AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous vous rappelons que les rp doivent faire 10lignes complètes, les mini-rp 5 lignes complètes + discours et qu'on ne poste
pas des messages incomplets ([en cours]) dans les zones rp. N'oubliez pas de poster un message si vous devez vous absenter.
Ouverture officielle du forum, aujourd'hui 8.11.2013! Toutes les fonctionnalités du forum sont disponibles!
Pensez à lire fréquemment les diverses annonces du staff, dont le règlement. Ils sont irrégulièrement mis à jour.
Nous n'acceptons plus les chats en familiers des élèves, les garous, les animagus dès la présentation ainsi que
les métamorphomages. On vous remercie d'avance pour votre compréhension. Pour plus d'information, consultez le staff.
Inscrivez-vous avec des pseudos CORRECTS, respectant le règlement du forum
à risque de voir vos comptes supprimés ! On vous remercie d'avance.
On a besoin de moldus, professeurs, commerçants et autres. Même si ce forum est quasiment centré sur Poudlard, il n'y a pas que des
élèves. N'hésitez pas à incarner AUTRE chose. Créatures fantastiques autorisées dans les limites
de cet univers (se référer à la fiche sur les créatures magiques) .
Souhaitez-vous aider notre communauté ?
Et bien, c'est très simple ! Vous pouvez Like notre page Facebook, voter sur nos top-sites ainsi que dans les annuaires (BBBA) se trouvant
sur la page d'accueil mais vous pouvez aussi contribuer à notre développement en achetant des crédits. Vous avez juste à envoyer un petit
sms~♪ Vous trouverez plus d'informations ICI dans cette rubrique. On vous remercie d'avance ♥️

Nous sommes actuellement en Dans la période de Septembre à fin Novembre 2015 ! Bonne rentrée !
La fiche Annexe des Nightmares a été mise en ligne !
N'hésitez pas à y jeter un coup d’œil et à nous contacter si besoin d'infos !
Nous avons besoin de vous !

Partagez | 
 
 Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (PV Harmony)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alouarn Grimgorson
avatar
Professeur de l'Histoire de la Magie

Afficher infos

Messages : 750
Date d'inscription : 19/07/2015
Âge : 35

Dossier
Statut Statut: Professeur d'Histoire de la Magie
Argent Argent: 7164 gallions
Points Points: 1675

MessageSujet: Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (PV Harmony)   Mer 29 Juil 2015 - 17:51



Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence alors tais-toi !



PARTICIPANTSAlouarn Grimgorson & Harmony G. Wayne
Résumé • Novembre 2013, Alouarn vient d’arriver à Poudlard pour enseigner l’Histoire de la Magie. Les cours ne commençant que le lendemain, il s’autorise un moment de détente en se rendant à la bibliothèque. Il a besoin de se documenter pour certains cours, et veut, ainsi, être sûr d’être prêt à temps. Chemin faisant, une crise de schizophrénie se déclenche en plein milieu de la bibliothèque, et notre professeur se met à parler avec une hallucination. N’ayant pas beaucoup de monde à cette heure-là, il espère passer inaperçu car l’hallucination en question refuse de le laisser tranquille.



Parler ou se taire ?


Il était un peu moins de vingt heures lorsque je franchis les portes de la bibliothèque. J’aimais particulièrement ce lieu : ne sentez-vous pas cette bonne odeur qui émane des livres ? La connaissance est là, partout, tout autour de nous. Elle est la gardienne silencieuse d’années plusieurs fois centenaires. Un sourire s’esquissa sur mon visage : j’avais une heure, oui, une heure devant moi pour explorer la moindre parcelle de ces rayonnages. Je ne devais pourtant pas me leurrer : c’était si grand. Il allait falloir que je m’organise sérieusement. L’ironie de la situation me frappa alors de plein fouet : j’étais incapable de me repérer, malgré les panneaux d’indications pourtant très clairs. Je tournais quelques instants avant de me diriger vers une charmante vieille dame qui me regardait d’un air amusé depuis tout à l’heure. Elle avait bien compris que l’orientation, ce n’était pas mon truc. Je tanguais d’un pied sur l’autre, un peu gêné. Je lui fus reconnaissante de rompre le silence qui s’était installé entre nous : je trouvais ce dernier tout à fait pesant et déplacé. Il fallait que je me rappelle que j’étais un professeur, tout fraichement nommé, certes, mais un professeur tout de même. Elle me fit un grand sourire et se leva pour me serrer la main :

❝ ▬ Bonsoir, jeune homme. Je suis mademoiselle Smith. En quoi puis-je vous aider ? Vous m’avez l’air bien perdu dans ces rayonnages, êtes vous sûr d’être à votre place en ces lieux ? ❞

❝ ▬ A dire vrai, ma dame, je suis le nouveau professeur d’Histoire de la Magie. Et, tout à fait entre nous, je serais capable de me perdre dans mon propre bureau, même avec un plan et une boussole. ❞

Elle rit doucement, laissant ainsi une haleine emplie d’alcool venir se frotter à mes narines. Je restais de marbre, non pas que je faisais mine de ne pas avoir remarqué, mais j’étais bien trop poli pour faire remarquer à cette charmante personne âgée qu’elle ne devrait pas travailler dans de telles conditions. Dans d’autres circonstances, j’aurais pu être direct et franc, mais son regard s’était mis à briller tellement fort lorsque j’étais venu vers elle pour lui demander conseil, que je n’osais plus me retirer. Elle fit le tour de son bureau, et me prit par le bras. Elle me tira en direction des rayonnages en s’esclaffant bêtement. Sa présence ne semblait pas gêner les rares élèves et membres du personnel qui se trouvait là.

❝ ▬ Que cherchez-vous, jeune homme ? Non, ne me dites rien. Laissez-moi deviner. Votre tête me rappelle vaguement quelque chose. N’étiez-vous pas élève ici avant de devenir professeur ? Oh, j’en ai vu tellement passer, vous savez ! Des gros, des maigres, des grands, des petits. Ma foi, vous êtes dans la moyenne ! A votre tête, je dirais que vous avez travaillé dur pour en arriver là ! ❞

❝ ▬ L’apprentissage a toujours été un jeu, pour moi. Mes grands-parents étaient de très bons professeurs. Mais, je ne suis pas là pour vous raconter ma vie, aussi sympathique êtes-vous ! Je suis à la recherche de livres pouvant servir à ma profession. ❞

❝ ▬ En voilà une forte tête ! Une comme je les aime. Peut-être pourrions-nous aller boire un verre un de ces quatre. Non, ceci n’est pas un rencard mais plutôt une invitation à me raconter toutes les légendes que vous connaitriez ! Car après tout, c’est aussi pour ça que l’on vous paie, vous ne croyez pas ? Les élèves sont aussi friands que moi de petites anecdotes sur l’Histoire de la Magie. Vous verrez, pimentez vos cours de fables et de potins, et ces petits garnements vous seront éternellement reconnaissants ! Ah, cela me rappelle ma jeunesse ! ❞

❝ ▬ Votre parcours a du être des plus intéressants. Avez-vous aussi étudié à Poudlard ? ❞



❝ ▬ Si seulement nous pouvions remonter le temps ! Oui, le temps ! Je vous ferais découvrir les petits coins de paradis que nous avions dans les années 1930 ! C’était magique, fantastique ! Vous n’avez qu’à venir me voir après mon service ! Il y avait de la musique à tous les coins de rues ! Je vous présenterais les copains ! Vous verrez, vous passerez une soirée extraordinaire ! Pour vous qui aimez bien l’histoire dans tous les sens du terme, vous serez bien servi ! ❞

❝ ▬ Vous êtes en train de me proposer une soirée dans les vestiges des années 1930 ? Ma foi, cela pourrait être fort intéressant ! Dommage que je ne connaisse encore personne en ces lieux ! J’aurais apprécié pouvoir faire découvrir un pan de la vie de nos ancêtres à mes élèves. Ne le prenez pas mal, mais vous avez l’âge d’être leur arrière grand-mère ! ❞

❝ ▬ Je devrais te féliciter pour cette brillante déduction ! Mais croyez-moi sur parole ! On oublie trop souvent que les vieilles personnes ont aussi des choses à raconter ! J’ai été pendant longtemps à ce poste de bibliothécaire, je n’ai jamais fini mes études, et ce n’est pas pour autant que ma culture générale n’était pas en pleine forme, bien au contraire ! Oh, voilà le rayon qui vous intéresse ! Passez me voir lorsque vous aurez fini vos recherches ! ❞

❝ ▬ Je vous remercie pour cet agréable moment de discussion. Veuillez me pardonner mes maladresses, mais je ne suis pas encore très à l’aise dans mon nouveau poste. J’essayerais de me montrer plus enthousiaste à l’avenir, je vous le promets ! ❞

Elle me fit un clin d’œil et repartit s’affaler sur sa chaise. Je me retins de faire une grimace quant aux effluves d’alcool de plus en plus oppressants qui se dégageaient de son corps. Je pris bien garde de me cacher dans les rayons pour enfin pouvoir respirer plus aisément. Cette petite dame était fort charmante, malgré ses quelques petits problèmes personnels. J’espérais que, le temps d’une nuit, elle les oublie, et qu’elle revive ses années qu’elle semblait tant apprécier. Je pris plusieurs ouvrages. Je vins les poser sur une table proche : j’avais aperçu un livre que je cherchais depuis longtemps. Alors que je tendais la main pour le récupérer, celui s’envola et vins se poser un peu plus loin. A chaque fois que j’avançais, il s’éloignait. Il finit par venir se poser sur une table où une jeune fille était bien occupée. Je tendis les mains vers le bouquin qui vint cogner le coude de la Serdaigle. Je devins tout rouge, puis, après avoir repris mes esprits, je m’excusais vivement auprès de cette dernière.




© By Halloween



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (PV Harmony)   Mar 4 Aoû 2015 - 18:51



“Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin.”


Amun Sareh & Harmony Gabriella Wayne
Résumé • Novembre 2013. L'hiver était déjà bien installé depuis quelques jours. La neige n'était pas encore là, mais la fraîcheur piquait nos peaux dès que l'on sortait. Tous se terrait entre les murs du château, au coin d'un doux feu de cheminé. Beaucoup restaient dans leurs salles communes, c'est pour quoi, étudier dans un tel endroit m'était difficile. Je m'étais donc réfugiée à la bibliothèque. Je n'aurais jamais penser faire cette rencontre pour le moins étrange ce jour-là.



Novembre 2013 à la bibliothèque, après les cours.

 Entourée par des bouquins plus épais les uns que les autres, je traçais avec ma plume, mon devoir de potion, que je devais rendre pour le surlendemain. Devant moi, mon manuel, était ouvert à la page 374. Divers formules, complexes et variées y étaient inscrites, tandis que certaines modifications avaient été apportées avec ma propre plume.  Sur le côté droit, le bouquin de référence. La couverture, sombre représentait un chaudron fumant, tandis que sur le côté, en lettre dorées " Potions Magiques" y était inscrit.  Parfois, mon doigt se promenait sur les pages du manuel, tandis que de ma main gauche, j'écrivais avec application sur le parchemin qui était déjà remplis de part et d'autres d'informations relatives à mon dernier cours de potion.

Le silence régnait totalement dans la pièce. Cela en était même apaisant. Loin des brouhaha de la salle commune de Serdaigle, je pouvais me donner pleinement à ce devoir, qui était encore loin d'être fini. Pourquoi ai-je toujours le don de faire les choses à la dernière minute ?  
Le bruit des pages qui tournait fut totalement brisé par une voix, plutôt masculine.  Elle se trouvait à quelques rayons de moi, je ne pouvais donc que distinguer que quelques brèves paroles.  Je me doutais que la bibliothécaire allait terminer ce vacarme, c'est comme ça qu'elle procédait toujours. Mais cette fois il n'en était rien. Les minutes passaient et cet insolent, continuait de parler encore et encore.   D'un coup sec et bruyant, je refermais mon livre, posait ma plume et refermait mon peau d'encre. Dans un grincement, j'écartais ma chaise en me relevant. Je pris une longue inspiration, puis me dirigeait vers la source de perturbation. Au coin d'un rayon, je tombais sur un homme.
Mise à part ses cheveux d'un roux pétant, quelque chose d'autre me tapait dans l'oeil.  Il parlait seul, totalement seul. Pourtant, au vu de sa conversation, on pourrait croire qu'une personne se trouvait avec lui. Croisant les bras, m'appuyait sur le mur situé à côté de moi, sans dire un mot je l'observais. Derrière lui, la bibliothécaire semblait faire de même, mais bizarrement, elle n'osait pas ouvrir son clapet, alors que d'habitude, un simple chuchotement, et voilà qu'elle déboulait du fond de la bibliothèque pour vous tirer les oreilles. Pourquoi ne lui disait-elle rien à lui ?

Je ne l'avais pas remarqué tout de suite, mais même pour un septième année, il semblait âgé, trop âgé pour être élève ici. Un membre du personnel ? En cinq année de scolarité, je l'avais jamais vu.  

❝ C'est bon, tu as fini ton blabla ? Certains voudraient étudier et finir leurs devoirs de potions si ca te dérange pas trop. ❞






 
Je n'avais pas bouger, toujours en appuis sur ce mur, les bras croisés. Je n'avais pas encore quitté ma robe de sorcier et l'étendard de Serdaigle ornait ma poitrine.

❝ ▬ D'ailleurs, t'es qui ? Je t'ai jamais vu dans les parages. Les elfes de maisons ont besoin de renforts ?" ❞







© By Halloween



Revenir en haut Aller en bas
Alouarn Grimgorson
avatar
Professeur de l'Histoire de la Magie

Afficher infos

Messages : 750
Date d'inscription : 19/07/2015
Âge : 35

Dossier
Statut Statut: Professeur d'Histoire de la Magie
Argent Argent: 7164 gallions
Points Points: 1675

MessageSujet: Re: Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (PV Harmony)   Jeu 27 Aoû 2015 - 23:09



Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence alors tais-toi !



PARTICIPANTSAlouarn Grimgorson & Harmony G. Wayne
Résumé • Novembre 2013, Alouarn vient d’arriver à Poudlard pour enseigner l’Histoire de la Magie. Les cours ne commençant que le lendemain, il s’autorise un moment de détente en se rendant à la bibliothèque. Il a besoin de se documenter pour certains cours, et veut, ainsi, être sûr d’être prêt à temps. Chemin faisant, une crise de schizophrénie se déclenche en plein milieu de la bibliothèque, et notre professeur se met à parler avec une hallucination. N’ayant pas beaucoup de monde à cette heure-là, il espère passer inaperçu car l’hallucination en question refuse de le laisser tranquille.



Parler ou se taire ?


Sa voix claqua dans les airs comme un rappel à l’ordre. Je levais lentement mon regard du livre que je fixais avec insistance : mes yeux vinrent croiser ceux de mon interlocutrice. Je me perdis dans ces derniers, laissant mon âme voguer sur cette mer, nuance de couleurs se trouvant entre le brun clair et le vert. Cet océan ambré était parcouru d’immenses vagues où se côtoyaient une certaine colère et un aplomb qui n’était pas des plus commodes. Je l’observais quelques secondes en silence, lui laissant ainsi le loisir de terminer ses sèches répliques. Gardant mon calme malgré son insolence, je me dirigeais d’un pas léger vers la table où mon livre reposait : étonnamment, il se laissa faire. Je revins vers la jeune fille : elle devait avoir une quinzaine d’année, tout au plus. Son corps était en pleine transformation : d’ici quelques mois, elle aurait atteint son plein potentiel. Ses cheveux, d’un vert émeraude, juraient avec le noir de son uniforme. Un rapide coup d’œil sur la robe de sorcière me fit comprendre, à la vue de son écusson, qu’elle appartenait à la maison de Rowena Serdaigle.

Mademoiselle Smith en avait profité pour s’approcher, grommelant alors quelques mots incompréhensibles. Elle toisait l’élève avec un regard noir, comme si notre jeune interlocutrice n’était pas à sa place en ces lieux. J’en fus le premier surpris. Il est vrai que nous avions parlé un peu fort, mais était-ce une raison pour se montrer aussi hautaine ? Les protagonistes étaient en place pour cette nouvelle scène. Un léger sourire apparut sur mon visage. Oui, nous allions jouer à un petit jeu dans lequel j’excellais particulièrement. Bien que sa voix ne me disait rien du tout, son profil, en revanche, me rappelait vaguement quelque chose. J’avais lu beaucoup de dossiers, espérant retenir un maximum de noms avant ma rentrée scolaire. Il est vrai qu’arriver en cours d’année n’était pas la meilleure chose qui me soit arrivée en tant que professeur, mais il fallait faire avec. Je redoutais ce genre de situations : à dire vrai, j’étais quelque peu fautif, mais je ne me sentais pas pour autant plus mal à l’aise. Mademoiselle Smith prit la parole, après s’être mouchée dans sa manche (j’en eus un haut le cœur : je tentais de le cacher tant bien que mal) :

❝ ▬ C’est Harmony Wayne, elle est en cinquième année et est attrapeuse dans l’équipe de quidditch de sa maison. ❞



Je reportais mon attention sur la jeune Serdaigle alors qu’une odeur d’alcool bon marché prenait place, à nouveau, dans les airs. Se fut d’abord un arôme fin et subtil dont la médiocre qualité montait rapidement à la tête. Je pris une grande inspiration, sentant un mal étrange mais légitime naitre au creux de mon cerveau, se répandant ensuite au large de mon front, descendant avec insistance le long de mes sinus. Je tentais d’analyser la situation : les paroles d’Harmony résonnaient encore à mes oreilles. La première réplique sonna comme un agacement. Il indiquait néanmoins que mon interlocutrice était une personne studieuse : cette pensée était renforcée par sa présence en ces lieux. En effet, la bibliothèque était un endroit propice à la réflexion et à la méditation. Le fait d’avoir échangé quelques mots avec mademoiselle Smith avait brisé la quiétude du pays des livres. Je pouvais comprendre que miss Wayne soit en colère, irritée par mes dialogues incessants mais cela ne pardonnait pas sa familiarité avec un étranger. J’étais persuadé, avant même que sa seconde réplique ne tonne dans les airs, qu’elle avait compris que je n’étais pas un élève. Elle était loin d’être bête, bien au contraire. A son âge, on prenait pleinement conscience des savoirs qui avaient été transmis : les premiers étaient donnés par la famille elle-même ; les autres étaient intégrés au processus d’apprentissage de l’école.

Je m’attardais sur sa posture : son corps s’appuyait sur un mur, ses bras étaient croisés sur son ventre. Très mauvaise attitude. Son état psychologique en disait déjà long sur sa façon de procéder, et son langage corporel ne faisait qu’appuyer ses dires. Je doutais qu’elle utilise ce comportement pour prendre une position confortable… Quoi que, ce point était discutable. Elle était souvent utilisée chez les enfants en bas âge et dans les congrès : ainsi, elle permettait aux membres qui l’utilisaient d’être plus calmes et attentifs. Je pensais plutôt qu’elle voulait mettre une certaine distance entre son public et elle, comme si ce simple fait lui permettait de dresser une barrière invisible entre son audience, le monde extérieur et sa personne. Que cherchait elle vraiment à faire ? Vu son caractère, elle ne cherche pas à se cacher, bien au contraire. Elle admire le monde d’une façon qui lui est propre, et pourtant, on retrouve en elle une attitude qui la rend exécrable, arrogante. Sa réflexion sur les elfes de maison laissait penser qu’elle me sous-estimait grandement. Ne croyez pas que je porte un quelconque jugement sur les elfes de maison, ils nous apportent une grande aide et nous évitent bien des soucis. Néanmoins, le sujet concernant ces derniers était encore brûlant et, lorsqu’ils étaient utilisés dans une joute verbale, c’était très souvent pour lancer, à mon grand désarroi, des insultes en tout genre. Ses manières me laissaient penser qu’elle avait été élevée dans une famille de sang-pur. Cette façon de se sentir supérieur aux autres, sans donner un soupçon de chance de se racheter, était très orgueilleuse, mais aussi très risquée.

Je restais de marbre. Alors que mademoiselle Smith allait prendre à nouveau la parole, je mis un doigt devant ma bouche, comme pour intimer un silence illusoire. Et cette odeur qui se faisait de plus en plus présente : je ne la supportais plus. Comprenant alors que mes conclusions premières sur mon ange gardien étaient erronées, je revins sur mes jugements, non pas sur Harmony, mais sur la provenance même des effluves d’alcool. Je voulais savoir d’où cela provenait : il était étrange qu’un tel parfum trône au milieu d’une bibliothèque fréquentée uniquement par des élèves et un corps enseignant soucieux de transmettre les meilleurs savoirs à leurs protégés. Je fis un pas, puis un autre : je répétais l’opération jusqu’à arriver devant la jeune fille. Je lui tendis ma main pour la saluer. Je répondis donc à sa question par une présentation des plus sommaires :

❝ ▬ Watson, docteur John Watson, brigade des mœurs. Laissez-moi vous présenter mes plus plates excuses, mademoiselle Wayne. Je veillerais personnellement à ce que cela ne se reproduise plus. Merci de votre participation à cette mise en situation.❞

Un fracas se fit entendre derrière moi. J’eus juste le temps de me retourner pour voir la fin d’une rangée de livres quitter son étagère et finir sur le sol. Les grimoires qui volaient pour reprendre leurs places s’étaient maladroitement écartés, certains n’avaient pu éviter leurs camarades et s’étaient retrouvés écraser sous le poids de leurs congénères. Mademoiselle Smith regardait, un brin de désolation dans les yeux, ce véritable carnage. Je vins m’agenouiller à l’extrémité la plus proche de ce serpent fait de parchemins et de peaux de bêtes. Toute magie semblait avoir quitté cet amas de feuilles. Je soulevais le premier roman, puis le second. La bibliothécaire avait accouru lorsque cet immonde bruit avait parcouru les rayons. Un attroupement s’était formé autour de l’incident : des murmures s’élevaient des petits groupes qui regardaient d’un air mi curieux mi amusé l’événement qui venait de se produire. Je fronçais les sourcils lorsque je vis qu’une colonne de fourmis s’était formée sous notre animal de papier. Elle suivait un filet d’eau… Je vins tremper mes doigts dans la liqueur et les portais à mon nez. De l’alcool. Il ne manquait plus qu’une étincelle pour que tout parte en fumée. Je souris un instant, avant de me relever et de lancer à Harmony :

❝ ▬ Dites-moi, mademoiselle Wayne, seriez-vous capable de résoudre cette énigme ? Comme vous savez si bien le dire, pas de blabla. Je ne crois que ce que je vois. Après, je comprendrais tout à fait qu’un simple devoir de potions occupe tout votre temps libre.❞




© By Halloween



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Afficher infos


MessageSujet: Re: Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (PV Harmony)   
Revenir en haut Aller en bas
 
Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi (PV Harmony)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» On s'entend tu pour dire que...
» Lui dire avec des fleurs...
» sa veut dire quoi le onze montrealais quand on parle de impact
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Poudlard - Intérieur-