AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous vous rappelons que les rp doivent faire 10lignes complètes, les mini-rp 5 lignes complètes + discours et qu'on ne poste
pas des messages incomplets ([en cours]) dans les zones rp. N'oubliez pas de poster un message si vous devez vous absenter.
Ouverture officielle du forum, aujourd'hui 8.11.2013! Toutes les fonctionnalités du forum sont disponibles!
Pensez à lire fréquemment les diverses annonces du staff, dont le règlement. Ils sont irrégulièrement mis à jour.
Nous n'acceptons plus les chats en familiers des élèves, les garous, les animagus dès la présentation ainsi que
les métamorphomages. On vous remercie d'avance pour votre compréhension. Pour plus d'information, consultez le staff.
Inscrivez-vous avec des pseudos CORRECTS, respectant le règlement du forum
à risque de voir vos comptes supprimés ! On vous remercie d'avance.
On a besoin de moldus, professeurs, commerçants et autres. Même si ce forum est quasiment centré sur Poudlard, il n'y a pas que des
élèves. N'hésitez pas à incarner AUTRE chose. Créatures fantastiques autorisées dans les limites
de cet univers (se référer à la fiche sur les créatures magiques) .
Souhaitez-vous aider notre communauté ?
Et bien, c'est très simple ! Vous pouvez Like notre page Facebook, voter sur nos top-sites ainsi que dans les annuaires (BBBA) se trouvant
sur la page d'accueil mais vous pouvez aussi contribuer à notre développement en achetant des crédits. Vous avez juste à envoyer un petit
sms~♪ Vous trouverez plus d'informations ICI dans cette rubrique. On vous remercie d'avance ♥

Nous sommes actuellement en Décembre 2014 ! Joyeux Noel !
La fiche Annexe des Nightmares a été mise en ligne !
N'hésitez pas à y jeter un coup d’œil et à nous contacter si besoin d'infos !
Nous avons besoin de vous !

Partagez | 
 
 L'élève et le maître | PV Raven [fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yohana Dwight
Fleur Serdaigle
avatar
Fleur Serdaigle

Afficher infos

Messages : 308
Date d'inscription : 10/09/2014
Âge : 26

Dossier
Statut Statut: 4ème année, Serdaigle
Argent Argent: 6 365 gallions
Points Points: 1119

MessageSujet: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Dim 5 Oct 2014 - 16:11
Le destin existe il? Y a t'il une explication aux différentes rencontres et événements qui croisent tous les jours notre route ? Je pensais encore à ma rencontre avec Araekin.
Cela faisait un peu plus de trois mois qu'il m'avait proposé son aide pour m’entraîner, et il avait tenu parole.
Je maîtrisais le sort du patronus, bien que je n'émette que de la vapeur argenté. Ce n'était pas encore ce que je voulais, mais je pouvais désormais m’entraîner seule, et cela m’embêtais, car cela voulait sous entendre que les cours particuliers seraient bientôt finis, et je le verrais moins, ce qui me gênait bien plus que ce que j'aurai voulu l'admettre.
Il me semblait que le destin s'était penché sur moi, et avait décidé de me donner un coup de pouce.
La véritable question, s'était de comprendre pour quelle raison je l'avais rencontré. Était ce uniquement pour me faire progresser, ou avais-je une possibilité de transformer ça à une relation plus sérieuse?
C'est à ceci que je pensais quand je sortis de la grande salle pour trouver un Poufsouffle qui pourrait m'indiquer où j'aurai pu le trouver.
Je fus rapidement détournée de mon objectif par l'apparition d'un chat dans mon champ de vision.
Ma relation avec les chats est, selon mon meilleur ami Glenn :

"une aberration de la nature. On ne peut pas aimer autant ces boules de poils profiteuses et condescendantes au possible."

Je ne l'explique pas, mais j'ai pour ces félins une affection toute particulière. C'est vrai qu'ils ne sont pas très reconnaissants, mais leur fidélité ne s’achète pas, elle se mérite. Et j'ai le truc avec eux. Je n'ai jamais eu aucun problème avec eux. Je n'avais jamais été mordu ou griffé durement. Même les plus rebelles m'adorent.
Je me suis donc immédiatement tourné vers lui pour l'appeler, et lui signaler ma présence.
C'était un chat noir, au yeux brillants. Je m'accroupis pour me mettre à sa hauteur, et lui fit un sourire en tendant le poing.
J'attendis qu'il se décide à venir de lui même. Il s'approcha et se laissa caresser.

- Bonjour ami félin, je ne t'avais encore jamais vu par ici. Tu n'es pas à un de mes camarades de maison Tu cherchais une chose en particulier ?

Il me répondit par un miaulement, que j'interprétais pour un oui.

- Alors pour quelle raison es tu là ? Une amie féline qui habiterait par ici ?

Un autre miaulement, qui me tira un petit rire.

- Et bien, j'espère que tu obtiendras ce que tu souhaites. Resteras tu encore un peu avec moi avant de partir à la conquête de ta belle ?

Son ronronnement se fit plus fort, et il s'installa plus confortablement.

- Ce que j'aimerai être comme vous. Ne pas me poser de questions existentielle.

Il me donna un petit coup de patte, comme pour me corriger.
J'éclatais de rire. Je ne savais pas qui était le propriétaire de ce chat, mais vu le comportement de la boule de poil noir, il devait être une personne intéressante.

- C'est que du as du caractère. Excuse moi, je ne voulais pas te manquer de respect. Mais être une adolescente de treize ans n'es pas vraiment marrant, même dans une école aussi géniale que Poudlard.

Il me fixa de ses deux prunelles félines jaunes, et attendit que je continue.

- Je ne suis pas malheureuse, ne te méprend pas, mais j'aimerai avoir une vie plus simple.

Il émit un miaulement un peu plus grave que les autres.

-Tu dis que c'est parce que je réfléchis trop ? Tu as surement raison répondit-je en riant. Mais que veux tu on ne se refait pas.

J'entendis les pas de quelqu'un dans les escaliers. Surement un élève de Serdaigle pressé d'aller faire ses devoirs. J'aime bien mes camarades de maison, mais certains oublient que le travail ne suffit pas dans la vie.
Mais quand je le vis, je compris qu'il n'était pas de Serdaigle.
Déjà parce que je ne le connaissais pas, et parce qu'il portait les couleurs de Serpentard.
Je n'ai rien contre eux, mais j'ai une peur panique des serpents.


.... I will fight by myself ....





Dernière édition par Yohana Dwight le Sam 22 Nov 2014 - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Lun 6 Oct 2014 - 23:23
Il était relativement tôt, pour toi.
Ta journée ne faisait que commencer puisque tu avais dormi toute la matinée et que tu n'avais pas été en cours. En quittant la bibliothèque, peu avant le dîner, tu as croisé un des amis de Victor -avec qui tu t'entendais pratiquement aussi bien qu'avec lui- : Caïn Steevenson, un anglais qui était en septième année de Serdaigle. Tout comme ton frère spirituel, ce garçon était aux petits soins avec toi, il t'aidait parfois, lorsqu'il fallait faire des recherches et que tu n'avais pas accès à certaines ressources.

Caïn s'était inquiété en entendant que tu avais été quelques jours à l'infirmerie et que tu t'étais disputé avec un type qu'il ne semblait pas apprécier des masses puisqu'il ne faisait que t'emmerder, en temps normal : Raphaël Lalanne, le type que tu détestais autant que tu craignais l'aimer. Pourquoi est-ce que tu ne pouvais pas aimer quelqu'un comme Caïn ou comme Victor ? Bien entendu, cela aurait été trop « parfait ». Tu savais qu'ils n'étaient pas aussi bons qu'ils en avaient l'air, un était très possessif et l'autre était pithiatique quand les choses ne se passaient pas comme il le voulait.

Tu as suivi ton ami à travers les tortueux couloirs du château jusqu'à la tour de sa maison. Tu faisais des recherches sur la nécromancie alors il tenait à te prêter quelques livres qu'il avait gardé de côté, en tout discrétion, c'est pourquoi tu te devais de l'accompagner jusqu'à l'entrée de la salle commune maintenant qu'il était sensé y avoir peu de monde. Tu n'avais que Eridan avec toi, puisque Moon, lui, il était en promenade -comme la plupart des soirs-. Tu t'efforçais de rester relativement silencieux dans les couloirs puisque les gens ne pouvaient pas toujours voir ni entendre ta chauve-souris.

Caïn savait que tu parlais aux animaux et que tu comprenais les félins sans avoir recours à la magie alors, tu n'as commencé à répondre clairement à Eridan qu'une fois que vous êtes entrés dans la tour de Serdaigle, puisqu'il n'y avait presque personne. Vous vous êtes croisés avec un des camarades de ton aîné qui le cherchait, visiblement, du coup, il t'a demandé de monter les escaliers et de l'attendre non loin du tableau de la salle commune. Tu as été discret jusqu'à ce que tu entendes la voix de son familier, enfin... ses miaulements, vous me direz. Ceci dit, alors que tu gravissais les marches, une autre voix a résonné dans la tour :

Tu dis que c'est parce que je réfléchis trop ? Tu as sûrement raison. Mais que veux tu on ne se refait pas.

Tu as donc accéléré le pas pour voir avec qui est-ce qu'il était, ce traître. Malheureusement, puisque tu avais ton sort actif et que tu parlais aux chats, tu ne pouvais pas discerner la voix d'un humain et celle d'une autre créature. Quoi qu'il en soit, tu savais qu'il s'agissait d'une femelle et... malgré la scène qui avait lieu devant toi, tu n'en fus pas vraiment surpris : Moon était un traître. Pour des caresses et/ou de la bouffe, il était aux pieds de n'importe qui. Tu as regardé la jeune fille avec ta froideur habituelle avant de hausser un sourcil. Ton chat se mit à ronronner bruyamment en t'apercevant. Ce fut alors qu'il prit la parole :

Raveeeeeeeeen, miou ! Quelle coïncidence~♪ Quoi que tu fais ici ? te demanda ton chat en poussant un petit miaulement.

Tu parles d'une coïncidence. Je savais que tu étais un traître, Moon. D'ailleurs, il me semblait t'avoir dit de ne pas venir ici, je dois déjà m'occuper de ce que tu sais alors je ne tiens pas en avoir d'autres sur les bras. soufflais-tu, quittant la fille du regard : tu ne l'avais pas saluée et tu ne comptais pas t'en approcher pour récupérer ton matou.

Maaaaaieuh~ elle sentent tellement bon, Daisy et Mila. Je voulais les voir avant le dîner... J'ai croisé cette fille en chemin et elle sait comment combler un chat~. Tu devrais avoir des amies comme elle.

Tu as tiqué en entendant ce que ton chat venait de te miauler. Tu supportais mal, très mal, la présence des femmes et il osait réclamer plus de présences féminines dans ton entourage. Ton confident félin n'était pas dans un état normal et c'était sans doutes à cause des deux minettes en chaleur qui rodaient dans la salle commune de Serdaigle. Tu détestais les deux bleues qui étaient à la charge de ces deux chattes, elles étaient en sixième année aussi et tu les croisais en cours, malheureusement. Elles auraient fait des bonnes serpentardes, ces vipères.

SACREBLEU ! Moon, vous n'êtes donc pas conscient de la double trahison que votre mise en scène suppose pour le jeune maître ? intervint ta chauve-souris, sortant le museau et une aile qu'il agita en même temps qu'il faisait la morale à ton premier familier.

Laisse tomber, Sollux. Moon, ce n'est pas principalement pour ce que tu risques de faire avec tes amies, mais pour ce qui s'en suivra. Je devais ENCORE rencontrer des abrutis à cause de toi, tu comprends cela ? Les propriétaires de Mila et de Daisy sont des garces que je ne tiens pas à croiser. Elles vont venir me prendre la tête en cours et en dehors à cause de tes caprices... Fais ce que tu veux mais je songe sincèrement faire ce que j'avais dit la dernière fois. Ne m'oblige pas à le faire... fis-tu en quittant ton air glacial pour instaurer une certaine déception sur ton visage : tu étais dépité et tu l'avais prévenu, tu allais le faire castrer s'il continuait à faire l'idiot.

C'étaient ses instincts, certes, il aurait mal vécu si tu l'aurais enfermé comme tu avais pensé, au début. Mais, la castration serait la meilleure chose pour ton ami. Tu l'aimais et c'était pour ça que tu y songeais. Va savoir ce qu'on pourrait lui faire si tu n'étais pas dans le coin quand il faisait certaines conneries... Tu assumais pour deux, mais tu refusais de t'excuser pour lui puisque tu ne le faisais déjà pas pour toi.

C'est bon, j'ai compris, je ferais attention, miaou. Je ne vais pas aller les voir ce soir... termina-t-il quittant la jeune fille afin de venir près de toi.

Moon se frotta un peu contre tes jambes avant de sauter sur ta bandoulière, se couchant dessus. Tu as poussé un léger soupir, tu étais plutôt soulagé mais ton ami d'enfance t’exaspérait parfois. La gamine de Serdaigle entra de nouveau dans ton champ de vision alors que tu comptais jeter un coup d’œil aux escaliers : Caïn tardait... Tu n'étais pas pressé mais tu ne tenais pas trop à ce qu'on te voit ici.

Si tu revois ce chat ici, chasse-le ou empêche le d'entrer dans votre salle commune. Je sais qu'il est incapable de le faire seul alors, j'aimerais éviter que les gonzesses de ta maison le prennent avec elles. fis-tu à voix basse, t'adressant à ta cadette. Cela m'éviterait bien de problèmes alors je ne pourrais que t'être... reconnaissant.
Revenir en haut Aller en bas
Yohana Dwight
Fleur Serdaigle
avatar
Fleur Serdaigle

Afficher infos

Messages : 308
Date d'inscription : 10/09/2014
Âge : 26

Dossier
Statut Statut: 4ème année, Serdaigle
Argent Argent: 6 365 gallions
Points Points: 1119

MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Mar 7 Oct 2014 - 21:01
Nos regards se croisèrent,et nous nous fixèrent un instant. Ses yeux violets semblaient sans fond, et je me perdis un instant dans cet océan améthyste.
Le chat poussa un miaulement ravi, c'était donc surement son maître.
Et il était aussi surprenant que ce que je pensais, et me surpris encore plus quand il répondit dans une langue, ou un genre de dialecte, que je ne connaissait pas.
Le Serpentard et son chat ne firent plus attention à moi et continuèrent leur drôle de discours.
Je profitai que l'on m'est oublié pour observer le garçon.
Il avait des cheveux entre le court et le mi-long noir de jais, et devais faire à peu près un mètre soixante dix. Je n'arrivai pas à lui donner un âge, soit en cinquième, soit en sixième, son physique androgyne n'aidait pas.
Étais je vraiment sure que c'était un garçon ? Finalement, je restai sur ma première impression, c'était vraiment un garçon.
Je fus détournée de mes réflexions quand mon nouvel ami le matou émit une série de miaulement n me regardant.
Je ne sais pas ce qu'il disait, mais il semblait prendre ma défense. Mais l'air déçu du garçon m'inquiéta un peu.
Le chat finit par se lever et retourna près de son maître, qui daigna enfin m'accorder un regard.
Rapide le coup d’œil, mais je sentis son attention tourné vers moi.

- Si tu revois ce chat ici, chasse-le ou empêche le d'entrer dans votre salle commune. Je sais qu'il est incapable de le faire seul alors, j'aimerais éviter que les gonzesses de ta maison le prennent avec elles. Cela m'éviterait bien des problèmes alors je ne pourrais que t'être... reconnaissant.

Le mot reconnaissant semblait lui écorcher la gorge. Il ne devait pas être le genre de personne à dire merci.

- Ne t'en fais pas. Ton gentleman de matou a été d'une très agréable compagnie. Et je ne suis pas assez cruelle pour lui faire subir les câlins de certaines de mes camarades.

Je fis une petite pause, et lui adressa un grand sourire.

- Ces filles manquent cruellement de tact, et de politesse. Excepté Alistine Blank et Kathleen H O'Hare, quel nom difficile quand j'y pense, je me demande à quoi correspond le H. Elles sont vraiment très gentilles avec moi depuis que l'on est dans le même dortoir, pas comme mes anciennes camarade chambre. De vraies petites vipères qui se cachent derrière réputation de bonnes élèves.

Et voilà, je recommençais à faire ma pipelette. Je ne savais même pas si il m'écoutait. Il y avait peu de chance. Mais je m'en fichais complètement. J'appréciais son chat, et si ce même chat l'appréciait, cela voulait dire que le Serpentard n'était pas un mauvais bougre.


.... I will fight by myself ....



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Ven 17 Oct 2014 - 20:46
Remercier les gens te coûtait toujours un peu. Ces mots écorchaient ta gorge, pour ainsi dire, tout comme certains compliments que tu émettais dans un élan de sincérité ou le fait de demander de l'aide à quelqu'un. La jeune fille à qui tu t'étais adressé avait sans doute compris cette petite facette grincheuse que tu avais, ce qui ne te dérangeait pas pour le moins.

Ne t'en fais pas. Ton gentleman de matou a été d'une très agréable compagnie. Et je ne suis pas assez cruelle pour lui faire subir les câlins de certaines de mes camarades. répondit la gamine. Suite à ces mots, elle fit une courte pause et t'adressa un grand sourire. Dire que cette réaction ne t'avait pas surpris un peu serait un mensonge. Tu ne t'y attendais pas et tu n'aurais sûrement pas prévu ce qu'elle allait ajouter par la suite : Ces filles manquent cruellement de tact, et de politesse. Excepté Alistine Blank et Kathleen H. O'Hare, quel nom difficile quand j'y pense, je me demande à quoi correspond le H. Elles sont vraiment très gentilles avec moi depuis que l'on est dans le même dortoir, pas comme mes anciennes camarade chambre. De vraies petites vipères qui se cachent derrière une réputation de bonnes élèves.

Alors, comme ça elle était une des camarades de dortoirs de ces deux filles, hu ? Si c'était vraiment le cas -et tu ne voyais pas l'intérêt qu'elle avait à te mentir-, elle ne devait pas être une mauvaise personne. D'habitude, lorsqu'on te parlait beaucoup et/ou qu'on te « racontait sa vie », tu continuais ta route et tu ignorais les concernés. Moon appréciait vraiment cette inconnue, visiblement alors... pourquoi ne lui donnerais-tu pas une chance de pouvoir te parler d'avantage ? Jusqu'à preuve du contraire, elle n'était pas une menace pour toi.

Hope... Selon mes sources, le H dans le nom de ta camarade, c'est Hope. Je les connais, tes camarades. Notamment, Blank... On se croise souvent. commençais-tu, directement. Les autres abruties auraient fait des bonnes serpentardes, mais elles auraient entaché notre réputation, ma foi, déjà pas glorieuse à ce que j'ai pu comprendre... On est sensés être une des « meilleures » maisons et, pourtant, il n'y a pratiquement que des crétins parmi nous. continuais-tu, levant une main afin de de caresser le museau de ta chauve-souris -qui dépassait toujours entre deux tours de ton écharpe-. À défaut d'avoir du savoir vivre, certains devraient être plus respectueux envers leur maison. Nous avons une réputation à tenir, sans compter que... lorsqu'un pauvre type fait des siennes, c'est sur tous que cela retombe. D'autant plus lorsqu'on perd des points... ajoutais-tu, repensant encore une fois à cet idiot de cinquième année qui avait perdu les dix points que tu avais gagné la même semaine que tu les avais gagnés.

Un léger soupir se fraya chemin entre tes lèvres : indéniablement, tes collègues verts t’exaspéraient. Avoir un semblant de bonne entente avec des élèves de sexe féminin te surprenait encore plus que le commentaire que ta cadette avait fait vis à vis de ses camarades. Tu l'as fixée un instant, la détaillant encore une fois et ce, indiscrètement : qu'est-ce que tu cherchais à faire, en la regardant ainsi ? Peu importe, parce que ton aîné monta rapidement les escaliers et tapota ta tête avec un petit sourire gêné :

Désolé de t'avoir fait attendre, Raven. Je t'apporte ça, puisque je vois que tu es accompagné. Je ne tarderais pas longtemps, promis ! fit le brun aux lunettes, passant un bras autour de tes épaules avant de gravir quelques marches, adressant un signe de main à la troisième année. Bonsoir, Dwight ! lança-t-il, continuant son chemin vers la salle commune.

Être en compagne d'une femme ne te plaisait pas des masses, mais c'était pire de poiroter devant le tableau des Serdaigle et qu'on te prenne ENCORE pour le petit copain de ton ami. Certes, votre relation était ambiguë et il ne te traitait pas comme il traitait les autres mecs, mais il n'y avait rien de cela. Par ailleurs, tu n'étais pas doué pour entamer des conversations alors, tu as laissé un gros blanc avant d'opter pour dire quelque chose, gardant toujours tes distance avec la jeune fille aux yeux gris :

Je me nomme Raven, Raven Astrea. Je suis en sixième année de Serpentard... terminais-tu, t'asseyant sur une marche, contre le mur.

Moon vint s'installer sur tes genoux, ronronnant aussi bruyamment que d'habitude. Tu n'avais posé aucune question mais tu avais laissé ta phrase en suspens pour inciter ta cadette à se présenter, elle aussi. Tu tentais d'être poli, c'est déjà ça, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Yohana Dwight
Fleur Serdaigle
avatar
Fleur Serdaigle

Afficher infos

Messages : 308
Date d'inscription : 10/09/2014
Âge : 26

Dossier
Statut Statut: 4ème année, Serdaigle
Argent Argent: 6 365 gallions
Points Points: 1119

MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Sam 18 Oct 2014 - 0:18
Je ne m'attendais pas à avoir une réponse, le Serpentard ne semblait pas être le genre de type qui fait semblant de s'intéresser quand ça ne l'intéresse pas. Pourtant, je vis qu'il semblait surpris par ma réaction.
Il était assez simple à comprendre, mais je sentais qu'il cachait un très lourd secret. Il se détendit de façon presque imperceptible, vraiment un peu, je pris ça pour un bon point pour moi.

"- Hope... Selon mes sources, le H dans le nom de ta camarade, c'est Hope. Je les connais, tes camarades. Notamment, Blank... On se croise souvent. Lança-t-il. Les autres abruties auraient fait des bonnes serpentardes, mais elles auraient entaché notre réputation, ma foi, déjà pas glorieuse à ce que j'ai pu comprendre... On est sensés être une des « meilleures » maisons et, pourtant, il n'y a pratiquement que des crétins parmi nous."

Il avait un avis très tranché sur ses camarades de maison. Je comprenais où il voulait en venir, je retrouvais mes anciennes camarades de chambre dans sa description. Il leva un main afin de caresser le museau de sa chauve-souris, que je remarquai à l'instant. Elle était vraiment très discrète celle là. Elle dépassait entre deux tours de son écharpe.

- A défaut d'avoir du savoir vivre, certains devraient être plus respectueux envers leur maison. Nous avons une réputation à tenir, sans compter que... lorsqu'un pauvre type fait des siennes, c'est sur tous que cela retombe. D'autant plus lorsqu'on perd des points, ajouta t'il en regardant au loin.

Il devait penser à un mauvais souvenir car il poussa un léger soupir. Il me fixa de ses yeux améthystes, définitivement trop ensorcelants, un instant. Il me détailla des pieds à la tête, de façon absolument pas discrète. Je n'aimais pas trop qu'on me regarde comme ça, je ne détournai pas les yeux et je l'affrontais un instant droit dans les yeux. Nous furent interrompu par Caïn Steevenson, un de mes senpai de septième année.

- Désolé de t'avoir fait attendre, Raven. Je t'apporte ça, puisque je vois que tu es accompagné. Je ne tarderais pas longtemps, promis ! fit il en passant un bras autour des épaules du Serpentard, avant de gravir quelques marches. Il m'adressa un signe de la main et me lança en continuant son chemin vers notre salle commune :

- Bonsoir, Dwight !
- Bonsoir senpai, faite attention, Alistine était en train de tenter une expérience, qui sait ce qu'elle pourrait inventer !

Steevenson et le Serpentard semblait vraiment très proches. Je ne suis pas sure que ce garçon permette ce genre de geste à n'importe qui. C'était même évident, leur véritable relation ne me concernait pas vraiment. Je n'avais aucun intérêt à poser ce genre de question.
Pendant un certain temps, j'entendis les mouches voler, mais je n'étais pas pressée. J'étais pipelette, mais j'avais envie de lui laisser faire le premier pas.

- Je me nomme Raven, Raven Astrea. Je suis en sixième année de Serpentard...Finit il par dire en s'asseyant sur une marche contre le mur. Son chat s'installa sur ses genoux, en ronronnant bruyamment.

Il laissait sa phrase en suspens pour me proposer de répondre par moi même. Décidément, ce garçon était vraiment une personne intéressante. Je pensais au destin avant de rencontrer son chat, et voilà que ce dernier m'amenait ce Serpentard sur un plateau. Ce n'était pas le même genre de sentiments que j'avais pour Araekin, carrément pas en fait. Mais je sentis que ce garçon allait lui aussi bouleverser ma vie, et j'avais très envie de savoir comment.
Mais avant d'en arriver là, je répondit à sa question muette avec un petit rire :

- Raven Astrea, répétai-je pour moi même. C'est vraiment joli, moi je suis Yohana Dwight. Je suis en troisième année de Serdaigle comme le montre mon aigle cousu sur ma poitrine, quasiment inexistante j'en convient, fis-je en regardant mon blason.

Je me levais et épousseta ma jupe. Je vis qu'il était surpris par ma petite taille. Pas surprenant, je vivais ça souvent.

- En plus, pour ma défense, je ne suis pas bien grande.

Il n'avait pas dit un mot. Il faut dire que je ne lui en avait pas vraiment laissé l'occasion.

- Je pense que tu as deviné que je suis plutôt bavarde. Mais je ne m'attend pas à ce que tu y fasse vraiment attention.

Au moins comme ça c'était clair. Je m'installa à l'opposé de la marche sur laquelle il s'était assis. Je trouvai qu'il avait un comportement très félin. D'abord méfiant, mais il suffisait de se montrer patient, et il finissait par accepter notre présence.


.... I will fight by myself ....



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Lun 20 Oct 2014 - 17:12
Alors, comme ça, Alistine était là, elle aussi ? Qu'elle soit en train de bidouiller quelque chose ne t'étonnait point et, même si tu avais la certitude que le Polynectar que tu lui avais aidé à préparer après Noël marche, tu étais curieux de savoir si elle en avait fait l'usage pendant ses vacances ou pas. Par ailleurs, cette autre inconnue qui tripotait ton chat, tantôt, semblait connaître ton ami, et c'était réciproque. Caïn était quelqu'un de plutôt sociable, après tout. Il s'entendait avec la plupart des élèves de sa maison. À peine assit, un petit rire attira ton attention :

Raven Astrea. se dit-elle. Tu ne savais pas si elle riait en entendant ton nom ou si c'était pour autre chose. Tu ne comprenais pas ce genre de réactions même si, souvent, tu savais -au moins- qu'on n'était pas en train de se moquer de toi. C'est vraiment joli, moi je suis Yohana Dwight. Je suis en troisième année de Serdaigle comme le montre mon aigle cousu sur ma poitrine, quasiment inexistante j'en convient. se présenta-t-elle, regardant le blason qui ornait son buste avant de se lever afin d’épousseter sa jupe.

Tout comme toi, elle n'était pas très grande mais, la taille n'était pas un détail auquel tu prêtais vraiment d'importante. Elle devait être métisse, tout comme toi et, quelque part, ça te faisait plaisir de rencontrer des élèves avec du sang nippon. Il n'y en avait pas des masses, à Poudlard et, il faut dire que tu n'avais pas vu un grand monde avant d'arriver au château. Tu étais misanthrope, certes, mais la curiosité et le Savoir passaient avant tout et connaître tes « semblables », ne serait-ce que de loin, était important pour analyser la société que tu venais d'intégrer.

En plus, pour ma défense, je ne suis pas bien grande. ajouta-t-elle, te rappelant à une certaine chouette à qui tu parlais parfois et qui ne te laisser pas en placer une, une fois qu'elle était lancée. Bon, après, cela ne te dérangeait pas, vraiment, tu l'écoutais distraitement, grattouillant ton familier. Tu n'étais pas bavard, de toutes façons. Je pense que tu as deviné que je suis plutôt bavarde. Mais je ne m'attend pas à ce que tu y fasses vraiment attention. termina-t-elle, s'installant sur la même marche que toi, mais à l'opposé.

Tu as sûrement pensé que j'ai des airs... félins, n'est-ce pas ? Tu fais rien de ne pas espérer, je ne suis pas réputé pour être bavard, au point que même les professeurs oublient que je suis dans leurs cours. Certains osent prétendre que je manque de présence, mais c'est tout à fait volontaire : je ne tiens pas à me mêler trop à eux, je préfère qu'on m'oublie. Si tu te demandes pourquoi, c'est plutôt simple, lorsqu'on prend vraiment la peine d'y réfléchir... commençais-tu, tournant légèrement la tête afin de regarder ta cadette. Tu n'avais pas ignoré son compliment, tu ne voulais juste pas montrer que cela te flattait, ne serait-ce qu'un peu : ton prénom était le dernier souhait de ta défunte mère. C'est quelque chose que les humains ne savent pas vraiment contrôler, contrairement aux animaux. Quand on sait jongler entre le décor et la foule, on arrive à mieux la cerner. Si on demeure trop loin ou trop près, nos sens sont inhibés par différents facteurs d'influence de la Société. Je suis venu uniquement pour étudier ici, pas pour me faire des amis. expliquais-tu, portant ton regard sur un autre chat noir -avec la queue cassée et les yeux vairons- qui descendait les escaliers, avec un couple de musaraignes sur le dos. Oh puis, je ne sais même pas pourquoi je te dis ça... Sûrement parce que ta présence ne me dérange pas vraiment, même si tu es une femme. ajoutais-tu, fronçant un peu les sourcils : c'était une sorte de compliment, malgré tout, puisque rares étaient les gonzesses qui ne t'emmerdaient pas.

Salut, les gars ! On va aux cuisines, ya du poulet en sauce tomate et des amandes grillées, dans le menu de ce soir ! Avec un peu de chance les elfes nous fileront un bout~ Tu viens, gros ? miaula le chat, s'arrêtant entre la fille et toi.

Bonsoir, Blake. soufflais-tu à l'entente du félin.

Salutations, mais je décline votre proposition. répondit directement Sollux.

MIAOU ! Je viens, of course ! lança ton familier, bondissant pour rejoindre ses amis. Oui, aucun de ces deux matous était capable de tuer autre chose que des insectes et encore : ils préféraient qu'on leur serve la bouffe dans une assiette, si possible.

Sir Eridan, nous avons aperçu des chauve-souris dans la tour de l'horloge ! Vous pourriez peut-être vous faire des amis, parmi elles. intervinrent les deux rongeurs, se dressant sur le félin aux yeux vairons.

Je vous remercie pour l'information mais je refuse d'approcher ces plébéiens qui se donnent des grands airs. rétorqua Eridan, sortant la tête par dessus ton écharpe tout en plissant les yeux.

Si les musaraignes auraient pu soupirer, elles l'auraient fait : leur « ami » n'avait pas changé d'un poil. De la même façon qu'ils arrivés, ils partirent, accompagnés de Moon. Tu allais le revoir plus tard parce que les elfes t'attendaient sans doutes déjà. La joie d'avoir des amis qui s'inquiètent trop pour toi et qui veulent absolument que te nourrisses comme il faut.

Ce n'est pas une affaire personnelle, tu peux penser ce que tu veux. Sinon...Tu as des familiers, Dwight ? terminais-tu, dénichant ta chauve-souris d'où elle était, la posant sur ton épaule puisqu'il gigotait pour essayer de sortir.

Ainsi, tu espérais changer un peu de sujet. Tu aurais parfaitement pu garder silence jusqu'à ce ton aîné revienne avec les livres qu'il t'avait gardé de côté, mais, dans un étrange élan, tu as préféré reprendre la conversation avec ladite Yohana Dwight.

HRP:
 


Dernière édition par Raven Astrea le Jeu 23 Oct 2014 - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yohana Dwight
Fleur Serdaigle
avatar
Fleur Serdaigle

Afficher infos

Messages : 308
Date d'inscription : 10/09/2014
Âge : 26

Dossier
Statut Statut: 4ème année, Serdaigle
Argent Argent: 6 365 gallions
Points Points: 1119

MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Mar 21 Oct 2014 - 22:51
— Tu as sûrement pensé que j'ai des airs... félins, n'est-ce pas ? Tu fais bien de ne pas espérer, je ne suis pas réputé pour être bavard, au point que même les professeurs oublient que je suis dans leurs cours. Certains osent prétendre que je manque de présence, mais c'est tout à fait volontaire : je ne tiens pas à me mêler trop à eux, je préfère qu'on m'oublie. Si tu te demandes pourquoi, c'est plutôt simple, lorsqu'on prend vraiment la peine d'y réfléchir.

Ses mots ne m'étonnèrent pas, cela collait avec le personnage. J'avais tout de même un peu rougis qu'il ait deviné que je le comparait à mes amis les félins. Je l'avais peut être rapidement cerné, mais apparemment, j'étais aussi facile à décrypter. Mon ego en prit un coup, petit, je ne suis pas non plus prétentieuse, mais j'aimais me croire un peu inaccessible pour le commun de Poudlard.

- C'est quelque chose que les humains ne savent pas vraiment contrôler, contrairement aux animaux. Quand on sait jongler entre le décor et la foule, on arrive à mieux la cerner. Si on demeure trop loin ou trop près, nos sens sont inhibés par différents facteurs d'influence de la Société. Je suis venu uniquement pour étudier ici, pas pour me faire des amis.

Je trouvai dommage qu'il ne souhaite pas s'investir un peu plus dans ce qu'il nommait la foule. Même si son point de vue se tenait, il avait raison dans un sens, je me comportais aussi un peu comme cela. Je n'étais pas une simple tapisserie, mais je n'étais pas non plus un modèle de popularité. Je n'avais pas vraiment d'ami, mais je n'étais pas non plus associable. J'étais l'entre deux parfait. Mais j'aimais aussi la présence des gens, et c'est en ça que je trouvai dommage que Raven ne soit pas un peu plus ouvert aux autres.
Il avait surement d'excellentes raisons de penser ainsi, mais si le destin ne s'était pas mêlé de ma vie, appeler ça comme vous le souhaitez, destin, hasard, coïncidence ou que sais-je encore, peut importe.
Nous étions tous deux japonais, et j'ignorai que j'avais un condisciple. Moi qui désespérais de ne pas avoir autant de souvenirs que je l'aurai voulu du Japon, et mes camarades ne savent pas de quoi ils parlent quand ils veulent discuter de ça avec moi.

un autre chat noir, ne ressemblant absolument au matou de Raven, il avait la queue cassée et les yeux vairons, descendit les escaliers, avec un couple de musaraignes sur le dos. Je le connaissais plutôt bien puisqu'il n'était pas rare qu'il vienne traîner par ici. Raven le regarda passer et reprit :

- Oh puis, je ne sais même pas pourquoi je te dis ça... Sûrement parce que ta présence ne me dérange pas vraiment, même si tu es une femme.

Il avait du mal avec les filles ? Je comprenais mieux sa méfiance du début. Si il avait accepté de discuter avec moi, c'est que je devais l'intéresser. Cela me fis plaisir, je suis peut être assez banale comme ado, mais j'adore être avec toutes sortes de personnes, et j'avais très envie de mieux connaitre ce Serpentard.
Le chat s’arrêta entre nous et commença a miauler allègrement. Les rongeurs sur son dos firent de même
Je ne savais pas de quoi ils parlaient, mais je supposais que c'était de nourriture, allez savoir pourquoi.
Le chat de Raven se leva et partit avec les autres.
Quelle scène étrange tout de même. Le plus surprenant était surement Raven qui semblait parfaitement comprendre ce qu'il se passait. Il devait savoir parler aux animaux, on est des sorciers après tout, ce n'était peut être pas si surprenant que cela au final.

— Ce n'est pas une affaire personnelle, tu peux penser ce que tu veux. Sinon...Tu as des familiers, Dwight ? demanda t'il en dénichant sa chauve-souris d'où elle était, la posant sur son épaule.

Surprenant son changement de sujet, je ne m'y attendais pas. Peut être qu'il n'aimait pas trop en parler.

- Une chouette uniquement, je l'ai appelé Kara. Elle est un peu spéciale, mais je l'adore. J'ai toujours voulu un chat, mais ma mère est très allergique à leurs poils. Et puis il y a pas mal de chats ici, alors je ne suis pas trop à plaindre.

Je lui fis de nouveau un sourire, je suis comme ça moi, ma mère m'a toujours dit que le sourire c'est communicatif, tout particulièrement le mien. Et puis j'aime sourire, alors je le fais.

- Je vais surement être indiscrète, mais tu es japonais n'est ce pas ?

Je ne voulais pas qu'il se braque, alors autant y aller en douceur pour le pas trop le brusquer. J'attendis sa réponse, et je me rendis brusquement compte d'un détail au combien important à mes yeux :

- Au fait, j'ai fais connaissance avec ton chat, mais je ne sais même pas comment il s'appelle, m'exclamai-je.


.... I will fight by myself ....



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Jeu 23 Oct 2014 - 12:31
La jeune nippone fut surprise par ta question, puisqu'elle était hors sujet. Ton changement de sujet était passablement réussi, mais ta façon de le faire avait été mal calculée. Tu avais sûrement une bonne demie heure avant que ton aîné revienne avec les livres qu'il avait emprunté pour toi.

Une chouette uniquement, je l'ai appelée Kara. Elle est un peu spéciale, mais je l'adore. J'ai toujours voulu un chat, mais ma mère est très allergique à leurs poils. Et puis, il y a pas mal de chats ici, alors je ne suis pas trop à plaindre. te répondit-elle, t'adressant un nouveau sourire.

Décidément, cette fille avait un je-ne-sais-quoi qui t’empêchait de faire la gueule devant elle. Tu gardais ta froideur apparente mais, n'importe qui te connaissant te trouverait plus détendu. Même si tu avais n'avais pas connu ta mère, de son vivant, tu avais eu un aperçu en lisant ses notes, ses parchemins et écoutant tous ceux qui avaient pu connaître ta mère. Certains fantômes de Poudlard se souvenaient d'elle et de sa façon d'être un brin particulière. Cette fille dégageait le même sentiment que les personnes qui parlaient de Yuzuki : elle lui ressemblait un peu, du moins, quand elle était petite.

Je vais sûrement être indiscrète, mais tu es japonais n'est ce pas ? te demanda-t-elle, à son tour.

Ce n'est pas vraiment indiscret, je pense. Oui et non, ma mère l'était... lui répondis-tu, la regardant droit dans les yeux.

Au fait, j'ai fais connaissance avec ton chat, mais je ne sais même pas comment il s'appelle ! s'exclama-t-elle, t'interrompant mais ce n'était pas grave.

Tu n'avais pas vraiment envie de développer ta réponse puisque tu avais implicitement dit ce à quoi tu songeais : elle avait cessé d'être. Ça tombait bien que ses pensées aient rivé vers un autre sujet, même si le fait qu'on t'ait coupé la parole n'avait pas du tout plu à ton autre familier. Eridan fronça le museau, dévisageant la serdaigle.

Il s'appelle Moon, le gros matou. Et voici Eridan. fis-tu, posant ton index doucement sur le nez de ta chauve-souris.

Sir Eridan Sollux McGyver VII. corrigea ton familier, se dressant sur ton épaule. Après ce petit geste, tes lèvres se sont brièvement fendues en un sourire quasi imperceptible.

Sir Eridan Sollux McGyver VII, plutôt. repris-tu, à l'entente de l'élève en troisième année. J'aime tous les animaux, personnellement et, à défaut de m'entendre avec les humains, c'est avec eux que je le fais. Là où j'habite, je suis le seul humain vivant, en temps normal donc, j'ai l'habitude de traiter avec eux. avouais-tu, t'accoudant sur tes cuisses avant de poser ton menton sur l'une de tes mains.

En effet, tu étais le seul humain, la plupart du temps et ce, à plusieurs kilomètres à la ronde. Ton père ne l'était plus et tes instituteurs ne venaient pas tous les jours. Vivre dans un château-école était un énorme changement, pour toi. Tu t'étais plus ou moins habitué, mais tu préférais ton vieux manoir poussiéreux et isolé.
Revenir en haut Aller en bas
Yohana Dwight
Fleur Serdaigle
avatar
Fleur Serdaigle

Afficher infos

Messages : 308
Date d'inscription : 10/09/2014
Âge : 26

Dossier
Statut Statut: 4ème année, Serdaigle
Argent Argent: 6 365 gallions
Points Points: 1119

MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Jeu 30 Oct 2014 - 18:08
- Ce n'est pas vraiment indiscret, je pense. Oui et non, ma mère l'était... me répondit-il droit dans les yeux.

Si il utilisait le passé, c'est qu'elle n'était plus de ce monde. Je n'avais pas trop l'habitude de parler des personnes disparues. Je n'avais jamais vécu ça, et je ne pouvais absolument pas comprendre ce qu'il devait vivre. Je pensais à ma mère un instant, et j'eu les yeux soudainement humides en imaginant qu'elle ne soit plus là. Je détournais la conversation rapidement pour ne pas qu'il voit ma gène et ma soudaine détresse.

- Au fait, j'ai fais connaissance avec ton chat, mais je ne sais même pas comment il s'appelle !

Pas sure que ma diversion soit très subtile, je manque encore de pratique dans ce domaine, je n'ai pas l'habitude de parler de ce genre de chose.

- Il s'appelle Moon, le gros matou. Et voici Eridan. fit-il, en posant son index doucement sur le nez de sa chauve-souris.

Il fit un imperceptible sourire en entendant les cris poussés par sa chauve-souris et se reprit :

- Sir Eridan Sollux McGyver VII, plutôt. J'aime tous les animaux,  personnellement et, à défaut de m'entendre avec les humains, c'est avec eux que je le fais. Là où j'habite, je suis le seul humain vivant, en temps normal donc, j'ai l'habitude de traiter avec eux. dit-il, en s'accoudant sur ses cuisses avant de poser son menton sur l'une de ses mains.

Il n'avait pas dut avoir une enfance facile, il était vraiment incroyable. Mon sixième sens, celui qui détecte les choses qui peuvent m'intéresser, me disais clairement que ce garçon était très spécial, dans le bon sens, et qu'il était hors normes. J'aime avoir des surprises dans la vie, et sa présence près de moi assurait que je n'allais pas m'ennuyer avec lui.

- Et bien, si ma présence ne te dérange pas, je serai ravie de faire partie des humains qui trouve grâce à tes yeux, répondit je avec un petit rire. En tout cas, moi ça me ferais drôlement plaisir.

J'étais sincère, je voulais absolument lui faire comprendre que sa personnalité ne me dérangeais pas, et que j'avais envie de devenir amie avec lui. Ou au moins pouvoir le saluer dans les couloirs sans craindre qu'il ne me tue d'un de ses regards pénétrants. Et puis j'adorais son chat, c'était quand même un signe !

- Je cherche à faire des rencontres qui me permettraient de pouvoir découvrir plein de choses sur le monde qui m'entoure. Je suis d'un naturel curieuse, et tout m'intéresse. Tu m'apprendrais quelques mystères que tu connais ?

Autant poser la question franchement, il n'était pas le genre de type à faire des ronds de jambes, et tourner autour du pot pendant des heures pour obtenir ce qu'il souhaitait, et moi non plus. Ma mère trouvais que l'expression tourner sept fois sa langue dans sa bouche me correspondait bien. Incapable de tenir ma langue et ne réfléchis pas toujours à ce que je vais dire.


.... I will fight by myself ....



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Mar 4 Nov 2014 - 15:33
Le fait de t'entendre aussi bien avec une femme dont tu ne savais pas grande chose, qui plus est, te perturbait et te rassurait, en même temps. Plus tu parlais avec elle, plus tu avais l'impression d'y voir ta mère, même si ta vision était vague, puisque tu n'avais jamais pu la connaître de son vivant. Tu voyais en cette fille la jeune Yuzuki Astrea qui avait imprégné ses cahiers et parchemins de larmes, ancres et diverses substances non identifiées pouvant correspondre à des potions quelconque.

Yohana Dwight commençait à susciter ton intérêt sans pour autant l'accaparer. Pour toi, elle était comme un chiot d'Akita Inu : d'apparence chétive, au pelage clair, relativement amicale lorsqu'on sait l'approcher, loyale et aussi curieuse qu’intelligente. C'était devenu une habitude, de comparer tes cadets à des chiens, mais ce n'était en rien péjoratif puisque tu aimais les animaux. Si tu donnais un tel surnom à ces personnes c'est que, d'une façon ou d'une autre, ils t'avaient tapé dans l’œil.

Et bien, si ma présence ne te dérange pas, je serai ravie de faire partie des humains qui trouvent grâce à tes yeux. te répondit-elle dans petit rire cristallin. En tout cas, moi ça me ferais drôlement plaisir. ajouta-t-elle, sincèrement : elle t'avait accepté tel que tu étais et en assumait les conséquences face à votre éventuel rapprochement social. Je cherche à faire des rencontres qui me permettraient de pouvoir découvrir plein de choses sur le monde qui m'entoure. Je suis d'un naturel curieux, et tout m'intéresse. Tu m'apprendrais quelques mystères que tu connais ?

Sa question te sembla étrange mais toute aussi sincère que ses précédents mots. Du moins, tu en avais le sentiment. Tu as mit une main devant ta bouche, cachant une infime esquisse avant de pouffer. Non, tu ne te moquais pas d'elle, c'était juste la première fois que quelqu'un te demandait une chose de ce genre et aussi directement. Tu aimais le fait qu'elle soit spontanée et directe parce que tu détestais tourner autour du pot et, encore plus, que les autres le fassent.

Il n'est de mystère que ce que l'on ignore. Lorsqu'on vient à y apporter des réponses, cela cesse d'être un mystère et cette notion, ce fait, dépend et varie selon les individus. rétorquais-tu, regardant les marches des escaliers pendant quelques instants avant de tourner le regard vers ta cadette. Je ne sais pas ce que tu sais ou pas, je ne peux donc pas élucider tes propres mystères, Dwight. Cependant... je peux te montrer quelque chose qui demeure inconnu pour la plupart des humains... continuais-tu, dénichant ta baguette à l'intérieur de ta manche droite.

Lentement et sans faire de gestes brusques, tu t'es levé et tu t'es approché de la serdaigle. Tu as rapproché le bout de ta baguette de sa gorge avant de lancer un sort informulé : Pangloss Anima, l'un des sorts dont tu avais hérité, en quelques sortes, et que tu avais pu déchiffrer dans le grimoire de ta grand-mère. Après avoir plongé ton regard -pendant quelques secondes- dans celui de la jeune fille, tu as retourné à ta place, rangeant ta baguette dans la même manche où tu l'avais prise.

De naissance, tout comme ceux qui parlent fourchelangue, je peux parler aux félins et les comprendre. Ceci dit, j'use d'un sort pour entendre les paroles des autres espèces. Cela marche tout aussi bien pour certaines créatures magiques, comme Graëdolf, le vieux chartier qui habite dans les jardins de la cour arrière. ajoutais-tu, gardant le contact visuel avec ton interlocutrice. Ce sort sera actif tant que je ne daignerais de l'annuler et/ou personne ne lancera Finite ou Finite incantatem dans ton périmètre. En sommes, c'est un sort d'une durée indéterminée. expliquais-tu avant de prendre Eridan afin de le poser sur tes genoux.

Sacrebleu ! On pourrait croire que tu commences à apprécier cette... plébéienne... commenta hautainement ta chauve-souris, fixant la jeune fille aux cheveux longs.

Qui sait ? Quoi qu'il en soit, c'est à moi et à moi seul d'en décider, Eridan. répliquais-tu spontannéement, sortant une fiole où tu avais rangé quelques sauterelles au miel. Tu en as posé deux sur tes cuisses afin que ton familier n'en rajoute davantage. Mange et tais-toi, tu veux ?

Sans se faire prier, il commença à dévorer ses douceurs.
Sollux se fichait pas mal d'être compris ou pas, il n'était pas du genre à mâcher ses mots. Mais, toi, ce n'était pas vraiment le cas, quand ça pouvait atteindre contre ton orgueil. Tes joues rosirent légèrement puisque ton familier venait de dévoiler tes ressentis. Tu n'aimais pas montrer tes émotions à autrui, mais, parfois, il arrivait que ton masque tombe à l'eau et que tu montres un tout autre visage.
Revenir en haut Aller en bas
Yohana Dwight
Fleur Serdaigle
avatar
Fleur Serdaigle

Afficher infos

Messages : 308
Date d'inscription : 10/09/2014
Âge : 26

Dossier
Statut Statut: 4ème année, Serdaigle
Argent Argent: 6 365 gallions
Points Points: 1119

MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Mer 5 Nov 2014 - 23:56
"- Il n'est de mystère que ce que l'on ignore. Lorsqu'on vient à y apporter des réponses, cela cesse d'être un mystère et cette notion, ce fait, dépend et varie selon les individus, répondit il en  regardant les marches des escaliers pendant quelques instants avant de tourner le regard vers moi.

- Je ne sais pas ce que tu sais ou pas, je ne peux donc pas élucider tes propres mystères, Dwight. Cependant... je peux te montrer quelque chose qui demeure inconnu pour la plupart des humains...continua-t-il, dénichant sa baguette à l'intérieur de sa manche droite.

- Tu peux m'appeler Yohana, répondis-je avec un autre sourire."

Décidément, j'avais envie de sourire. Tant mieux ça aiderait à détendre l'atmosphère. Je vis qu'il s'était levé, et s'approchait de moi doucement. Il dégageait à cet instant énormément de tendresse et de délicatesse. Fait très rare chez les garçons en général. Surtout à ce point.
Il ne voulait pas m'effrayer. Il devait me prendre pour un petit animal fragile, ce que je n'étais pas vraiment.
J'étais d'apparence chétive, mais j'étais solide. Ma maladresse me valais des coups et des sournoiseries de la part du décor qui m'entourait. Je ne comptait plus les fois où j'avais raté une marche ou dérapé sur une plaque de verglas, parmis les nombreux exemples que je pourrais donner.
Pour lui montrer que je n'avais peur de rien, courage que le Choixpeau considérait comme Gryffon, je fermai les yeux et j'entendis qu'il me lance son sort.
J'ouvris de nouveau les yeux quand sa voix se tut, et je me perdis dans son regard améthyste. Il retourna rapidement à sa place et rangea sa baguette.

"- De naissance, tout comme ceux qui parlent fourchelangue, je peux parler aux félins et les comprendre. Ceci dit, j'use d'un sort pour entendre les paroles des autres espèces. Cela marche tout aussi bien pour certaines créatures magiques, comme Graëdolf, le vieux chartier qui habite dans les jardins de la cour arrière. Ce sort sera actif tant que je ne daignerais de l'annuler et/ou personne ne lancera Finite ou Finite incantatem dans ton périmètre. En sommes, c'est un sort d'une durée indéterminée, m'expliqua-t-il avant de prendre sa chauve-sourie, afin de le poser sur ses genoux.

- Sacrebleu ! On pourrait croire que tu commences à apprécier cette... plébéienne... commenta hautainement ta chauve-souris, fixant la jeune fille aux cheveux longs.

- Qui sait ? Quoi qu'il en soit, c'est à moi et à moi seul d'en décider, Eridan. répliqua-t-il en rougissant un peu et sortant une fiole d'où il sortit quelques sauterelles. Mange et tais-toi, tu veux ?"

Je ne savais pas trop si je devais bien prendre sa remarque. Après tout, je ne pensais pas avoir d'avoir eu un comportement grossier, et je ne voyais pas en quoi c'était mal de faire partie de la classe populaire. Je ne pus retenir une remarque :

"- Je suis désolée, cher Sir Eridan Sollux McGyver VII, mais je ne vois pas où est le mal de ne pas être de la haute société. Je manque peut être de classe, mais je suis fière de ce que je suis et d'où je viens."

Je m'étais un peu vexée, n'importe qui dans la même situation aurait fait de même, mais je ne voulais pas me mettre à dos mon, peut-être, futur ami à cause d'une chauve-souris tout de même, alors je lui fis un sourire et repris :

"- Mais si mon comportement t'as paru déplacé, je te pris de m'en excuser, j'essayerai de faire un peu plus attention à présent."

Je levais le regard vers Raven, toujours en train de sourire:

"- Merci pour le sortilège, j'en ferai bon usage. Tu disais ne pas savoir quel mystère je connaissais, mais celui là, je l'ignorai moi-même. Si tu veux tout savoir, actuellement, le mystère dont j'aimerai vraiment la réponse, c'est celui de la salle sur demande. J'en ai entendu parler par des élèves de sixièmes années de Gryffondor un soir en retournant à ma salle commune après le repas. D'après ce que j'ai pu trouver ou entendre, c'est une salle qui permet d'obtenir ce que l'on souhaite en pensant très fort à ce que l'on veut. Je ne connais pas encore exactement le processus pour la faire apparaître, ni même où elle se trouve exactement. Tout ce que je sais, c'est que le tableau qui en garde l’accès est un tableau avec des trolls assez particuliers. Cela fait plusieurs nuits et inter-cours que je cherche, mais je n'ai encore rien trouvé, finis-je en poussant un soupir."

Je ne savais pas si il savait de quoi je parlais, mais au moins j'avais posé la question.










.... I will fight by myself ....



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   Jeu 13 Nov 2014 - 3:23
Je suis désolée, cher Sir Eridan Sollux McGyver VII, mais je ne vois pas où est le mal de ne pas être de la haute société. Je manque peut être de classe, mais je suis fière de ce que je suis et d'où je viens. lança ton interlocutrice à l'entente de ton familier.

Visiblement, elle n'avait pas bien pris cette remarque. Qui le ferait, sinon ? Il fallait bien connaître ta chauve-souris pour comprendre sa façon de parler. Que l'on soit d'une classe sociale ou d'une autre, il s'en moquait, pour lui, tous ceux qui l'entouraient étaient des plébéiens et des roturiers, sauf ceux qu'il décrétait comme étant dignes de sa présence. Logiquement, Yohana n'avait pas manqué de se vexer, comme bien d'autres, animaux, humains ou autres : Eridan était particulier et il fallait savoir traiter avec lui.

Mais si mon comportement t'as paru déplacé, je te pris de m'en excuser, j'essayerai de faire un peu plus attention à présent. ajouta-t-elle, après avoir adressé un sourire à Sollux. Ensuite, leva les yeux, posant son regard sur toi : elle était toujours souriante. Merci pour le sortilège, j'en ferai bon usage. Tu disais ne pas savoir quel mystère je connaissais, mais celui là, je l'ignorai moi-même. Si tu veux tout savoir, actuellement, le mystère dont j'aimerai vraiment la réponse, c'est celui de la salle sur demande. J'en ai entendu parler par des élèves de sixièmes années de Gryffondor un soir en retournant à ma salle commune après le repas. D'après ce que j'ai pu trouver ou entendre, c'est une salle qui permet d'obtenir ce que l'on souhaite en pensant très fort à ce que l'on veut. Je ne connais pas encore exactement le processus pour la faire apparaître, ni même où elle se trouve exactement. Tout ce que je sais, c'est que le tableau qui en garde l’accès est un tableau avec des trolls assez particuliers. Cela fait plusieurs nuits et inter-cours que je cherche, mais je n'ai encore rien trouvé. termina-t-elle, soupirant.

HAN ! En plus, elle ne comprend pas... On ne fait pas partie de la plèbe pour manquer de classe, mais pour ne pas avoir une aptitude digne de soi -et de moi, en l’occurrence-. Au moins, qu'elle s'estime heureuse, je ne l'ai pas traité de roturière. murmura ta chauve-souris, ayant pris son sourire pour une moquerie : il se parlait à lui-même.

Voilà, un sujet plutôt pertinent et sur lequel tu ne saurais pas vraiment te défendre. Tu n'avais jamais été dans ladite salle sur demande mais tu avais entendu dire qu'elle était au septième étage. Tu ne comprenais pas le mécanisme grâce auquel on pouvait théoriquement obtenir tout ce qu'on désire dans ce lieu. Cela te paraissait aussi exagéré qu'absurde, même si tu étais un sorcier tu croyais aux limites de la magie et de la science. Comment un endroit dépourvu de volonté pouvait réaliser les volontés d'autrui ? C'était étrange. Très étrange. Il fallait que tu en apprennes plus.

Tu me mets une colle, là. Il paraît que quelqu'un de ta maison y est déjà allé puisque son familier m'a parlé de cet endroit. C'est une hibou grand duc répondant au nom de Mister Président. Je ne m'entends pas avec son propriétaire, c'est un crétin... Je le croise parfois, en cours et crois-moi, l'affection que l'on se porte est mutuelle. rétorquais-tu, ajoutant une pointe d'ironie. A ce qu'il semblerait, la salle sur demande se trouve au septième étage. Je ne comprends pas son fonctionnement technique -et magique- mais, selon ce que j'ai pu comprendre, c'est comme une salle Joker : elle est tout est rien à la fois. Si on veut une bibliothèque et qu'on le désire, en y pénétrant, on aura une très vaste bibliothèque. Si on veut un jardin, on aura un jardin.... Si on veut des toilettes, on les aura quand même. Peu de monde parle de cette salle mais je suis curieux de la voir moi-même. ajoutais-tu, croisant les bras sur ton torse.

Inconsciemment, tu as froncé les sourcils, fixant les marches. Tu étais frustré de ne pas pouvoir en savoir plus, pour l'instant mais tu allais devoir faire preuve de patience, comme d'habitude. Quand tu étais pensif, tu avais l'air d'être en rogne -et pas qu'un peu-. Certains élèves évitaient de t'adresser la parole lorsqu'ils n'étaient pas certains de mourir dans d'atroces souffrances. Heureusement que tu n'étais pas un basilic, tu aurais tué la moitié de Poudlard il y a longtemps.

Des pas relativement rapides et mesurés résonnèrent dans la tour, annonçant le retour de ton aîné. À présent, il avait une grande bandoulière où il avait discrètement rangé les livres qu'il comptait te prêter. Il se pencha vers toi et tapota ton épaule afin de te ramener à la réalité.

C'est bon, je les ai. te souffla-t-il, ouvrant lui-même ton sac avant d'y ranger les livres qui se trouvaient dans le sien. Dès que tu auras fini de les lire, tu sais ce que tu dois faire. Évite de te faire attraper... fit-il, à voix basse, refermant rapidement ton sac avant de caresser ta tête.

Oui, je ferais attention, comme d'habitude. Ne t'inquiètes pas pour cela, Caïn. répondis-tu, te redressant. Hésitant, tu as tardé quelques secondes avant de pouvoir émettre une phrase que tu n'avais pas l'habitude de prononcer : Ce fut un plaisir... euhm... Yohana. soufflais-tu, à mi-voix.

Elle t'avait certes permis de l'appeler par son prénom, mais tu n'étais pas non plus habitué à le faire, avec ceux qui ne figuraient pas parmi tes amitiés puisque ça te permettait de garder les distances. Peut-être que, en effet, cette fille ne t'était pas déplaisante. Mal à l'aise, pour le coup, tu t'es raclé la gorge et tu as déballé les escaliers, n'adressant plus qu'un signe de main aux deux serdaigles une fois que tu fus assez loin. Ensuite, tu es retourné dans les cachots : tu étais pressé d'apprendre plus sur la nécromancie, sans pour autant vouloir en faire usage.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Afficher infos


MessageSujet: Re: L'élève et le maître | PV Raven [fini]   
Revenir en haut Aller en bas
 
L'élève et le maître | PV Raven [fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kaynan, Élève d'Émeraude
» • Une nouvelle Rentrée, Une nouvelle élève. || Validée.
» Hitori Yamâme, un élève turbulent à Beolan
» Quand l'élève dépasse le maître
» Quand l'aurore se lève et rend nos robes semblables à la roche. PV Apache
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Poudlard - Intérieur-