AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous vous rappelons que les rp doivent faire 10lignes complètes, les mini-rp 5 lignes complètes + discours et qu'on ne poste
pas des messages incomplets ([en cours]) dans les zones rp. N'oubliez pas de poster un message si vous devez vous absenter.
Ouverture officielle du forum, aujourd'hui 8.11.2013! Toutes les fonctionnalités du forum sont disponibles!
Pensez à lire fréquemment les diverses annonces du staff, dont le règlement. Ils sont irrégulièrement mis à jour.
Nous n'acceptons plus les chats en familiers des élèves, les garous, les animagus dès la présentation ainsi que
les métamorphomages. On vous remercie d'avance pour votre compréhension. Pour plus d'information, consultez le staff.
Inscrivez-vous avec des pseudos CORRECTS, respectant le règlement du forum
à risque de voir vos comptes supprimés ! On vous remercie d'avance.
On a besoin de moldus, professeurs, commerçants et autres. Même si ce forum est quasiment centré sur Poudlard, il n'y a pas que des
élèves. N'hésitez pas à incarner AUTRE chose. Créatures fantastiques autorisées dans les limites
de cet univers (se référer à la fiche sur les créatures magiques) .
Souhaitez-vous aider notre communauté ?
Et bien, c'est très simple ! Vous pouvez Like notre page Facebook, voter sur nos top-sites ainsi que dans les annuaires (BBBA) se trouvant
sur la page d'accueil mais vous pouvez aussi contribuer à notre développement en achetant des crédits. Vous avez juste à envoyer un petit
sms~♪ Vous trouverez plus d'informations ICI dans cette rubrique. On vous remercie d'avance ♥️

Nous sommes actuellement en Dans la période de Septembre à fin Novembre 2015 ! Bonne rentrée !
La fiche Annexe des Nightmares a été mise en ligne !
N'hésitez pas à y jeter un coup d’œil et à nous contacter si besoin d'infos !
Nous avons besoin de vous !

Partagez | 
 
 Cours n°1, 2ème année - Le Moyen-Âge - Partie I(PAST)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alouarn Grimgorson
avatar
Professeur de l'Histoire de la Magie

Afficher infos

Messages : 750
Date d'inscription : 19/07/2015
Âge : 35

Dossier
Statut Statut: Professeur d'Histoire de la Magie
Argent Argent: 7164 gallions
Points Points: 1675

MessageSujet: Cours n°1, 2ème année - Le Moyen-Âge - Partie I(PAST)   Dim 19 Fév 2017 - 11:34


feat. Elèves de deuxième année


Cours n°1 : les bases du Moyen-Âge

Si le monde n’a absolument aucun sens, qui nous empêche d’en inventer un ?


« Aucune société n’est irrémédiable,
Aucun Moyen-Âge n’est définitif.
Si épaisse que soit la nuit,
On aperçoit toujours une lumière. »
Citation de Victor Hugo.






J’avais eu un peu de mal à ouvrir les yeux lorsque Radis vint me réveiller aux alentours de six heures et demi ce matin. La veille, le sommeil n’avait pas répondu à mon appel, et je n’avais pas osé déranger l’infirmière pour qu’elle me donne quelque chose pour dormir un minimum. Mes rêves – je vous l’avoue, c’était plus des cauchemars que des rêves – avaient été très mouvementés, et je m’étais levé plusieurs fois pour tenter de calmer mon cœur dont le rythme avait fait des siennes, tentant alors de trouver un peu de fraicheur près de la fenêtre ouverte.

À dire vrai, j’étais assez inquiet quand à l’idée de donner le premier cours aux deuxièmes années. Non pas que les deuxièmes années étaient plus terribles que les autres élèves, mais… Mais quoi ? Pourquoi ma tête m’envoyait des signes d’alerte ? Je ne voulais pas l’avouer mais j’avais bien noté, lorsque j’avais parcouru la liste des élèves, que Nocta Yaxley serait toujours parmi nous, au moins pour cette nouvelle année scolaire là. J’avais entendu ses moult exploits de l’année dernière et, même si je n’avais pas eu de véritables soucis avec cette demoiselle, je pensais – peut-être pas à tord : l’année scolaire nous le dira – qu’elle avait passé l’année précédente à m’étudier pour mieux m’enfoncer.
Une fois de plus, je me faisais une montagne à partir de rumeurs, de dires et de faits que l’on m’avait rapporté. Je travaillais grandement ce point avec le docteur Baxter mais je devais avouer que, pour le moment, j’étais assez mauvais. Je m’assis devant mon miroir : parfois, j’aimerais que celui-ci parle, pour m’encourager le matin. Je pris plusieurs fois de grandes inspirations : d’un côté, ce n’était que du théâtre, rien que du théâtre, où l’on apprenait des choses, bien entendu, mais du théâtre quand même. Cela me donnait un peu de courage. J’endossais le rôle de quelqu’un, qui était un peu moi, mais un peu un autre aussi.

Je pris conscience que si je n’étais pas fort pour mademoiselle Yaxley, il fallait que je sois fort pour les autres élèves. Ils avaient le droit à un cours comme les autres, et je me devais de mettre de l’ordre dans mes cours. Mais, comment punir un élève sans me sentir coupable ? Enfin, je veux dire, j’avais une façon bien particulière de punir mes élèves, et certains en profiteraient, sans nul doute. J’avais déjà eu quelques soucis avec ça l’année précédente, et je n’avais toujours pas réglé le problème. De la fermeté, beaucoup de fermeté. Non, ce n’était pas moi, ça. La fermeté, il en fallait, mais ce n’était pas moi… Enfin si… Non… Je ne sais pas ! Il fallait que je résolve ce problème. Surtout pour empêcher mademoiselle Yaxley de mettre le bazar dans mes cours.

Non, il ne fallait pas que je pense ainsi… C’était un préjugé fondé sur des trucs et des bidules… Mais je savais que ce n’était pas totalement faux… Mademoiselle Yaxley avait… comment dire… une réputation bien à elle… J’aurais aimé comprendre, pouvoir l’aider… Mais je ne pensais pas que nous soyons sur la même planète… Il paraît que je suis fou… Il paraît aussi que vous frisez les conventions de la société, sans jamais déroger à une seule de ses règles… Pitié, mais que l’on fasse quelque chose pour ceci ! Ou peut-être pour cela… Trop de choses…

Je voulais être un bon professeur. On nous avait appris à l’école… Mais je n’étais pas d’accord vis à vis de certaines applications de la pédagogie du corps professoral… J’avais l’impression, parfois – non, même souvent – que l’on prenait les étudiants, surtout ceux en bas âge, pour des demeurés. Il fallait absolument les faire entrer dans des cases… Pourquoi ne pas les laisser choisir… On orientait tout de même assez les connaissances qu’ils devaient apprendre… C’était injuste, surtout pour eux… Ils étaient déjà assez conditionnés par la société, leur famille, leurs amis, si en plus on les poussait à penser comme le reste du troupeau de montons, c’était pathétique… Non, il fallait qu’ils se fassent leur propre idée de la vie, du monde, qu’on leur présente le monde à travers des courants de pensés – le plus de courants de pensés possible – pour qu’ils se fassent une idée, une véritable idée, qu’ils choisissent, qu’ils communiquent entre eux, qu’ils confrontent ce qu’ils ont découvert.

Radis vint me presser un peu : les elfes de maison avaient presque fini d’installer la salle de cours. Je regardais ma tenue, avant de commencer à fouiller dans mon placard pour trouver un accoutrement adéquat pour le cours… Un jour, je me passerais de ce… comment l’appelait-on déjà ? Ce costume de professeur… Non, vraiment, je voulais de la couleur, beaucoup de couleurs ! Le noir, c’était un peu la couleur du désespoir, la couleur du placard, la couleur de… de beaucoup d’idées négatives. Je finis par en choisir un, et le mis rapidement.

Je passais par mon bureau, jetant un rapide coup d’œil à la table basse où trônaient fièrement une tasse de thé, un verre de jus d’oranges fraichement pressées, deux petits pains au lait, une pomme belle, croquante et juteuse, et… Et c’était déjà pas mal. Le thé était déjà presque froid lorsque je tentais de le boire : je fis la grimace et reposais rapidement la tasse. Je bus le verre d’une traite. Les petits pains au lait ne me firent pas envie. Je me rabattis donc sur la pomme que je finis par manger aussi vite que je pus. Je relus rapidement les notes se trouvant sur mon bureau, avant de les prendre et de me diriger vers la salle de cours.

Je m’installais à mon bureau, après avoir chaleureusement remercier les elfes de maison. Ils disparurent quelques instants plus tard. La vieille horloge, adossait au mur, entre deux étagères croulant sous les livres, affichait sept heure cinquante. Les élèves envahiraient bientôt la pièce. Une théière laissait échapper un doux arôme de fruits rouges. Elle répandait une énergie nouvelle : je souris faiblement. Les quelques minutes qui me restaient permirent à mon esprit de se réveiller complètement.

Les tasses de chocolat chaud fumaient devant chaque place. Je devais avouer que j’avais gardé cette habitude de l’année dernière. Je trouvais cela plus chaleureux et convivial que de commencer sur une telle touche l’année scolaire. A dire vrai, je pensais que ce système devrait être quelque peu amélioré. Je savais que tous n’aimaient pas spécialement une telle boisson le matin mais de là, à savoir qui aimait quoi, c’était la question à mille gallions. Il faudrait, à mon humble avis, qu’un bol vide se trouve à la même place que ceux étant pleins à l’heure actuelle, et que chaque élève dispose d’une théière qui se remplirait de leur boisson de petit déjeuner préféré dés que chacun d’entre eux toucherait la anse de son récipient. Il faudrait que j’en parle à quelqu’un qui s’y connaisse mieux que moi en sortilèges… Et peut-être même que les boissons pourraient venir directement des cuisines. Il fallait avouer que les meilleures boissons maisons étaient faites par les elfes de maison de Poudlard.

La vieille horloge sonna huit heures en même temps que celle se trouvant dans la grande tour du château. Je frappais deux fois dans mes mains et la porte de la salle de cours s’ouvrit dans un joyeux grincement. Hum… Pas très avenant ce gémissement. Il faudrait que je vois pour graisser la porte… Ou alors qu’elle fasse un autre petit bruit plus mignon. Enfin, peu importe pour le moment, je me levais, d’un pas qui se voulut calme, après avoir rempli ma tasse de thé – mon dieu, qu’il sentait bon : Radis avait toujours le chic de le préparer au degré et à la seconde près, tout en mettant la quantité adéquate dans le récipient – et mis mes notes en place. Je me plaçais devant mon bureau, et posais mon derrière sur le rebord de ce dernier. Je regardais les élèves entrer, seul ou en groupe, et s’installer à une place.

Je les observais quelques instants en silence, le temps qu’ils sortent parchemins, plumes, encres, et livres. Un sourire sincère restait figé sur mon visage : même si ce n’était pas le cas pour tous les élèves, j’étais tout de même content de revoir la plupart d’entre eux. Il n’y avait pas de raison que je ne sois pas aimable avec les deuxièmes années. Un regard paternel, un tantinet inquisiteur, ne les lâchait pas : si j’étais d’accord sur un point avec le ministère de l’éducation, c’était que je n’étais ni leur père ni leur ami, et que – même si cela me faisait mal au cœur – je devais rester le plus distant possible avec eux. Non pas que je ne devais pas tout faire pour qu’ils obtiennent leur année, mais il fallait que je me protège émotionnellement de ce qui pourrait arriver. Je pris alors la parole, d’une voix chaleureuse, certaine, posée :


« Bien le bonjour, jeunes gens. Je suis heureux de vous retrouver pour cette nouvelle année scolaire. Je vous souhaite de réussir tout ce que vous entreprendrez dans vos études pour cette deuxième année à l’école. Comme l’année dernière, nous commençons ce premier cours avec le traditionnel chocolat chaud.

Mon introduction au cours sera plus courte que l’année dernière, étant donné que les informations n’ont pas tant changé que cela. Je vous informe qu’à compter de la fin du mois, le panneau d’affichage de la salle de cours sera opérationnel et que vous pourrez y retrouver un certain nombre d’éléments, entre autre un résumé de chaque cours dispensé dans cette salle, les points que vous aurez gagné seront également affichés par maison. Vous y trouverez de multiples informations utiles au bon déroulement de votre année scolaire. Pour plus de détails, je vous laisserais vous référer à la petite note qui devrait apparaître d’ici les prochains jours sur le panneau. Mon bureau est toujours ouvert pour de plus amples informations si cela s’avère nécessaire.

Notez, des à présent, que, contrairement à la première année, je ne distribue plus de parchemins récapitulant les informations qui vont suivre. Vous les trouverez, certes, sur le panneau d’affichage, mais il ne tient qu’à vous de les prendre en notes. Bien entendu, n’hésitez pas à m’interrompre dans mes explications si un élément vous paraît flou ou obscur. »


Je me tus quelques secondes, le temps de prendre une gorgée de thé. Géralt en profita pour venir se poser sur son perchoir.

« Je ne vous présente plus mon assistant, Géralt. Bien que ce hibou soit un peu dur de la feuille, il n’en reste pas moins le gardien de cette salle. Si, pour une raison quelconque, je suis absent et que vous avez besoin de me contacter, n’hésitez pas à lui laisser un message. Je vous prierais d’être courtois et poli avec lui. Il serait vraiment dommage que nos relations se dégradent à vitesse grand V à cause d’un manque de politesse et de courtoisie. »

Géralt poussa un léger hululement, comme pour appuyer mes dires. Cela serait vraiment fâcheux qu’il lui arrive quelque chose. Ma colère sera terrible si, par un quelconque hasard, mon hibou venait à tomber dans une embuscade : je voulais bien être gentil, mais il ne fallait pas abuser quand même. Personne ne touchait à Géralt.

« Bien, avant de rentrer dans le vif du sujet, un petit rappel rapide des points que nous avons vu l’année dernière. Vous avez toujours accès à trois cours, dont un seul est obligatoire, d’où son nom : le cours obligatoire. Comme toujours, il vous dispensera les informations essentielles pour que vous puissiez passer votre examen de fin d’année en toute sérénité. Comme tout cours d’Histoire de la Magie auquel vous assisterez, il vous permettra de gagner – ou de perdre, selon votre comportement – des points. Ma foi, comme partout, il sera très facile de faire monter les sabliers… ou de les faire descendre. Comme toujours, nous aurons une partie dite de débats, et une partie où nous prendrons en note les différents éléments que nous aurons vu durant la première partie : je me laisse le droit de compléter certains points.

Le second cours est un cours d’approfondissement : il s’agit du cours optionnel. Il en existe un par année. Néanmoins, vos camarades des années supérieures peuvent assister aux différents cours optionnels des années inférieures à la leur. Vous restez toutefois prioritaires sur le cours optionnel de votre année. Si vous y participez, les informations dispensées pourront vous être utile en devoir surveillé, et pourrons même vous faire gagner des points bonus. Pour y participer, il suffit de venir me voir à la fin d’un cours obligatoire pour que je puisse vous inscrire sur la liste. Vous n’êtes pas obligés d’assister à tous les cours optionnels. Je vous annoncerais le sujet du cours optionnel au début de chaque cours obligatoire. Je me réserve le droit de refuser une inscription si votre comportement en cours obligatoire n’est pas acceptable. Tous les niveaux sont acceptés. Nous nous arrêterons surtout sur des personnages, des anecdotes et des évènements en particulier.

Le troisième et dernier cours est le cours de soutien. Il ne sera ouvert que sur votre demande. Nous pourrons aborder différents points : soit sur des choses abordées en cours, soit sur de la méthodologie. Généralement, ces cours de soutien sont individuels mais si vous êtes plusieurs à demander une explication sur un même sujet, il est possible – et avec votre accord, bien entendu – que nous fassions un cours de soutien collectif. »


Je me tus pour que les élèves prenant consciencieusement des notes puissent terminer de les écrire. Cela me permit de prendre quelques grandes inspirations silencieuses : la pression, il fallait que je la fasse descendre… Et le plus vite possible.

« Nous terminerons cette rapide introduction par les points que vous pouvez gagner – ou perdre – durant le cours, avant d’entrer dans le vif du sujet. La présence à un cours obligatoire vous rapporte dix points, du moment que votre présence ne perturbe pas outre mesure le cours ; celle à un cours optionnel vous en rapportera cinq. Je vous attribuerais un certain nombre de points supplémentaires pour votre participation – ces points pouvant aller de zéro à vingt – du moment que celle-ci soit constructive et fasse avancer, de quelque façon que se soit, le cours. Je ne cache pas que je serais intransigeant avec les perturbateurs : les sanctions pourront aller d’un simple retrait de points, à des heures de colles ou à l’exclusion temporaire ou définitive du cours. Chaque rendu de devoirs obligatoires vous rapportera dix points. La note attribuée vous rapportera entre zéro et vingt points.

La liste des points gagnés par maison sera affichée sur le panneau d’affichage, et sera mis à jour à la fin de chaque cours. Pour pouvoir accéder à votre dossier personnel des points, je vous laisserais prendre rendez-vous, si vous voulez en discuter, ou passer à l’improviste pour pouvoir le consulter, du moment que je suis là. Les points gagnés seront comptabilisés à la fin de chaque cours et les données seront envoyées vers les sabliers. »


Je posais ma tasse, alors que les deux plumes à papotes se trouvant derrière moi s’immobilisaient. Pour l’instant, l’une prenait en note le cours pur et dur, tandis que l’autre prenait en note ce qui se passait dans la salle, sous l’œil attentif de Géralt. Je frappais deux fois dans les mains, et la craie et le chiffon s’animèrent. La craie vint inscrire en lettres capitales sur le tableau noir : « Histoire de la Magie – Le Moyen-Âge ». Elle admira son œuvre avant de consigner, juste en dessous, en lettres plus petites : « Chapitre 0 : Introduction au Moyen-Âge ». Elle salua son public, avant de faire quelques pas de danse avec le chiffon, et de tomber, inerte, sur mon bureau, dans les bras de ce dit chiffon.

« Vaste programme que celui qui concerne le Moyen-Âge. Nous commencerons par une introduction générale, et si le temps s’en prête, nous continuerons avec le chapitre suivant. Nous allons tenter de déterminer, ensemble, ce que représente cette période. »

Je jetais un petit coup d’œil vers la craie qui s’était, de nouveau, réveillée. Elle invita le chiffon à effacer ses précédents écrits avant de se mettre en position pour griffonner les questions que j’allais, à l’instant, poser à mes étudiants.

« Commençons par une question large : pour vous, qu’est ce que le Moyen-Âge ? »

Silence.

« Pouvez-vous déterminer ses bornes chronologiques tout en justifiant le choix des dates ? Ces bornes chronologiques représentent-elles un découpage mondial du Moyen-Âge ? Existe-t-il, selon votre réponse, différents Moyen-Âge à travers le monde ? Les historiens sont-ils tous d’accord sur ce découpage chronologique du Moyen-Âge en Occident ? »

Silence.

« Le Moyen-Âge est une construction historique. Cette affirmation est-elle vraie ou fausse ? Justifier votre choix par des théories plausibles. »

Silence.

« Dernière question : le Moyen-Âge en Occident a-t-il la même signification pour les sorciers et les non-sorciers ? »

Je pris de nouveau ma tasse dans mes mains. J’avais beaucoup parlé : de ce fait, mon thé avait refroidi plus que de raisons. Je soupirais. Il fallait que je gère mieux mon temps. Je bus tout de même quelques gorgées, espérant reprendre rapidement de la boisson chaude dans ma théière.

« La salle de cours est rempli d’ouvrages, n’hésitez pas à aller chercher des réponses à ces questions dans l’un d’eux. Je suis sûr qu’ils seraient ravis de vous aider. Dés que vous pensez tenir une information pouvant permettre d’élucider l’une de ces énigmes, n’hésitez pas à prendre la parole. Vous pouvez effectuer des recherches seul ou en groupe. Je vous demanderais néanmoins de respecter les livres, tout comme les opinions de vos camarades. Il vous ait tout à fait possible de discuter entre vous avant de donner une réponse. A vous de voir. »




"Nothing in life can't be improved by a cup of tea." de Pamona Falk, élève à Serpentard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocta S. Yaxley
Petite vipère blonde
avatar
Petite vipère blonde

Afficher infos

Messages : 494
Date d'inscription : 18/10/2014
Âge : 14

Dossier
Statut Statut: Elève de Trosième année à Serpentard
Argent Argent: 7 700 gallions
Points Points: 1671

MessageSujet: Re: Cours n°1, 2ème année - Le Moyen-Âge - Partie I(PAST)   Mer 1 Mar 2017 - 15:04
"Un cours? Tu veux dire une heure de torture oui."

La Serpentard à la chevelure blonde accompagna sa remarque acide d'un petit sourire méprisant. Elle observait avec attention son emploi du temps, comme si son regard de glace pouvait en changer les matières. Il n'en fut rien et au bout de quelques secondes, elle reposa le parchemin qu'elle avait elle-même soigneusement rédigé et soupira pour la cinquième fois ce matin.

"On va encore avoir le droit au chocolat chaud de l'amitié et à son pathétique discours... ça me donne envie de vomir!"

Nocta râlait à qui voulait bien l'entendre - c'est-à-dire quasiment tout le monde pour éviter de se la mettre à dos- depuis le début de la journée. Mais la jolie peste avait tout prévu: si l'année dernière elle avait fait en sorte de ne pas se mettre à dos le professeur d'Histoire de la magie -elle avait déjà bien assez à faire avec Vernet- elle avait clairement changé ses plans pour cette année. Elle ne supportait plus les discours historiques qui ne collaient pas du tout avec ce qu'on lui avait appris jusque là et ne supportait pas non plus le trop plein de sympathie qu'essayait d'inspirer Grimgorson. En bref: il était temps pour elle de passer à la phase Révolution avec un grand R. Et ce fut la seule idée qui pouvait la réjouir pendant qu'elle traversait les couloirs afin de se rendre dans la salle de cours, un sourire malicieux imprimé sur ses lèvres.

Nocta avait vu juste pour le chocolat chaud et elle leva les yeux au ciel dès les premiers mots prononcés par l'étrange enseignant à la chevelure rouge et décida tout simplement de ne pas les écouter. Elle sortit ses affaire et les rangea avec une perfection médicale autour d'elle, chaque plume, feuille, encrier avait une place exacte sur sa table. Elle sortit avec une nonchalance à peine cachée un gros livre sur l'histoire de la magie -vision Sang-Pure- et n'écouta pas un traître mot du discours de bienvenue auquel ils avaient déjà eu droit l'an passé. En revanche elle fut toute ouïe dès qu'elle entendit le mot "Moyen-Âge", c'était une période qu'elle aimait particulièrement. Elle resta cependant silencieuse tout au long des questions de Grimgorson, elle voulait voir si quelqu'un avait d'abord quelque chose à dire: c'était beaucoup plus intéressant de contredire, et de rabaisser les autres plutôt que de prendre la parole en premier et d'essuyer les critiques. Mais alors que certains élèves commençaient à aller chercher des ouvrages et se mettre en groupe, Nocta prit la parole sans lever la main et clama d'une voix claire et maîtrisée:

"A propos de la période médiévale, il convient je pense de parler des nombreuses utilisations de la magie sur les Moldus puisqu'il n'y avait pas réellement de Sorciers mandatés pour vérifier le comportement des uns et des autres. On a ainsi pu avoir des témoignages passionnants sur la Médée de Pays de Galle qui était la seule à pouvoir dépecer des Moldus tout en les maintenant en vie!"

Les yeux de Nocta pétillaient d'une excitation à peine exagérée: elle était passionnée par toutes ces histoires morbides, surtout lorsqu'elles opposaient Sorciers et Moldus, les Sorciers gagnant toujours. Elle poursuivit sur le même ton enjoué:

"Bien sûr il n'y a pas qu'elle, il y a aussi Atrox Abadir, un puissant et riche sorcier français du XIVème siècle qui était un excellent legilimens et qui parvenait par des procédés très intéressants, à provoquer le suicide chez ses paysans pour s'amuser avec eux sans que la justice moldue ne puisse jamais l'accuser de quoi que ce soit. J'ai détaillé quelques uns des exploits de personnages semblables dans un article du Daily Hogwarts d'ailleurs."

Satisfaite d'avoir apporté ses connaissances et ses détails sordides, la jeune fille offrit un petit sourire insolent au professeur et poursuivit la lecture de son ouvrage en attendant sa réponse.





Fan Club:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cours n°1, 2ème année - Le Moyen-Âge - Partie I(PAST)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inscription Cours n°1 - [1ère année ; 5ème année]
» 1er cours (pour les deuxièmes années)
» Résumé du 3ème cours (pour les premières années)
» 1er devoir pour les 2ème année et autres...
» Inscription Cours n°1 - [6ème année ; 7ème année]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Premier Etage :: Cours d'Histoire de la Magie-