AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous vous rappelons que les rp doivent faire 10lignes complètes, les mini-rp 5 lignes complètes + discours et qu'on ne poste
pas des messages incomplets ([en cours]) dans les zones rp. N'oubliez pas de poster un message si vous devez vous absenter.
Ouverture officielle du forum, aujourd'hui 8.11.2013! Toutes les fonctionnalités du forum sont disponibles!
Pensez à lire fréquemment les diverses annonces du staff, dont le règlement. Ils sont irrégulièrement mis à jour.
Nous n'acceptons plus les chats en familiers des élèves, les garous, les animagus dès la présentation ainsi que
les métamorphomages. On vous remercie d'avance pour votre compréhension. Pour plus d'information, consultez le staff.
Inscrivez-vous avec des pseudos CORRECTS, respectant le règlement du forum
à risque de voir vos comptes supprimés ! On vous remercie d'avance.
On a besoin de moldus, professeurs, commerçants et autres. Même si ce forum est quasiment centré sur Poudlard, il n'y a pas que des
élèves. N'hésitez pas à incarner AUTRE chose. Créatures fantastiques autorisées dans les limites
de cet univers (se référer à la fiche sur les créatures magiques) .
Souhaitez-vous aider notre communauté ?
Et bien, c'est très simple ! Vous pouvez Like notre page Facebook, voter sur nos top-sites ainsi que dans les annuaires (BBBA) se trouvant
sur la page d'accueil mais vous pouvez aussi contribuer à notre développement en achetant des crédits. Vous avez juste à envoyer un petit
sms~♪ Vous trouverez plus d'informations ICI dans cette rubrique. On vous remercie d'avance ♥️

Nous sommes actuellement en Décembre 2014 ! Joyeux Noel !
La fiche Annexe des Nightmares a été mise en ligne !
N'hésitez pas à y jeter un coup d’œil et à nous contacter si besoin d'infos !
Nous avons besoin de vous !

Partagez | 
 
 Quand la musique fait tomber les apparences (RP Alouarn Grimgorson)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Quand la musique fait tomber les apparences (RP Alouarn Grimgorson)   Mar 11 Aoû 2015 - 19:19


April venait de quitter le château pour se rendre à Pré-au-Lard, petite bourgade isolée du reste du monde, mais proche du château. C'était souvent le lieu de rendez-vous des élèves, professeurs et étrangers qui ne désiraient qu'une chose : se restaurer au chaud. Bien qu'en cette période, le froid ne soit pas très présent, il était toujours relaxant de se retrouver dans un pub pour y boire un verre. Aujourd'hui, pourtant, la jeune femme au cheveux si particuliers ne cherchaient pas à rejoindre quelqu'un en particulier et encore moins à boire jusqu'à plus soif. Elle avait découvert en lisant le panneau d'affichage de sa salle commune, que cette après-midi devait donner lieu à une battle de chant. Du genre karaoké de l'éclate totale qui se finirait certainement en éclats de rire.

Sachant que depuis quelques jours, elle ruminait de sombres projets de vengeance qui consistaient à imaginer les pires tortures pour castrer un garçon, elle avait décidé de s'aérer un peu l'esprit et d'aller voir de quoi il en retournait aux Trois-Balais.
A l'évidence, beaucoup d'élèves s'y rendaient, et elle eut un sourire en imaginant les uns et les autres, complètement déjantés et hurlant des paroles poilantes sur la scène.

Elle arriva devant la devanture du bar quelques minutes plus tard et poussa la porte, prête à rire pour la première fois de la semaine. L'intérieur était enfumé et sombre, de sorte que personne ne voyait son voisin. Elle allait sentir le tabac, mais voilà bien la dernière chose qui la tracassait pour le moment. Elle joua un peu des coudes, bouscula les autres élèves et se retrouva devant l'estrade spécifiquement aménagée pour cet événement.

Aussitôt, un homme d'une trentaine d'années, les cheveux longs et broussailleux, le costume défrichés et les lunettes fumées grimpa sur la partie surélevée de la salle, sûrement pour chauffer les personnes déjà présentes :

- Bienvenu à toutes et à tous pour cette soirée dont vous vous souviendrez longtemps ! Prêt à passer une après-midi endiablée ? A vous user la voix ? A danser ? A profiter comme jamais ???

La salle poussa un cri d'impatience et l'homme repris son discours, toujours plus à fond dans son rôle :

- Je vous rappelle vite fait les règles bien entendu ! Je préside cette soirée... Ainsi, vous êtes sous mes choix ! Je suis en mesure de prendre au hasard plusieurs d'entre vous pour leur imposer n'importe quel style de musique, n'importe quel thème, et n'importe quelle épreuve !!

April eut un rire et tourna la tête vers l'entrée, pour voir les derniers arrivants. Ce qu'elle vit la laissa sans voix : le professeur drogué venait s'amuser apparemment ! Cela ne l'étonnait même pas vu les penchants qu'il semblait avoir...

- Première battle !! Toi la petite rousse au premier rang !!

Et merde...
Revenir en haut Aller en bas
Alouarn Grimgorson
avatar
Professeur de l'Histoire de la Magie

Afficher infos

Messages : 746
Date d'inscription : 19/07/2015
Âge : 35

Dossier
Statut Statut: Professeur d'Histoire de la Magie
Argent Argent: 9 300 gallions
Points Points: 640

MessageSujet: Re: Quand la musique fait tomber les apparences (RP Alouarn Grimgorson)   Ven 28 Aoû 2015 - 18:14



S’il est impossible de ne pas penser à quelque chose, il reste encore possible de penser à autre chose.



PARTICIPANTSAlouarn Grimgorson & April Lougten
Résumé • Mars 2014, Alouarn se rend aux Trois Balais pour assister à une bataille de chants. Il ne pensait pas être désigné pour être l’un des participants… Qu’elle ne fut sa surprise de se retrouver nez à nez avec l’une de ses élèves.



Quand la musique…


La musique, c’est du bruit qui pense.

Ce Victor Hugo était, ma foi, un moldu bien avisé. J’avais lu quelques poèmes de cet homme : je m’étais laissé emporter par la magie des mots, chevauchant, non sans un certain amusement, les lettres, tel le fervent défenseur de la connaissance. Etait-elle unique ? N’existait-il pas plusieurs savoirs ? C’est en me posant ces questions existentielles que je m’étirais longuement. Je regardais par la fenêtre de mon bureau : il faisait relativement beau pour la saison. Il serait dommage de ne pas profiter de cet après-midi ensoleillé. Je jetais un coup d’œil au tas de copies qui trônait fièrement sur mon bureau : la voix de la raison tenta de me rappeler à l’ordre. Elle me fit de grands signes mais plus les minutes défilées, plus ces piqûres de rappel s’estompaient dans mon esprit. J’avais envie de sortir, de m’amuser un peu. Mon hibou, du haut de son perchoir, ouvrit un œil, jeta son dévolu sur un quelconque objet, avant de se rendormir, comme si de rien n’était. Je finis par poser ma plume et refermais avec soin ma bouteille d’encre.

Je me dirigeais d’un pas serein vers ma chambre : qu’allais-je bien pouvoir porter aujourd’hui ? Si je voulais sortir, il me fallait une tenue plus décontractée que celle que je portais actuellement : j’avais encore du mal à mettre de côté mon rôle de professeur. Mon but premier était de venir en aide à mes élèves et, bien trop souvent, je m’oubliais. Je rangeais correctement mon uniforme sur le dossier d’une chaise et je me mis à fouiller dans mon armoire. Il n’y avait pas beaucoup de chemises et autres habits pour apparaître comme un garçon cool. J’optais finalement pour des vêtements amples et colorés, avec différents motifs telles que des fleurs. J’attachais, avec un bandeau bleu, ma longue chevelure rouge sang. Je passais beaucoup de temps devant le miroir : je devais m’assurer que tout soit parfait. On ne sait jamais, si je croisais un coup d’un soir, il fallait que tout soit calculé au centimètre près. Je glissais dans ma poche un paquet de cigarettes et un briquet. Après de longues minutes d’hésitation, je me décidais à laisser ma baguette magique sous mon oreiller. Je glissais quelques gallions dans le sac que j’emportais. Grand-Père riait souvent lorsqu’il me regardait me préparer : il aimait répéter, à qui voulait bien l’écouter, que, si je le voulais bien, je pouvais être aussi coquet qu’une femme mais que, malheureusement, mon style était encore à travailler.

J’avais entendu dire qu’un concours de chants se déroulerait aux Trois Balais. Je n’avais pas d’heure exacte mais, je supposais que cela aurait lieu dans l’après-midi : c’était le meilleur moment pour attirer le plus de monde et ainsi réaliser un meilleur chiffre d’affaire. La société des commerces était impitoyable : toutes les stratégies étaient bonnes pour faire entrer de l’argent. Je regardais ma montre à gousset, me perdant un instant dans le rythme des aiguilles : si je ne voulais pas arriver en retard, il fallait que je me hâte. Je descendis rapidement l’étage qui me séparait du rez-de-chaussée ; je passais, d’un pas agité, devant la Grande Salle ; je fus finalement dans la cours du château : une brise légère soufflait des volutes de bourrasques. Je me félicitais intérieurement d’avoir pensé à attacher ma longue chevelure : s’il y a bien une chose que je détestais c’est d’avoir les cheveux emmêlés. Je trouvais que cela faisait mauvais genre et très peu soigné. Je mis une bonne demi-heure à rejoindre Pré-au-Lard : il faut dire que j’avais beaucoup papillonné sur le chemin.

J’arrivais à destination, sourire aux lèvres, quelques fleurs précoces dans la main droite. J’entrais dans le pub après avoir poliment frappé. Il est vrai que j’avais d’étranges habitudes, que je vivais dans mon petit monde, mais cela ne me dérangeait pas plus que ça. Une épaisse fumée m’accueillit : je toussais. Les vapeurs venaient s’amuser au fond de ma gorge. Hormis la scène qui était illuminée et surélevée, il était quasi impossible d’entrapercevoir son voisin. Je soupirais : et moi qui pensais que l’air de ce commerce était des plus sains. Je reportais mon attention sur les planches de bois. Un étrange hurluberlu trônait en leur centre : il bougeait dans tous les sens, un sourire au coin des lèvres. Ses vêtements étaient aussi excentriques que les miens : j’en fus heureux. J’avais cette impression de ne pas me retrouver seul dans cette marée humaine. De ce que je compris, n’ayant pas assisté à sa petite introduction, il était le meneur des festivités. Il désigna une jeune fille au premier rang : m’étant enfoncé dans les méandres de la foule, je ne vis pas le visage de l’heureuse élue.
»
❝ ▬ Gentes demoiselles et damoiseaux, peuple venu des quatre horizons, voici venu le temps de choisir notre second duelliste. Qui, parmi vous, remportera le privilège d’ouvrir la danse des mots, la farandole des sons, la valse des chansons ? N’ayez pas peur : hurlez, criez, faites entendre votre douce voix. Que la ronde difforme se forme et se déforme car voici venu le temps des cerises. ❞

Alors que notre meneur chantonnait une ode à la folie, j’avais réussi à rejoindre le bas. Je me commandais un thé avec une part de tarte au citron meringuée. Je déposais le montant de ma consommation sur le comptoir et, en attendant qu’elle arrive, je me mis à observer la troupe de personnages qui s’était rassemblée au pied de l’estrade. C’était une foule assez hétéroclite, composée essentiellement de jeunes de l’école : comme je les enviais. Je pris ma tasse et mon assiette et vins m’asseoir à une table un peu en retrait. Je trempais mes lèvres dans le breuvage. Je fis la grimace : il était beaucoup trop chaud. Je croquais à pleines dents dans ma part de gâteau.

❝ ▬ Et l’heureux élu est l’homme aux cheveux rouges flamboyants. Oui, celui-là même qui est en train de mordre dans cette succulente tarte au citron. Votre accoutrement est fichtrement coloré, mon bon monsieur. ❞

Je ne compris pas tout de suite qu’il parlait de moi. Qu’elle ne fut ma surprise de voir d’innombrables paires d’yeux me regarder, m’examiner telle une bête en cage. Quelqu’un commença à applaudir timidement, les autres suivirent poliment. Je me levais, aussi rouge que ma chevelure. Je montais sur scène, laissant mes affaires seules avec elles-mêmes. Je pus enfin découvrir le visage de celle que j’allais affronter : April Lougten, cinquième année, à Gryffondor. Je lui tendis ma main en guise de salut. Le meneur vint se mettre entre nous avant que je ne puisse faire autre chose.

❝ ▬ Et les inscriptions sont closes pour cette première bataille. Première chanson : Woman in love, de Barbra Streisand. Bonne chance à vous deux ! ❞





© By Halloween



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand la musique fait tomber les apparences (RP Alouarn Grimgorson)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la musique est bonne.. (RP LIBRE)
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]
» On ne réfléchit à sa vie que quand on fait des erreurs.
» 04. Quand l'alcool fait des ravages. || Ashton Kinney
» Pédophilie: pourquoi la justice ne fait rien ?
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Poudlard - Extérieur-