement de ton – ou dès que quelque chose ne leur convient pas. Le genre de petite créature qu'on se plaît à enrager, à taquiner et à faire tourner en bourrique car on ne craint pas vraiment la morsure.

Elle avait plaqué un faux sourire sur ses lèvres. Tes mots faisaient l'effet attendu : tu l’énervais et embêter cette gamine t'amusait. Elle ne t'avait rien fait, certes, mais, quelque part, tu espérais qu'elle finirait par partir et, si elle ne le faisait pas bientôt, au moins, tu se seras amusé un peu. Tu ne voulais pas qu'on te voit avec Raphaël et le tenir à distance était une chose assez difficile, à présent.

Inutile, oui, c'est le mot. Excuse-moi de ne pas être aussi insensible que toi mais contrairement à certains je ne laisse pas agir mes émotions en fonction de si elles sont "utiles" ou non. J'étais réellement surprise et alors ? Tu devrais être content d'être un fantôme ici... te dit-elle, enchaînant ses propos afin de répondre à ton partenaire : Et pour te répondre, je sais que c'est un oiseau nocturne merci, mais il ne chasse que de trois heures du matin jusqu'à l'aube, afin de pouvoir emmener mon courrier pour le petit-déjeuner. Et c'est lui qui a choisi, je ne lui impose rien.

Tu ne comptais pas essayer de t'attirer sa sympathie, la voir en rogne et la perturber était bien plus amusant : tu avais trouvé une distraction, une nouvelle tête de turc. Cependant, elle te jugeait bien trop vite – selon toi. L'avis d'autrui ne t'importait point, c'est pourquoi tu as haussé les épaules ; toutefois, le blond et toi vous êtes regardés, haussant légèrement le sourcil avant de reporter votre attention sur la jeune serpentarde. Imperturbable, tu l'as observée.

On ne t'a pas demandé de nous raconter ta vie, Yaxley. soufflais-tu, froidement – perdant ton semblant de rictus. Je n'ai jamais dit le contraire, je m'en ravis de passer inaperçu, c'est tout à fait volontaire. Par ailleurs, l'insensibilité n'est pas une question de besoin ou d'utilité : je ne montre que ce que je souhaite montrer à autrui. Je façonne l'image que je veux que les autres aient de moi – y compris maintenant.

Ha ha. N’empêche, à cause de toi, elle risque de regarder partout, la prochaine fois qu'elle viendra. Tu te plais à embêter tes cadets, hu ? lança Raphaël, calant l'une de ses jambes contre les tiennes, te donnant un petit coup de genou – profitant de ce contact innocent pour briser les distances que tu imposais et ce, en toute discrétion.

Non. Pas tellement que cela. C'est uniquement parce que je m’ennuie ; sinon, je l'aurais ignorée, directement, pour voir si elle s’énervait ou se vexait pour de vrai. rétorquais-tu, t'enfonçant contre le canapé ; tu as regardé la jambe de ton copain puis tu l'as regardé lui, dans les yeux. Une fois de plus, tu as gardé silence pendant quelques secondes avant d'ajouter : Nonobstant, cela m'est suffisant pour faire passer le temps. Au fait... Cette fois-ci, j'ai dû parler avec le préfet à cause de ce que tu sais...

Vous l'avez arrangé, alors ? Il t'a dit quoi, au juste ? te demanda le cinquième année, cachant une once d'inquiétude.

C'est resté tel quel ; il m'a juste dit que, tant que je ne le drogue pas et que je ne fais pas des expériences sur lui et/ou en sa présence, il se lavait les mains : il se fiche des autres, visiblement, puisqu'il peut dormir tranquillement. expliquais-tu, dénichant deux souris en sucre dans ton sac – tu as donné une à ton cadet et l'autre, tu l'as mangée tranquillement.

En effet, le préfet se foutait pas mal de tes expériences tant que tu ne testais rien sur lui et/ou que tu ne le faisais pas devant lui, puisqu'il se voyait dans l'obligation de te réprimander. Bien heureusement, tu n'étais pas stupide au point d'agir indiscrètement. Même pour assommer tes colocataires tu utilisais un vecteur magique : un sort qui transportait le somnifère jusqu'à eux, sans qu'ils ne captent rien. Hélas, ils dormaient bien et beaucoup, ce qui les rendait plus lourds durant la journée. C'était le prix à payer pour quelques instants de paix.


Dernière édition par Raven Astrea le Mer 13 Mai 2015 - 15:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nocta S. Yaxley
Petite vipère blonde
avatar
Petite vipère blonde

Afficher infos

Messages : 494
Date d'inscription : 18/10/2014
Âge : 14

Dossier
Statut Statut: Elève de Deuxième année à Serpentard
Argent Argent: 7 700 gallions
Points Points: 926

MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Mar 28 Avr 2015 - 0:49

Nocta avait replié ses genoux et les avait calé contre la paroi rocheuse, dans le renfoncement du grand mur. Elle voyait très bien les deux garçons de cinquième et sixième année assis sur les fauteuils vert.

"On ne t'a pas demandé de nous raconter ta vie, Yaxley. Je n'ai jamais dit le contraire, je m'en ravis de passer inaperçu, c'est tout à fait volontaire. Par ailleurs, l'insensibilité n'est pas une question de besoin ou d'utilité : je ne montre que ce que je souhaite montrer à autrui. Je façonne l'image que je veux que les autres aient de moi – y compris maintenant."

La jeune Serpentard lui jeta le regard le plus dédaigneux qu'elle ait en réserve et ouvrit son manuscrit. Non mais pour qui se prenait-il? Elle ne lui a pas raconté sa vie, c'était eux qui cherchaient absolument à l'embêter sur n'importe quel sujet. Elle ne leur avait rien demander! Pourquoi ne la laissaient-ils donc pas lire son manuel tranquillement dans son coin. Et ce Raven qui se prenait pour un intello endimanché et surdoué. Môssieur ne montre de lui que ce qu'il souhaite montrer, et bien dans les deux cas, il est carrément ennuyeux et quelque peu flippant sur les bords. Nocta le voyait bien dans un rôle de psychopathe complètement déluré et attardé. Et tout en formulant cette pensée elle espérait qu'il soit un bon legilimens afin de pouvoir entr'apercevoir la merveilleuse image qu'elle avait de lui. Et malgré elle, un sourire moqueur s'installa sur ses lèvres fines. Ah la la, quelle image bien façonnée en effet! Et devant cette soudaine joie apportée par la moquerie, Malus se décida à descendre de son perchoir pour se poser sur l'épaule de Nocta, enfonçant ses longues et puissantes serres dans la peau blême et déjà meurtrie de la petite fille. Même sa belle robe de chambre verte était abîmée à cet endroit là. Elle grimaça silencieusement tout en caressant de son autre bras le Grand-Duc.

"Ha ha. N’empêche, à cause de toi, elle risque de regarder partout, la prochaine fois qu'elle viendra. Tu te plais à embêter tes cadets, hu ?"


Nocta n'écoutait la discussion que d'une oreille discrète, ils semblaient l'en avoir exclu et c'était tant mieux, elle tentait donc de se concentrer sur son manuscrit.

"Non. Pas tellement que cela. C'est uniquement parce que je m’ennuie ; sinon, je l'aurais ignorée, directement, pour voir si elle s’énervait ou se vexait pour de vrai. "

Ah ah. C'est vrai que c'est hilarant et vraiment très utile d'ignorer les gens pour voir comment ils réagissent. Il y avait vraiment des gens bizarres dans cette école. Nocta pensait faire partie de ceux qui l'étaient le plus parce qu'elle avait encore des Elfes de maison, que son manoir recelait de vieux objets liés à la magie noire et qu'elle se délectait du spectacle d'un rat chassé terrorisé puis éventré par Malus dans sa chambre. Mais il y avait visiblement plusieurs autres catégories de gens bizarres et on pouvait en créer une à part pour ce gars-là, c'était certain.

"Nonobstant, cela m'est suffisant pour faire passer le temps. Au fait... Cette fois-ci, j'ai dû parler avec le préfet à cause de ce que tu sais..."

Décidément,il ne serait pas possible de se concentrer pour une lecture. Cela faisait au moins quatre fois que la jeune fille relisait sa phrase dans le vent sans en comprendre le sens car son esprit était à l'écoute de la conversation à côté d'elle. A croire qu'ils le faisaient exprès pour attirer sa curiosité. Enfin qu'IL le faisait exprès... Elle ferma les yeux quelques instants et repris sa lecture en se disant que cela ne la regardait pas, même si le mot préfet avait retenu son attention.

"Vous l'avez arrangé, alors ? Il t'a dit quoi, au juste ?"

"C'est resté tel quel ; il m'a juste dit que, tant que je ne le drogue pas et que je ne fais pas des expériences sur lui et/ou en sa présence, il se lavait les mains : il se fiche des autres, visiblement, puisqu'il peut dormir tranquillement."

Sa curiosité était piqué à vif et sa fourberie remonta en flèche en entendant ces quelques mots. C'était louche, il y avait réellement anguille sus roche et Nocta voulait savoir exactement ce qu'il se passait pour cela, il était certain qu'elle devait avoir un moyen de pression, sinon ils ne lui diraient rien. Elle se tourna donc vers les deux quatrième ou cinquième année en refermant son manuscrit, sentant les serres de son compagnon sur son épaule.

"J'imagine que si vous parlez de ça aussi librement et devant moi de surcroît cela n'a guère d'importance?"





Fan Club:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   Ven 15 Mai 2015 - 14:24
Pendant que ton amoureux et toi parliez, le hibou Grand Duc quitta son perchoir afin de s'installer sur la blonde – lui enfonçant pratiquement les serres dans la peau – abîmant sa robe de chambre, par la même occasion. Elle grimaça indiscrètement, caressant son familier tout en vous écoutant discrètement. Elle tentait de lire et votre conversation semblait la distraire autant qu'elle l'intriguait. Si tu avais été à sa place, tu aurais carrément lancé un sort pour taire les gens – comme tu l'avais fait il y a quelques jours dans ta chambre. Ainsi, lorsque vous avez mentionné ta conversation avec le préfet et ce que tu faisais à tes collègues, votre cadette a fermé son manuscrit et est intervenue :

J'imagine que si vous parlez de ça aussi librement et devant moi, de surcroît, cela n'a guère d'importance? lança-t-elle, soudainement intéressée.

Tu as posé ton regard sur elle, la fixant pendant un court instant avant de hausser les épaules. Tu t'en fichais qu'elle ait entendu ou pas ce que tu disais, tu ne le cachais pas vraiment puisqu'on savait que c'était toi qui droguais les garçons de sixième année de votre maison et que le préfet ne te disait rien : il ne se mêlait même pas, étant presque complice. Puisque personne ne savait comment tu le faisais sans te faire chopper par les concernés ou le personnel, ils ne pouvaient rien te dire. Et puis, puisque tu ne faisais du mal à personne, il n'y avait pas des raisons pour te sanctionner – même quand tu faisais des expériences sur les autres élèves. Tu n'étais pas le seul adolescent fourbe et tordu de l'école, après tout.

En fait, je me fiche de si tu l'entends ou pas, parce que ça ne te concerne pas vraiment. Pourquoi ce soudain intérêt, hu ? rétorquais-tu, esquissant un petit rictus, rangeant tes affaires avant de te lever. Tu aimerais savoir ce que je fais aux abrutis de mon dortoir, Yaxley ? Et bien, tu n'en sauras pas plus.

Arrête de la taquiner, Raven. Où vas-tu, d'ailleurs ? te demanda ton amoureux.

Ils doivent dormir, maintenant. J'ai cours d'Alchimie, demain matin ; alors, je vais voir si j'arrive à dormir ne serait-ce qu'une heure. S'ils se réveillent avant moi, ça va mal se passer. Alors, bonne soirée à tous les deux. fis-tu en t'adressant assez sèchement envers tes cadets.

Tu as récupéré ta chauve-souris et tu l'as placée sur ton épaule avant de te diriger vers ton dortoir. En fait, tu allais plutôt essayer de dormir. Ça allait te prendre longtemps alors, tu finiras de lire au lit. Raphaël fronça les sourcils : que tu partes ne l'enchantait pas, mais il allait devoir se mordre les doigts et faire avec. Il comptait passer plus de temps avec toi demain, parce qu'il avait une heure de pause en même temps que toi, à dix heures. Il poussa un long soupir avant de regarder la première année.

N'en tiens pas trop rigueur, Yaxley. Il est toujours comme ça, surtout avec les filles. Au moins, il t'a parlé sans t'envoyer chier. commenta le cinquième année, semblant presque compatissant.

Le blond se redressa, réajustant son uniforme. Tu lui avais toujours mal parlé et même blessé. Ceci dit, il était heureux que tu parles mal aux autres, ça l'amusait : ça voulait dire qu'il n'était pas le seul à se faire rouler dessus par tes magnifiques discours.

Ne te couches pas trop tard, Yaxley. termina-t-il, devenant plus sérieux – tout à coup. Après avoir adressé un signe de main à la blondinette, Raphaël rentra au dortoir, aussi.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Afficher infos


MessageSujet: Re: Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Le jeu du chat et des souris [pv Nocta]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis le chat, Jack la souris et toi Jenna ? [Pv: Jenna et Jack]
» Le Chat et la Souris. Et le Poulet.
» ❝ Quand le chat dort, les souris dansent - Ft. Dorian Mayne
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent
» Le jeu du chat et la souris next gen [PV: Furie] [+16]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Poudlard - Intérieur-