AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Nous vous rappelons que les rp doivent faire 10lignes complètes, les mini-rp 5 lignes complètes + discours et qu'on ne poste
pas des messages incomplets ([en cours]) dans les zones rp. N'oubliez pas de poster un message si vous devez vous absenter.
Ouverture officielle du forum, aujourd'hui 8.11.2013! Toutes les fonctionnalités du forum sont disponibles!
Pensez à lire fréquemment les diverses annonces du staff, dont le règlement. Ils sont irrégulièrement mis à jour.
Nous n'acceptons plus les chats en familiers des élèves, les garous, les animagus dès la présentation ainsi que
les métamorphomages. On vous remercie d'avance pour votre compréhension. Pour plus d'information, consultez le staff.
Inscrivez-vous avec des pseudos CORRECTS, respectant le règlement du forum
à risque de voir vos comptes supprimés ! On vous remercie d'avance.
On a besoin de moldus, professeurs, commerçants et autres. Même si ce forum est quasiment centré sur Poudlard, il n'y a pas que des
élèves. N'hésitez pas à incarner AUTRE chose. Créatures fantastiques autorisées dans les limites
de cet univers (se référer à la fiche sur les créatures magiques) .
Souhaitez-vous aider notre communauté ?
Et bien, c'est très simple ! Vous pouvez Like notre page Facebook, voter sur nos top-sites ainsi que dans les annuaires (BBBA) se trouvant
sur la page d'accueil mais vous pouvez aussi contribuer à notre développement en achetant des crédits. Vous avez juste à envoyer un petit
sms~♪ Vous trouverez plus d'informations ICI dans cette rubrique. On vous remercie d'avance ♥️

Nous sommes actuellement en Dans la période de Septembre à fin Novembre 2015 ! Bonne rentrée !
La fiche Annexe des Nightmares a été mise en ligne !
N'hésitez pas à y jeter un coup d’œil et à nous contacter si besoin d'infos !
Nous avons besoin de vous !

Partagez | 
 
 Complainte d'une étudiante débordée... [Azalea]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Complainte d'une étudiante débordée... [Azalea]   Mer 20 Mai 2015 - 17:42
En levant les yeux vers le réveil qu'elle avait apporté dans la salle commune, Renart poussa un soupire profond. Cela faisait déjà deux heures qu'elle était assise sur cette foutue chaise, et elle ne voyait toujours pas le bout des pile de devoirs qui s'était entassés devant elle! Elle croulait sous une montagne de parchemins et de livres scolaires. A chaque fois qu'elle terminait quelque chose, c'était comme si un gnome farceur venait lui rajouter encore plus de travail à faire. Ne nous le cachons pas: Renart se sentait d'humeur fainéante, et Poudlard jusqu'ici lui avait semblé fantastique jusqu'à ce qu'elle découvre que le travail personnel demandé était en quantité suffisante pour la faire trimer toute les vacances d'hivers. Vacances d'hivers qu'elle passerait de toute façon au château, puisque Graham lui avait annoncé qu'elle ne rentrerait pas... D'un côté, c'était effrayant pour elle car ça allait être ses premières vacances en internat. De l'autre, elle se demandait si elle désirait réellement retourner en plein hivers dans cette petite bicoque de bois mal isolée, dont l'espace entre le bas de la porte et le sol faisait plus de 2 centimètres... Oui, après réflexion Poudlard semblait plus accueillant. Et quelle excitation que celle de passer ses vacances dans un aussi grand château plein de mystères plus palpitants les un que les autres!
Enfin, comment pourrait-elle profiter des mystères de Poudlard si elle se retrouvait coincée toute les vacances dans la salle commune à finir ses devoirs? Elle soupira à nouveau, et s'étala sur la table. Une pile de parchemins et de livres ne tardèrent pas à s'effondrer à l'unisson sur la pauvre rouquine... Renart resta ensevelit un temps, trop fatiguée pour réagir... Mais quand au bout de quelques minutes l'air vint à lui manquer, tout ses sens se réveillèrent.


- MAIS CA FAIT MAL! S'emporta-t-elle en découvrant que les coins de plusieurs livres s'étaient enfoncés à l'arrière de son crâne en tombant.

La jeune sorcière se retourna rapidement pour scruter la salle et s'assurer que personne n'avait remarqué son cri... Par chance, personne n'avait encore réagit. Ils semblaient tout autant endormis qu'elle.
En voyant le désordre provoqué par son brutal réveil, Renart sortit sa baguette et l'agita lentement pour réparer les dégâts. Bientôt, les livres vinrent se ranger d'eux-même, suivit par les parchemins déjà remplient. Le travail était fini pour aujourd'hui! En regardant l'heure, Ren comprit pourtant qu'il lui faudrait trouver un moyen de passer le temps jusqu'au dîné. Il restait devant elle un parchemin vierge, sa plume et de l'ancre. Il lui vint alors une idée amusante! Elle se saisit de la plume et du parchemin, trempa cette première et écrivit sur ce dernier:


Des montagnes et des montagnes se dressent là,
Non pas les grand'montagnes de l'Himalaya,
Mais des montagnes de travail
Qui mettent ma tête en pagaille.

Et tiraillé par un sentiment de tristesse
Je sais, je ne trouverais jamais la sagesse.
Je vais prier encore un peu,
Sait-on, si m'entend Dieu.

L'ouvrage finit, Renart affichait un sourire hilare face à sa nouvelle création. Après mûres observations, elle décida que sa poésie méritait un titre. Elle découvrit que c'était sûrement là la partie la plus difficile, lorsque l'on crée quelque chose... Puis se demandait, amusée, si c'était aussi dur pour les parents de choisir un nom pour leur enfant. Enfin, elle repensa avec dégoût qu'on était au XXIème siècle, qu'elle était à moitié Française, et que ces parents avaient quand même osés l'appeler "Renart". Comme... un renard. Ce n'est qu'après toutes ces divagations qu'elle posa une dernière fois sa plume sur son parchemin, et y inscrit son titre:

<< La Complainte du Renard.>>

Elle continuait de sourire tout en observant son désespoir de fainéante retranscrit à l'écrit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Complainte d'une étudiante débordée... [Azalea]   Dim 14 Juin 2015 - 15:49
Dormir sans ta sœur te coûtait toujours autant mais pas plus que si elle n'avait pas été à Poudlard, avec toi.  La savoir non loin de toi, quelque part dans les cachots te rassurait et te suffisait. Tu avais fait un peu grasse mate pour rattraper quelques heures de sommeil et, quitte à ne pas être avec ta sœur autant veiller à ce que tu ne vois le temps passer. Il faisait plutôt frisquet et tu avais peiné à quitter tes draps, ronchonnant : tu étais la dernière dans la chambre. Quel merveilleux exemple de la part de la préfète, te dirait-on ! Heureusement pour toi, c'étaient les vacances scolaires.

Ainsi, quelques jours avant, ta sœur et toi avez reçu une lettre de vos parents, vous demandant de rentrer pour Noël, qu'il allait y avoir toute la famille, à ce qu'il paraît, même votre frère Lawrence allait passer quelques jours dans le manoir familial. Ni toi ni Althea aviez envie de voir vos parents, vous n'avez même pas répondu à la lettre : vous aviez opté pour rester à l'école pendant les vacances scolaires pour cette raison ainsi que parce que vous n'aviez pas envie de déranger votre frère. Il avait une famille, lui aussi. Il devait être occupé. Ta sœur et toi aviez l'impression de n'être qu'un fardeau pour lui, même si vous saviez qu'il vous aimait énormément. Un long soupir se fraya chemin entre tes lèvres ; tu as fini par te résigner et tu t'es difficile extirpée du lit pour t'habiller et quitter le dortoir – une fois que tu fus prête. Ton air morose et presque blasé s'évanouit au moment même où tu vis ta sœur quitter les cuisines : elle venait de sortir de sa salle commune et avait apporté une boîte repas avec votre petit déjeuner ainsi qu'un récipient chaud avec du thé vert à la menthe.

Les elfes vous avaient préparé ce que ta sœur avait demandé à emporter puisque vous n'aviez pas envie de manger dans la Grande salle, aujourd'hui. Vous avez fait une pique-nique dans la neige, au bord du lac. Quelqu'un vous avait suivi mais était resté en retrait : un garçon de Serpentard, tout amouraché, qui hésitait à te faire sa déclaration. Tu l'avais déjà vu, il était en troisième année, si tu te souvenais bien mais tu ne lui avais jamais parlé parce que tu le trouvais trop prétentieux. Il était du genre à se pavaner avec ses copains et à parler mal des autres. Tu avais surpris ses potes à dire des obscénités sur ta sœur et toi, ça t'avait vexé d'entendre des propos aussi vulgaires sortir de la bouche de vos cadets et, puisqu'ils ne semblaient pas intéressés par la musique, par l'art ou les farces, vous n'aviez rien à vous dire. Il était peut-être plus intelligent que ses abrutis de potes mais il était plus jeune que toi et tu n'aimais pas sa façon d'être. Tu n'aimais rien de lui, du moins, du peu que tu le connaissais – tu n'avais pas envie de le connaître davantage, non plus. Tu savais ce qu'il voulait et tu pouvais te permettre d'être méchante puisque tu n'étais pas encore préfète – c'était Morgane : il était amoureux de ta sœur mais te confondait ouvertement avec elle, jusqu'à point de se dire que Althea était celle qui était dans maison. Ça t'exaspérait. Ça ta blasait. Quand tu as vu ce sale gosse s'approcher de vous, vous  vous êtes tournées vers lui. Vous vous êtes regardées un instant entre vous avant de le regarder lui, à nouveau, pour en grimacer – indiscrètement.

Bonjour, les filles. Je voulais... euhm... demander quelque chose à l'une d'entre vous. fit le garçon, nerveux – il transpirait, ne sachant pas vraiment comment vous aborder.

À qui tu veux t'adresser ? avez-vous rétorqué aussitôt, à l'unisson.

Euhm... à celle qui est à Serpentard.
À moi, alors ?
Tu es Althea ?
Non, je suis Azalea. Tu as dit que tu voulais parler à celle qui était à Serpentard.
Oui mais...-
Tu voulais me parler à moi, alors ? Je suis à Poufsouffle... Tu devrais le savoir puisque je suis préfète, boulet.
Bon, en fait, ce n'est pas grave, l'une ou l'autre, vous êtes pareilles. Je voulais savoir si l'une d'entre vous voulait--

Même si ta sœur était quelqu'un chaleureux, aux premiers abords, elle s'était montré assez froide parce qu'elle détestait qu'on vous traite avec une telle indifférence. Ce type se mit à rire, jugeant ça comme normal. Vous l'avez directement interrompu, vous levant avant de croiser les bras sous vos petites poitrines rondes.

Ni bal ni couple. On ne sortirait jamais avec une ordure de crétin inutile et stupide tel que toi. Tu n'es qu'un sale mioche, en plus... D'où tu te permets de nous causer comme ça, uh ?
Puis ! On n'est pas DU TOUT pareilles et si tu aimes l'une d'entre nous, te satisfaire de l'autre est on ne peut plus hypocrite et superficiel.
Va voir ailleurs si on est, gamin.

Vous ne lui avez laissé en placer une seule, lui parlant aussi crûment que cruellement : comme vous le saviez faire aussi bien lorsqu'il s'agissait de rejeter quelqu'un. Les larmes montèrent vite à ses yeux et il s'en alla en courant. Vous auriez pu être fières de vous si ça ne vous avait pas mis ne rogne : ça y est, votre petit déjeuner était gâché. Vous n'aviez plus faim. Vous avez essuyé vos petites mains dans une serviette puis vous avez tout rangé, les sourcils légèrement froncés.

Le reste de la journée vous parut tout une éternité. Vous aviez été à la bibliothèque pour faire vos devoirs afin de vous en libérer pour le reste des vacances. Vos familiers étaient avec vous mais ils faisaient des leurs, sautillant et courant sous les chaises – sans pour autant faire du bruit. Ils aimaient jouer avec les autres familiers des élèves – sauf avec certains chats qui voyaient en ta petite Ginger un apéritif sur pattes. Un long soupir se fraya chemin entre tes lèvres lorsque l'heure du couvre feu approchait. À contre cœur, vous êtes descendues aux cachots et vous vous êtes séparées afin de retourner dans vos salles communes respectives. Althea devait faire sa ronde, un peu plus tard mais, toi, tu n'avais pas grande chose à faire. Quand tu es entrée dans la salle commune, tout le monde somnolait sauf le type que vous aviez rejeté quelques heures auparavant, deux de ses potes ainsi qu'une fille qui croulait sous les devoirs – visiblement. Cette dernière devait être celle qu'on avait transférée depuis Beauxbâtons, en début d'année. Des élèves transférés, il n'y en avait pas des masses – tu pouvais vite les repérer.

Tu es restée droite et tu es avancée tranquillement.
Quand tu as été descendre les quelques marches qui te séparaient du coin salon, un des amis du connard qui voulait sortir avec ta sœur a eu la géniale idée de te faire un croche pieds. Malheureusement pour lui, tu  avais balayé son autre jambe aussi discrètement qu'il avait essayé de te le faire, lui : il tomba et déballa douloureusement les marches pour finir le cul. Il s'était fait mal au poignet, mais tu t'en fichais, tout comme du fait que ça avait réveillé les élèves qui comataient à moitié sur les canapés.

Ow, mon pauvre... Fais attention, tu pourrais te faire très mal. lançais-tu, prenant un air faussement compatissant.

Celui à qui vous aviez mit un râteau ainsi que son autre pote n'osèrent rien te dire, sachant qu'ils étaient en tort. Personne à part vous n'aviez vu ce qui s'était passé en vrai. Tu as esquissé un petit sourire avant de passer à côté du quatrième année qui se trouvait à terre : tu ne l'as pas aidé. Pourquoi le ferais-tu, donc ? Fière et silencieuse, tu as tracé la salle commune pour aller t'installer sur le piano avec Ginger, ta petite chinchilla. Celui-ci se trouvait non loin de la table que l'élève transférée ( ou était-ce un garçon ? ) et ses affaires occupaient. Au passage, tu lui avais juste soufflé un bonsoir, comme au reste des élèves – par politesse. Après tout, tu n'avais rien à leur dire...

D'une main, tu as levé le couvercle du piano et de l'autre, tu as laissé tomber lourdement ton sac-bandoulière à côté de toi, laissant que ton familière s'installe sur tes cuisses. Ensuite, tu as commencé à glisser tranquillement tes doigts sur les touches, jouant à ton aise.


On avait gâché ta journée, mais pas ton petit plaisir de la soirée.

HRP:
 


Dernière édition par Althea/Azalea Valterson le Mer 17 Juin 2015 - 11:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Complainte d'une étudiante débordée... [Azalea]   Mar 16 Juin 2015 - 13:41
Renart reposa le morceau de parchemin, déjà las de ce qu'elle venait d'écrire. Bon... Il était temps de se remettre au travail! Bien qu'avouons-le, la rouquine n'avait qu'une seule envie: se voir divertir par autre chose. Justement, un bruit sourd retentit. Intriguée et soudainement vivace, elle releva la tête, accompagnant ce mouvement d'une expression d'interrogation qui resta figé tout au long de la scène dont elle serait témoin. Un garçon de son âge -ou presque- gisait à terre sur son postérieur. Une jeune fille le regardait d'un air navré. En observant avec plus d'attention, Renart remarqua que quelque chose ne collait pas... Peut-être la posture de la demoiselle, qui le dominait de toute sa hauteur? Un instant, Ren imagina tous les scénarios possible qui avait conduit à une telle représentation. Elle détacha son regard des deux perturbateurs pour scruter la salle. Personne hormis elle ne semblait avoir remarqué que la bousculade pourrait-être à l'origine d'une mésentente entre ces deux-là... Entre nous, Renart était plus sensible que la moyenne, donc ce n'était pas tant étonnant que ça.

Le temps de reporter son attention sur l'animation récente, la jeune fille avait disparue. Ou pas vraiment... L'androgyne sursauta en entendant un "bonsoir" murmuré à la volé. Ahurie, elle lui rendu son salut en balbutiant des mots incompréhensibles, puis continuait de la fixer avec des yeux ronds. Maintenant qu'elle la voyait de plus près, Renart remarqua qu'on pouvait la qualifié de jolie fille. En effet, c'était ce genre de beauté unique à l'Angleterre... Son air absent la rendait mystérieuse, ce qui ajoutait à son charme. Se surprenant à la fixer depuis trop longtemps, la sorcière s'empressa de sortir de ses pensées. La serpentarde s'était justement installée non loin de sa table. Ce n'est qu'en entendant les premières notes jouées qu'elle reporta à nouveau son attention sur elle. Par ailleurs... Depuis quand ce piano était là? "Je suis tête en l'air à ce point?" se dit-elle brièvement. Si vous voulez connaître la réponse à cette question, c'est "Oui"... En écoutant la mélodie, l'agitatrice n'était pas mauvaise du tout! Son talent eu l'effet d'une onde de choc sur Renart, qui se leva de sa chaise sans même y songer pour s'approcher du piano, et par la même occasion de sa consœur Serpentard. Ce ne fut que lorsqu'elle eut fini sa prestation que Renart remarqua qu'elle s'était élancé sans réfléchir. Un peu gênée, elle choisit de lui adresser la parole -espérant ainsi paraître un peu moins ridicule:


- Waouh... V-Vous êtes vraiment douée!

Par défaut, elle avait choisi de la vouvoyer car elle lui semblait plus âgée. Ça restait assez risqué de lui adresser la parole aussi directement... Elle avait l'une de ces carrures nobles qui, au premier abord, peu rebuter. De plus, Renart avait notifié qu'il était fort probable que son aînée ne soit pas d'humeur à lui répondre. Soit, ce qui est fait est fait, par conséquence l'heure des hésitations n'était plus de mise. Elle choisit donc de continuer courageusement dans sa lancée, affichant le visage le plus neutre qu'il lui était possible:

- Vous avez un côté très artistique...

C'était évident. Mais, quitte à semblé un peu cruche, Renart ressentait le besoin de faire la conversation à sa camarade de maison. C'était sûrement que ces devoirs l'avaient un peu assommés... Car on ne peut pas dire qu'habituellement la renarde était d'une sociabilité à couper le souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatarInvité

Afficher infos


MessageSujet: Re: Complainte d'une étudiante débordée... [Azalea]   Dim 19 Juil 2015 - 12:06
Tu n'avais guère prêté attention au bafouillage de la rouquine que tu avais salué avant de t'asseoir devant le piano. Cette dernière semblait avoir été presque surprise – ahurie, même – que tu l'aies saluée. Avant et pendant que tu jouais ton morceau, tu sentais son regard peser sur toi, elle t'observait ; du coin de l’œil, tu vis ta cadette s'approcher de toi, sans pour autant y prêter attention : jouer était une priorité, pour toi. La petite serpentarde te regardait en silence et, ce ne fut qu'une fois que tu finis ta mélodie qu'elle prit la parole :

Waouh... V-Vous êtes vraiment douée ! te dit-elle, un peu gênée.

Ainsi, on te vouvoyait, hu ?
Tu eus un haussement de sourcils en l'entendant : elle avait flatté ton ego, mais... était-ce vraiment nécessaire de te vouvoyer ? Au moins, elle ne te connaissait pas et n'allait pas t'appeler par ton nom de famille – chose que tu détestais, et pas qu'un peu. Par ailleurs, tu n'étais pas d'une super humeur, mais ce n'était pas une raison de la payer avec cette gamine, si ? En effet. Et puis, si tu pouvais gagner sa confiance et en apprendre plus sur elle, tant mieux. Ta sœur et toi étiez des bonnes commères, malgré tout ! Vous aviez beaucoup de choses au sujet de pas mal de monde – toute information pouvait s’avérer être utile, tôt ou tard.

Vous avez un côté très artistique... ajouta-t-elle, affichant un air neutre – cette fois-ci.

Par ailleurs, si tu voulais qu'on te confonde avec ta sœur, tu te devais d'être assez... sympathique et ravaler ta mauvaise humeur. Ainsi, tu esquisses un léger sourire, tendant une main pour tapoter le bras de ta cadette dans un geste se voulant rassurant et amical – tu voulais la mettre en confiance. Ta chinchilla la dévisageait, dressée sur tes cuisses, attentive au moindre de vos gestes :

Ce n'es pas grande chose mais merci, petite. la remerciais-tu, en premier lieu avant de te décaler, au cas où la rouquine voudrait s'asseoir à côté de toi – on ne sait jamais, elle pourrait peut-être accepter cette invitation implicite. Toutefois, je te serais reconnaissante de ne pas me vouvoyer – c'est trop respectueux, trop... froid. Ce n'est pas drôle, hein ? ajoutais-tu en élargissant ton sourire, agissant aussi naturellement que possible – tu étais une excellente comédienne. Dis... Ne serais-tu pas la nouvelle venue de Beauxbâtons ? Pas trop dur, ce transfert, uh ? Tu arrives à t'y faire ?

Tu avais baissé le ton au cas où elle ne voulait pas qu'on sache qu'elle était de là-bas ou autres. Il n'était pas rare que tu fasses mine de t’inquiéter pour l'intimité des autres : c'était la base du respect mutuel.

Ah, excuse-moi si je t'assaillit avec plein de questions. Je manque de politesse : je suis Azalea, élève de sixième année. C'est quoi ton nom, d'ailleurs~ ? terminais-tu, tendant une main vers la tignasse rousse de ton interlocutrice. Doucement, tu as saisit une de ses mèches, retirant une peluche qui y était accrochée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Afficher infos


MessageSujet: Re: Complainte d'une étudiante débordée... [Azalea]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Complainte d'une étudiante débordée... [Azalea]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'étudiante [DVDRiP]Comédie
» La complainte des étoiles [PV]
» La Complainte d'une Pleureuse.
» Wu et le plat de pâtes : le cul bordé de nouilles ou le plat dans la gueule ?
» La complainte de Jack.
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Poudlard - Intérieur-