AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous vous rappelons que les rp doivent faire 10lignes complètes, les mini-rp 5 lignes complètes + discours et qu'on ne poste
pas des messages incomplets ([en cours]) dans les zones rp. N'oubliez pas de poster un message si vous devez vous absenter.
Ouverture officielle du forum, aujourd'hui 8.11.2013! Toutes les fonctionnalités du forum sont disponibles!
Pensez à lire fréquemment les diverses annonces du staff, dont le règlement. Ils sont irrégulièrement mis à jour.
Nous n'acceptons plus les chats en familiers des élèves, les garous, les animagus dès la présentation ainsi que
les métamorphomages. On vous remercie d'avance pour votre compréhension. Pour plus d'information, consultez le staff.
Inscrivez-vous avec des pseudos CORRECTS, respectant le règlement du forum
à risque de voir vos comptes supprimés ! On vous remercie d'avance.
On a besoin de moldus, professeurs, commerçants et autres. Même si ce forum est quasiment centré sur Poudlard, il n'y a pas que des
élèves. N'hésitez pas à incarner AUTRE chose. Créatures fantastiques autorisées dans les limites
de cet univers (se référer à la fiche sur les créatures magiques) .
Souhaitez-vous aider notre communauté ?
Et bien, c'est très simple ! Vous pouvez Like notre page Facebook, voter sur nos top-sites ainsi que dans les annuaires (BBBA) se trouvant
sur la page d'accueil mais vous pouvez aussi contribuer à notre développement en achetant des crédits. Vous avez juste à envoyer un petit
sms~♪ Vous trouverez plus d'informations ICI dans cette rubrique. On vous remercie d'avance ♥️

Nous sommes actuellement en Décembre 2014 ! Joyeux Noel !
La fiche Annexe des Nightmares a été mise en ligne !
N'hésitez pas à y jeter un coup d’œil et à nous contacter si besoin d'infos !
Nous avons besoin de vous !

Partagez | 
 
 Rencontre entre plantes plus ou moins... amicales [Pv Araekin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Rencontre entre plantes plus ou moins... amicales [Pv Araekin]   Mar 23 Sep 2014 - 1:22
Le dernier jour des vacances, j'ai fait un malaise. Cela faisait plusieurs jours que je n'avais pas pu fermer l’œil. Je n'avais pas même réussi à faire une sieste avec les filles de Graëdolf : je faisais des cauchemars, je suffoquais, j'avais mal et je me réveillais en sursaut sans compter que, je recommençais à vomir le peu que je mangeais. J'étais à cran et, ce fut à cause de cet état secondaire que je fus amené à l'infirmerie. Mlle. Wellington ne pouvait pas me toucher, à risque de me donner de l'urticaire et... à ma plus grande surprise, ce fut quelqu'un que je haïssais qui s'occupa de moi pendant la journée entière que j'ai passé sur ce morbide lit blanc : Raphaël Lalanne. D'ailleurs, selon l'infirmière, ce fut lui qui m'amena aussi et qui prévint au sujet de mon allégie envers la gente féminine.

Je ne le comprends pas...
Je ne le comprendrais jamais, sans doutes.

Nous nous ressemblions assez, mais uniquement lorsqu'il était lui-même. En public, il était odieux, il me faisait honte, il était trop tactile et se moquait de moi sans cesse. Quand il était seul, il était quelqu'un de froid, de sérieux et de plus calme. On pouvait parler tranquillement, même si je n'y prenais aucun plaisir : je me sentais mal à l'aise en sa présence, même si je n'avais plus de « sentiments » pour lui. Je m'étais dit que, si je ne pouvais pas l'avoir, personne ne l'aurait et, même ainsi, j'avais laissé tomber, puisque je n'avais pas envie de me démener pour quelqu'un que je haïssais.

La dernière fois que je l'ai croisé, ce fut à la bibliothèque où il m'humilia et fit que je sois le centre d'attention. À cause de lui, cette Gryffondor qui était dans mon équipe le jour d'Halloween m'a reconnu... Malheureusement pour moi, elle ne connaît pas le mot discrétion, non plus. Lalane avait arrêté de cracher des limaces entre temps, grâce à Mlle. Wellington, je pense.

Étrangement, il semblait concerné en me regardant.  J'aurais pu croire qu'il avait pitié de moi mais ce n'était pas le cas : il était inquiet. Lorsque j'ai essayé de m'asseoir sur le lit, il s'est penché pour m'aider. Je n'ai pas apprécié le contact de ses mains sur mes bras et, plutôt que le remercier -chose que je ne comptais sûrement pas faire-, je l'ai repoussé.

Tu m'en veux toujours, n'est-ce pas ? me souffla-t-il, se décalant un peu avant de s'asseoir sur le bord de mon lit.

Son regard m'était pesant, je n'avais pas des comptes à lui rendre.
Puis, il parlait comme si ces humiliations et blagues de mauvais goûts dataient de longtemps. Cela ne faisait que quelques jours, pour les plus récentes. Des mois, pour les plus anciennes. Comment voulait-il que je le lui pardonne aussi vite ? Qu'il ne pense pas que je lui dois quoique ce soit, maintenant. Qu'il m'ait aidé ou pas, ça ne risque pas de changer grande chose.

Je n'ai rien contre toi ou ta sexualité, Raven. Au contraire, savoir que j'attire même les hommes, me fait plaisir. Enfin, savoir que je t'attire, plutôt. Les hommes me dégoûtent, ne le prends pas mal. Toi, tu es mignon, tu ressembles à une fille et tu n'es pas du genre à remuer les fesses çà et là. C'est difficile à dire, mais... En fait, je t'a-- m'expliqua-t-il avant que je ne lui balance mon oreiller au visage : je ne voulais pas entendre ce qu'il avait à dire. Non, je refusais de l'entendre.

Je ne veux pas savoir ce que tu penses de moi et je me moque bien de comment tu peux me voir, Lalanne. Nous ne sommes pas amis, nous ne le serons jamais. Je ne t'ai rien demandé et ne t'attends pas à ce que je te remercie de m'avoir « aidé » l'interrompis-je en quittant mon lit aussi vite qu'il me fut possible : j'étais un peu fatigué, j'avais la tête qui tournait. Je faisais de l'anémie, pour changer...

J'ai balayé du regard tout ce qui se trouvait près de moi, recherchant mon sac et ma tunique du regard : il  n'y avait personne d'autre que nous. Et oui, je suis le genre de personne qui porte l'uniforme même lors des vacances scolaires. En vrai, je ne le quitte que rarement, cet ensemble noir, blanc et vert. En baissant le regard, j'ai vu qu'on m'avait changé la chemise, puisqu'elle était mal  boutonnée... Je suis quelqu'un de maniaque pour ça, alors il est impossible que je me sois raté, malgré mon état, et, si ça avait été l’infirmière, j'aurais eu des plaques rouges partout. Rapidement, je me suis habillé convenablement et j'ai arrangé ma tenue, regardant mon cadet : il me fixait toujours... Son regard me perturbait sérieusement, à risque de radoter.

Tu ne peux pas regarder ailleurs ? Tu es obligé de me fixer ? Je ne suis pas une bête de foire... grognais-je en ajustant ma cravate avant de me pencher pour prendre mon sac-bandoulière. Moon dormait dedans, roulé en boule sur mes affaires, calé contre Eridan -ce qui est très rare-.

En fait... Que tu sois un garçon ou non, au final, ça m'est égal. Tu me plais, c'est pour ça que je t'emmerde, tu sais... Je ne peux pas faire autrement devant les autres. insistait-il en se levant du lit pour s'approcher de nouveau. J'avais l'impression qu'il était encore en train de se moquer de moi, même s'il semblait sérieux. Trop sérieux à mon goût. Puis... c'est quoi, ces marques ? C'est vrai ce qu'on raconte dans les dortoirs, comme quoi tu t'es fait étrangler et attacher chez toi ? Tes parents te maltraitent ? C'est pour ça que tu ne rentres jamais à la maison et que tu évites tout contact avec les autres ?

Oh. Je t'arrête tout de suite, ça ne te concerne pas. Qu'est-ce que tu peux être idiot, croire des ragots infondés... Je ne t'autorise pas à parler mal de mes parents ! Ce n'est pas du tout le cas. J'ai mes raisons, tout simplement... rétorquais-je en m'éloignant de lui. J'étais nerveux mais je ne le montrais pas. Cependant, je frottais frénétiquement un de mes poignets : cet abruti de blond m'avait fait repenser à ce qui s'était passé cet été... Puis, je t'ai dit que je ne voulais rien entendre. Occupe-toi de la gamine-là que tu aimes autant et fiche-moi la paix. Tu t'es assez moqué de moi, n'en rajoute pas plus... ajoutais-je en le contournant, sans lui tourner le dos -puisque je m'en méfiais-.

Raven, je suis sérieux. me coupa-t-il en agrippant mon bras.

Tais-toi, je t'ai dit ! Et Lâche-moi ! Malgré mes proposés, il serra sa main davantage : il risquait de me marquer s'il ne me lâchait pas vite... Tu me fais mal, abruti ! Je ne t'aime plus. Tu es content ? Je n'ai rien à te dire. m'exclamais-je en lui écrasant le pied puisqu'il ne semblait visiblement pas partant pour me lâcher.

Lorsqu'il entendit mes propos, sa main se desserra. J'ai tiré brusquement afin de récupérer mon bras puis j'ai quitté l’infirmerie. Il était tôt mais le soleil brillait déjà dehors : j'avais mal aux yeux, la lumière m'éblouissait et je n'avais pas envie d'aller en cours. Je n'étais pas en état. J'étais énervé et je ne tenais pas à faire un autre malaise... Évitant la foule -et mes collègues, surtout-, je me suis rendu aux serres de Poudlard. Dans la première, il y avait cours et dans la troisième, on faisait la partie pratique des cours donc, je risquais de me faire déranger. J'ai toujours voulu rentrer dans la deuxième serre.

À travers les rares trous sur les murs vitreux et sales -couverts de plantes, par endroits-, j'avais pu observer quelques espèces agressives mais, visiblement, il n'y avait rien qui puisse m’empoisonner ou m'attaquer si je restais en retrait. Personne n'étais susceptible de venir, là-bas. Discrètement, j'ai ouvert une des portes et je m'y suis faufilé à l'intérieur, piochant une chocoballe dans mon sac avant de l'introduire dans ma bouche. J'ai dû utiliser ma baguette, puisqu'il y avait un verrou, mais qu'importe ? Ensuite,  je me suis installé dans un coin, près d'un amas de puffapods, sous une énorme plante à pipaillon : celle-là, on ne l'avait pas taillée depuis longtemps, la pauvre.

C'était la seule zone tranquille à je ne risquais pas de me faire attaquer par quelque chose, sans compter que c'étaient des plantes que je connaissais bien. Elles ne risquaient pas de me faire du mal. Poussant un long soupir d'aise, je me suis allongé sur l'herbe et la mousse, posant la tête sur un puffapod avant de m'endormir. Ce ne fut qu'une question de secondes, puisque je me sentais en sécurité et qu'il n'y avait pas beaucoup de lumière, ici. Quel silence... quel calme... ça faisait tellement du bien.


Dernière édition par Raven Astrea le Mer 26 Nov 2014 - 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Araekin V. Michaelis
Blaireau dans l'âme
avatar
Blaireau dans l'âme

Afficher infos

Messages : 317
Date d'inscription : 11/08/2014

Dossier
Statut Statut: 7e année, Attrapeur de Poufsouffle
Argent Argent: 10 000 gallions
Points Points: 3 058

MessageSujet: Re: Rencontre entre plantes plus ou moins... amicales [Pv Araekin]   Mer 1 Oct 2014 - 13:11
Je faisais un petit tour du château, rien de bien impressionnant, mais je n’avais rien à faire et encore moins l’envie de faire quelque chose. Je marchais juste, sans savoir où aller, je voulais juste marcher et réfléchir.

Je n’avais pas eut une journée chargé heureusement et donc je me reposais en regardant les alentours du château. Puis j’eus envie de passer près des serres dans un flash venu du tréfonds de mon esprit.

Marchand toujours souriant près des serres je regardais, voir ce qu’il y avait et s’il y avait cours. Je vis alors la porte de la deuxième serre, ouverte ! C’est étrange car elle devrait être fermé ! J’entrais donc dans la dites serre, observant l’intérieur, certaines des plantes n’étaient pas totalement inoffensive ici.

Puis je vis alors allonger sous une plante à papillon un élève, oui c’était bien un et il je vis qu’il était un serpentard. A cette heure ils devaient avoir cour, je m’approchais donc de lui puis m’accroupissant à coter de lui je lui secouais l’épaule.


-Hey, les Serpentard n’ont pas cours à cette heure ?

J'avais dit ça sur un ton calme pour ne pas paraitre brusque et comme d'habitude j'étais trop gentil et je refusais que l'on nous entendent pour qu'il n'ait aucun problème, j'étais vraiment beaucoup trop gentil même avec ceux n'étant pas de ma maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Rencontre entre plantes plus ou moins... amicales [Pv Araekin]   Ven 3 Oct 2014 - 16:46
J'ignore combien de temps je suis resté là, sous la plante à pipaillons, le visage lové contre ce puffapod qui sentait comme les marguerites. J'aimais beaucoup cette plante parce qu'elle était pleine de graines. Quand j'étais enfant, après avoir découvert cette merveille, j'allais lancer des puffapods dans la crypte familiale pour couvrir les dalles avec des fleurs fraîches. Cela m'amusait, j'avais l'impression que l'atmosphère du lieu s’allégeait quand j'apportais un présent ou quand je n'allais pas bien. Souvent, je me recueillais sur le cercueil de ma mère. Il était différent des autres, il était blanc mais il conservait la couleur sanguine du bois de cerisier, à l'intérieur. Comment je le sais ? J'ai déjà ouvert certains cercueils. Pourquoi ? Je ne me souviens pas de ce qui me passait par la tête, dans ces moments-là. Je sais juste que je voulais poser quelque chose à l'intérieur, quelque chose que ma mère aimait de son vivant : une petite boite à musique et son journal.

Quand j'étais enfant, je regrettais d'être né, d'avoir raccourci les jours d'une femme comme elle. Je ne la connaissais pas, je n'avais pas pu la connaître mais j'avais appris quelques trucs à son sujet grâce à ses cahiers, ses parchemins et ses livres. Je n'ai jamais osé ouvrir son journal : c'était irrespectueux. J'ai lu celui de ma grand-mère, certes, mais ce n'est pas pareil : Elle, elle nous invitait à le lire. Ma chère mère avait verrouillé son journal, il était ensorcelé.

Alors que je me sentais couler, tombant dans un profond sommeil dont je n'avais pas pu profiter depuis des lustres, quelqu'un me ramena brusquement à la réalité. Ce quelqu'un s'était accroupi à côté de moi et venait de secouer mon épaule.

Hey, les Serpentard n’ont pas cours à cette heure ? me dit-il, calmement.

Sa voix m'était familière, pourtant, je ne me souvenais pas de lui avoir parlé...
Difficilement, j'ouvris les yeux afin d'observer cette personne. À hauteur de mes yeux, je ne vis que ses mains et ses jambes. Progressivement, j'ai levé le regard, faisant des courtes pauses à chaque fois que je remontais, cherchant à analyser cet individu, cherchant à savoir où est-ce que je l'avais croisé. Les cachots ? Peut-être, c'était un Poufsouffle... Les couloirs ? Je ne pense pas, mais c'est plausible. … En cours. Oui, c'était en cours. Nous avions une option en commun, au moins : Alchimie. On n'est pas beaucoup, donc je me souviens de leurs visages, même si je ne leur ai jamais parlé, personnellement.

Son nom...
Quel était son nom ? Pour l'instant, qu'importe-t-il... ? Il perturbait mon repos, ces rares instants de sérénité desquels je ne pouvais profiter à l'intérieur du château. Oui, ma maison avait cours à cette heure, et alors ? Hélas, je ne pouvais pas lui grogner dessus puisque, si je me souviens bien, c'était le préfet des jaunes. Doucement, j'ai posé les mains parterre afin de me redresser un peu, m'asseyant contre la plante à pipaillons. J'étais encore un peu vaseux...

Certes, nous avons cours d'Histoire de la Magie. Ce professeur est en train de revoir quelque chose qu'on avait déjà étudié avec M. Akrisoth, en début d'année, il n'y a pas de devoir donc je ne loupe rien. expliquais-je en massant mes tempes. Je fis une courte pause, retirant les brindilles d'herbe de mes cheveux et ma tunique avant de poursuivre : Mlle. Wellington a dit que j'avais besoin de repos, c'est à dire que je ne suis pas sensé aller en cours avant deux ou trois jours, au moins.

Je parlais toujours assez froidement et sérieusement mais je n'étais pas impoli pour autant. Je ne mentais pas vraiment, non plus, puisque je venais de quitter l'infirmerie -pour d'autres raisons, certes-. L'infirmière n'avait pas précisé combien de temps je devais manquer les cours. Cela faisait déjà quelques jours, que j'étais alité, alors, deux ou trois jours de plus, n'étaient pas un luxe : je ne voulais pas finir encore chez Wellington... Je n'aime pas être exposé ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Araekin V. Michaelis
Blaireau dans l'âme
avatar
Blaireau dans l'âme

Afficher infos

Messages : 317
Date d'inscription : 11/08/2014

Dossier
Statut Statut: 7e année, Attrapeur de Poufsouffle
Argent Argent: 10 000 gallions
Points Points: 3 058

MessageSujet: Re: Rencontre entre plantes plus ou moins... amicales [Pv Araekin]   Sam 4 Oct 2014 - 16:21
Il s’était relever et je pus l’observer en détail, je le connaissais ! Son nom était … Raven, je m’en souviens car j’apprécie fortement les corbeaux mais son nom de famille ? … Astrid, Astral … Astrea ! Voila son nom devait être Raven Astrea, je le reconnus car nous étions en cour d’alchimie ensemble, une si petite classe on se connait un peu tout de même !

Mais que pouvait-il bien faire ici ? Il n’avait pas le droit de venir dans la serre certes, encore moins pour y dormir et surtout s’il séchait les cours …


Certes, nous avons cours d'Histoire de la Magie. Ce professeur est en train de revoir quelque chose qu'on avait déjà étudié avec M. Akrisoth, en début d'année, il n'y a pas de devoir donc je ne loupe rien. expliquais-je en massant mes tempes. Je fis une courte pause, retirant les brindilles d'herbe de mes cheveux et ma tunique avant de poursuivre : Mlle. Wellington a dit que j'avais besoin de repos, c'est à dire que je ne suis pas sensé aller en cours avant deux ou trois jours, au moins.

Ainsi donc il était a l’infirmerie ? Pourquoi ? Et pourquoi venir ici ? Plusieurs question me trottinèrent ans la tête mais je me remis à réfléchir plus calmement m’asseyant à coter de lui.

-Je vois … Bon je ne vais rien dire sur le faite que tu sèches les cours si tu es « autoriser » ou plutôt « obliger » de ne pas y aller. Mais tu n’as pas le droit de dormir dans la serre comme ça !

J’avais gardé mon calme même si j’avais été un peu plus ferme sur ma dernière phrase. Néanmoins je ne voulais pas me montrer méchant avec lui puis il ne faisait rien de mal et dans le fond je ne le connaissais pas donc il était peut-être tout à fait sympathique. Puis le cour d’alchimie, on est tellement peu nombreux que l’on en oublis la maison, on deviens une petite famille en quelque sorte, enfin c’est comme ça que je le voyait personellement.

-Bon, tu as de la chance que ce soit moi qui t’ais trouver, je ne vais rien dire, mais essais de ne pas recommencer, la prochaine fois ce ne sera surement pas moi et tu aurais des soucis … Sinon pour les prochains cours d’alchimie quelqu’un prend tes devoirs ? Si non je peux m’en occuper tu sais, dit moi aussi, enfin si ça ne t’embête pas trop, pourquoi étais-tu à l’infirmerie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Rencontre entre plantes plus ou moins... amicales [Pv Araekin]   Mer 8 Oct 2014 - 22:27
J'avais toujours sommeil, je voulais dormir encore un peu, parce que j'étais très à l'aise dans la serre. Cependant, je ne risquais pas de pouvoir continuer ma sieste dans le coin tant que ce type-dont-je-n'avais-pas-retenu-le-nom (surtout, que je n'avais jamais prêté attention à lui, malgré sa beauté) serait là.

Il s'installa à côté de moi, semblant réfléchir.
Je doutais fortement qu'il veuille partir en me laissant ici, puisqu'il était préfet. C'était déjà bien s'il ne me faisait pas la morale comme l'auraient fait les préfets des bleus. De la curiosité pouvait être descellée dans son regard et je ne pouvais que craindre le fait qu'il me pose trop de questions :

Je vois … Bon je ne vais rien dire sur le fait que tu sèches les cours si tu es « autorisé » ou plutôt « obligé » de ne pas y aller. Mais tu n’as pas le droit de dormir dans la serre comme ça ! me rassura-t-il, restant aussi calme. Cependant, malgré sa sérénité, il fut plus autoritaire que tantôt. « Mais tu n’as pas le droit de dormir dans la serre comme ça ! » Tu parles... dis plutôt que je n'ai pas le droit d'être ici, tout court. Bon, tu as de la chance que ce soit moi qui t’ai trouvé, je ne vais rien dire, mais essayes de ne pas recommencer, la prochaine fois ce ne sera sûrement pas moi et tu aurais des soucis… Sinon pour les prochains cours d’alchimie quelqu’un prend tes devoirs ? Si non je peux m’en occuper tu sais, dit moi aussi, enfin si ça ne t’embête pas trop, pourquoi étais-tu à l’infirmerie ?

Les voilà, les maudites questions qu'ai eu tort d’espérer qu'il ne poserait pas.
Encore, celle concernant les cours, c'était plus ou moins normal, selon moi. Je n'avais pas des raisons d'être désagréable, mais, la deuxième... ce que je faisais à l'infirmerie ne le concernait pas. Je ne tenais surtout pas à montrer mes faiblesses, à raconter ma vie et, encore moins, à me familiariser avec autrui.

Le professeur me garde les devoirs de côté. Il sait que je ne parle à personne, pratiquement, moins encore s'il s'agit de mes... camarades de classe. répondis-je en premier lieu, posant ma tête contre les fines branches de la plante à pipaillons.

J'adorais cette plante, elle me rappelait les grandes migrations des monarques au début de l’équinoxe automnale. En mi-septembre, début octobre, les paysages du Yellowstone prenaient des couleurs ardentes qui, malgré ce qu'on aurait pu croire, étaient un signe de vie, de mouvement et d'abondance. Les troncs des conifères et des saules se remplissaient de milliers de ces papillons et, quand ils bougeaient leurs ailes, on pouvait les voir de loin tellement qu'ils semblaient être synchronisés. J'aimais l'endroit où j'habitais.

Quant à ce que je faisais à l'infirmerie... Cela ne te concerne point mais, il logiquement, je n'y suis pas allé par plaisir. J'y ai été contraint. continuais-je avant de mettre une main dans mon sac pour trouver une petite boîte où je rangeais mes outils.

Moon s'était réveillé et il grignotait les restes que les elfes des cuisines avaient rangé dans une boîte repas. Quant à Eridan, il braillait parce que mon chat s'était assit sur lui. J'ai dû lever la croupe de Moon pour pouvoir le sortir et le soudoyer avec des sauterelles au miel -piochées dans un flacon- avant de le poser sur l'herbe, en face de moi.

Sollux, savoure-les bien parce que ce sont les dernières. Il faudra faire un tour par le parc, si tu veux que je t'en fasse d'autres. soufflais-je à mon familier, me penchant vers lui.

Une sauterelle en bouche, il fronça ses semblants de sourcils et plissa les yeux, interloqué : j'allais devoir faire un tour après par le parc, en effet. Sinon il risquait d'être insupportable, sans sa nourriture préférée. Il se dépêchait de gober son repas pour me répondre mais, j'ai éloigné un peu la deuxième sauterelle afin de le calmer. Pendant un bref laps de temps, j'ai oublié qu'il y avait quelqu'un avec moi : un léger sourire fendit mes lèvres, précédé par un gloussement.

Mange tranquillement, je te dis. On en chassera après. terminais-je, cherchant dans la boîte à outils mes ciseaux.

Lorsque je me suis rappelé qu'il y avait un autre élève avec moi, mon sourire s'est effacé.
Comme la plupart des mes outils de botanique et de soin aux créatures magiques (ainsi que certains ingrédients pour les potions), ils avaient été réduits afin qu'ils soient plus faciles à porter. J'ai saisit l'objet que cherchais, je l'ai posé sur la paume de ma main droite puis j'ai déniché ma baguette de l'intérieur de ma manche avant de lancer un sort pour lui rendre sa taille d'origine. Qu'est-ce que je comptais bien faire avec d'aussi gros ciseaux ? M'occuper de la plante à pipaillons qu'on avait pratiquement abandonné ! C'était logique, pourtant...

D'ailleurs, c'est ce que j'ai fait. Je me suis levé et j'ai commencé à couper les branches cette pauvre plante. On ne peut pas les délaisser ainsi... elles ont besoin d'être régulièrement taillées. Elle cessa de s'agiter une fois que j'en eus finis avec elle. Le poids de son feuillage devait lui faire du mal. Une fois ceci de fait, je n'ai même pas prit la peine de saluer le préfet des jaunes, j'ai juste récupère mes affaires et mes familiers avant de partir. S'il a dit quelque chose entre temps ? Ah, parce que vous pensez que je l'ai écouté, en plus ? La plante était prioritaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Afficher infos


MessageSujet: Re: Rencontre entre plantes plus ou moins... amicales [Pv Araekin]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre entre plantes plus ou moins... amicales [Pv Araekin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [PV Alh]
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Poudlard - Extérieur-